www.media-web.fr

Vente de masques : l’exécutif s'est mal comporté avec les pharmaciens

Un décret du 23 mars autorisait les pharmaciens à vendre des masques aux soignants, médecins et grand public des masques chirurgicaux. Selon plusieurs témoignages de pharmaciens, ils auraient reçu une demande de ne pas vendre de masque de la part du Conseil de l’ordre.

En effet, l’exécutif savait que les pharmaciens pouvaient vendre des masques à partir du 23 mars. Le ministre de la Santé aurait demandé comme un service au conseil de l’ordre des pharmaciens de ne pas vendre de masque. On a tenté de faire croire que les pharmaciens auraient surinterprété le décret du 23 mars ou la réquisition ne concernait pas les masques importés après le 24 mars. Les pharmaciens étaient libres d'importer des masques pour les vendre, dans la limite de 5 millions par trimestre et par entreprise.

Pendant ce temps, la grande distribution fabriquait des masques.

La grande distribution annonce début mai qu'elle va mettre en vente des centaines de millions de masques. Une abondance soudaine qui interpelle.

Comme le montre ici la notice, des masques conditionnés le 13 mars 2020 existaient. Les masques étaient donc déjà présents et stockés pour Leclerc et les autres.

Les magasins Leclerc auront acheté leurs masques autour 0,10 € avec le conditionnement pour le revendre 0,58 €

Soit une marge de 0,48 €  par masque soit 48 millions d’euros  de marge pour 100 millions de masques.

L’ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy déclarait ce matin sur Sud radio :

« Il y a une partie des soignants, qui s’appelle les pharmaciens, qui a été mal traitée durant cette crise ! » Les pharmaciens n’avaient pas le droit de faire des commandes de masques et ils ont vu des millions de masques arriver dans les supermarchés. L’ancien ministre de la Santé a déploré qu’en période de crise aigue « il y a des gens qui essayent de se faire de l’argent, c’est une honte. »

Sur la restriction de la chloroquine : « Je ne comprends pas comment on peut empêcher un médecin (...) de prescrire un médicament ! »

Sur la possibilité de poursuites pénales envers le pouvoir : « Il y aura des commissions d’enquête, bien évidemment, parlementaires, il y aura même des plaintes en justice ! »

Le replay de l’interview de Philippe Douste-Blazy 

 https://www.youtube.com/watch?v=g2DyBF6zRZ0&feature=youtu.be

11/05/2020 | 1 commentaire

Vos commentaires

#1 - Le 12 mai 2020 à 09h34 par michel bailly, Bouguenais
Bonjour,

Ce communiqué semble être rédigé à l'aune d'une action lobbying, une de plus, des pharmaciens.
Macron a demandé à la Grande Distribution de mettre à disposition ses moyens pour subvenir aux besoins de la "cause".
Ce qui a été réalisé. il faut bien l'avouer avec efficacité de la part de ces "féroces commerçants", selon le ton macronien ambiant.
S'en suivirent des réactions populistes, des plus démagogues de la part de Macron, du ministre de l'économie, celui de la santé, entre autres tellement nombreux.
Un comble pour ceux-ci qui avaient demandé un coup de main.
Prix d'achat du masque négocié par Leclerc à 0,10 €, assure-t-on dans ce communiqué.
Soit.
S'agit-il du prix départ HT du fin fond de la Chine, du prix franco HT, à destination des entrepôts régionaux de cette Enseigne ?
Deux des questions essentielles avant de balancer le 0,48 € de marge.
L'autre question, non moins essentielle, est celle du prix d'achat de 0,10 €. Qui peut l'affirmer ?
Comme tout le monde, j'ai entendu Michel-Edouard Leclerc, dire avoir travaillé avec ses confrères concurrents, en parfaite transparence avec le ministère de l'économie (traçage des passages de commandes, celui des livraisons, tout au long de la période d'assistance consentie à la demande de ce ministère).
Heureusement, la grande distribution s'est distinguée par sa facilité à faire du commerce, d'un produit PGC à vendre dans le rayon dédié à ce type de produit dans la GSA.
Les français se sont procurés chez ces derniers cet article, à trois fois moins cher que chez les boutiquiers à la croix verte.
Le monopole des pharmaciens vient de prendre un coup.
Macron, en demandant à la Grande Distribution de "s'occuper de l'affaire des masques" vient de faire rentrer le loup dans la bergerie
Pas pour déplaire à Michel-Edouard dans sa lutte contre les monopoles.
Macron redevable ? !!!

Enfin, quel est le prix d'achat du masque par les pharmaciens, quel est leur prix de vente en boutique ?

Michel Bailly
Bouguenais

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter