www.media-web.fr

Ump : Nicolas Sarkozy enchaîne les bourdes

La semaine dernière Nicolas Sarkozy s'était laissé entraîné par une salle qui réclamait l'abrogation de la loi Taubira. Il réitère à Bordeaux en laissant huer Alain Juppé.
Jean Pierre Muller AFP
Jean Pierre Muller AFP

La leçon n'a pas servi à Nicolas Sarkozy, l'ancien président a sérieusement gaffé concernant la loi Taubira, ses soutiens les plus fidèles l'ont fait savoir. Mais non content d'avoir divisé son parti qui n'en a pourtant pas besoin en soufflant sur les braises d'un  feu qui avait eu bien du mal à s'éteindre le prétendant à la présidence de l'UMP a choisi d'insulter son « meilleur rival ». Ump : Nicolas Sarkozy enchaîne les bourdes

La semaine dernière Nicolas Sarkozy s'était laissé entraîné par une salle qui réclamait l'abrogation de la loi Taubira. Il réitère à Bordeaux en laissant huer Alain Juppé.

Nicolas Sarkozy était à Bordeaux en meeting devant quelques 4000 militants venus du sud et de l'ouest de la France. Alain Juppé veut des primaires à droite et au centre, les militants qui avaient fait le chemin sont des pro-Sarko, ils veulent Sarkozy pour président de l'UMP et pour président de la République, pourquoi s'embarrasser alors d'une primaire ?
Quand Alain Juppé s'est fait hué Sarkozy n'a pas bougé, il a laissé faire. Il a donné une nouvelle fois l'image de la facilité. Les commentaires sont unanimes pour condamner son attitude. Il a montré qu'il ne sera pas rassembleur à l'UMP, il a mis le doute sur sa capacité à organiser des primaires. À supposer qu'il en organise.
Pour quelques minutes d'extase narcissique a hypothéqué son avenir. Il a  oublié que les militants UMP déversés par plein cars à Bordeaux, surexcités comme des supporters de football, n'étaient pas la droite, encore moins le centre. Il a oublié aussi qu'Alain Juppé a de la mémoire. Nicolas Sarkozy prétend à la présidence de l'UMP,  mais la belle machine de guerre mise à sa disposition  naguère se détraque et il est incapable d'en retrouver les réglages. Il propose d'en changer le nom,comme on changerait les plaques d'une voiture volée. Confiant dans ce qu'il pense être son aura, il a oublié qu'il n'est qu'un candidat parmi les autres, qu'il a raté son dernier concours et que l'épreuve qui l' attend est ouverte aux candidats libres.Le candidat  Nicolas n'a plus les points de jeunesse, il est au mieux un redoublant. Pendant deux ans il a parcouru le monde, mais a-t-il vraiment travaillé ses sujets ?
Il dérape, enchaîne les bourdes. Pour l'envie de plaire à quelques fans, il dit ce qu'on attend de lui. Il cabotine. Sarkozy n'a pas changé, il est toujours celui qui perd ses nerfs, qui crie « casse-toi  pauv' con ».

Auteur : LY | 23/11/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « Journée pour la lutte contre les violences faites aux femmes »
Article suivant : « Don du sang : les bénévoles s'inquiètent »

Vos commentaires

#1 - Le 24 novembre 2014 à 16h43 par Umphilare
Pas du tout d'accord avec la tonalité de cet article et de nombreux autres dans la presse française, tous semblable d'ailleurs! C'est Juppé qui en sortant de son rôle d’accueil par le dirigeant local, en prononçant un discours politique offensant pour une salle qui n'était pas venue pour lui, s'est attiré en retour le mécontentement vigoureux de la salle!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter