www.media-web.fr

Un des papas-grues est descendu

L'un des deux pères retranchés en haut des grues géantes des anciens chantiers navals nantais pour défendre leurs droits parentaux, celui qui était monté samedi matin en haut de la grue grise, en est descendu à 17 h 00.

Nicolas Moreno a levé les bras en arrivant au sol, formant un coeur avec ses mains, et a crié: "Pour tous les papas qui aiment leurs enfants."
Pendant ce temps-là, il n'était pas encore question que l'homme retranché depuis vendredi matin dans l'autre grue descende à son tour.
Lors d'une conférence de presse improvisée peu après sa descente, M.Moreno a souligné combien l'objet de son action était "pacifique": "Vous avez vu des coeurs, vous avez vu des ballons, des papas qui évoluaient en sécurité."
Il a en revanche dénoncé la "violence" faite aux pères dans l'actuelle application de la loi: "Le tarif de base pour un papa, c'est un week-end sur deux, en réalité quatre jours sur trente."
"Eh bien voilà, a-t-il arrondi, il vous reste un dixième de la résidence du droit de visite et d'hébergement de vos enfants. Ce jugement de base, c'est un jugement violent, ça vous retire neuf dixièmes du temps de votre enfant, cette justice est basée sur la violence."
Il a indiqué qu'il avait conseillé à l'autre père de "prendre ce qu'il y avait à prendre", après les propositions qui lui ont été faites vendredi soir.
Les négociateurs avaient apporté vendredi à l'autre père, Serge Charnay, privé de droit de visite depuis deux ans à la suite d'une condamnation, une possibilité d'audience pour réexaminer son dossier dès le 28 mars, mais M.Charnay n'a pas voulu descendre de sa grue.

 

Auteur : AFP | 16/02/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Île Dumet le nouveau bac sur la Loire fait ses essais en mer »
Article suivant : « La CARENE s'engage à réduire les déchets »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter