www.media-web.fr

UMP : Bruno Le Maire est prêt pour le second tour

Le candidat à la présidence de L'UMP tenait une de ses dernières réunions de campagne à La Baule. Devant plus de 400 personnes, il a résumé ses engagements.

Bruno Le Maire a été accueilli par Gatien Meunier et Jean-François Pinte. Des élus locaux avaient fait le chemin, ainsi Laurence Garnier « qui s'est battue, comme un beau diable » et qui « gagnera la prochaine fois ». D'autres étaient excusés : des maires retenus à Paris pour  Congrès des maires ou le député Christophe Priou et le sénateur-maire André Trillard. Le candidat a tenu sa réunion dans le public, laissant ses amis seuls au bureau, perchés sur l'estrade. En apparence décontracté mais très concentré, il utilise un langage clair et direct : des mots simples, des exemples concrets et entre ses thèmes forts offre des récréations à son public en tapant sur la gauche ou sur le FN. Ces petites facilités font toujours leur effet sur un public acquis d'avance, mais le candidat n'en abuse pas.

Tout raté

Le candidat rappelle sans complaisance que la droite « a tout raté, ou presque » . « Il aurait fallu nous y remettre de suite après 2012»,  « le scandale financier Bygmalion », « on a volé l'argent des militants ». Il s'engage à faire « toute la transparence » sur l'affaire. « Nous ne serons pas crédibles aux yeux des Français sinon », «que voulez-vous faire avec 70 millions de dettes ? ». Il ne veut plus des « quatre millions d'amende » faute d'appliquer la parité.

Respect et apaisement

Bruno Le Maire informe qu'il a visité « presque toutes les fédérations (95) », qu'il refuse les « quolibets et les sifflets » (allusion à Bordeaux) et se présente comme celui qui « peut travailler avec tout le monde » et vante ses amitiés avec des soutiens connus de Nicolas Sarkozy. « je respecte et j'apaise ». Il ne veut pas de la « guerre des chefs ».

Des comptes tenus

Bruno Le Maire prend des engagements : « le rôle du président de l'UMP c'est de faire tourner la boutique » et « de rendre la paroles aux militants ». Il leur rend hommage pour leur engagement.
Une adhésion « le 1er janvier, c'est un contact une carte envoyée sans délais « pas en août » et surtout pas d' élus  qui veulent l'étiquette UMP et  ne payent pas leurs cotisations. Ceux-là seront dénoncés et leur noms publiés  comme « dans les clubs sportifs ». Il n'est pas favorable à changer  le nom du parti en cas d'élection.

« Tripatouilleries politiques »

Si François Pinte souligna un « défi » « un travail extraordinaire » et « l'union avec l'UDI ». Bruno Le Maire précisa plus tard que « l' union n'est pas fusion qui mène à la confusion », soulignant par exemple les différences sur l'Europe.
Plus de  commission nationale d'investiture avec Bruno Le Maire, pour éviter les « je te donne tu me donnes, et autre tripatouilleries politiques ».
Il évoque le cas MoDem : « et que ferons-nous de François Bayrou ? « je le laisse à la gauche ! » et il martèlera :  « parce que  la droite et la gauche ce n'est pas la même chose, sinon c'est Marine Le Pen qui aura gagné avec l'UMPS ».

Un projet de droite

La place de l’État : « nous n'avons pas assez d’État et trop de  bureaucratie ».
L'immigration : « oui à l'asile pour les Chrétiens d'Irak qui sont menacés », « non pour Léornarda ».
La justice : les délinquants « derrière les barreaux»,
L'entreprise :  liberté totale pour les entreprises « elles créeront des emplois », un code du travail simplifié, la TVA sociale, « je regrette qu'on l'ait abandonné », « arrêtons d'opposer salariés et patrons, de soupçonner les entreprises ». « redonnons la capacité agricole et faisons discuter ensemble les producteurs, l'agro-alimentaire et les distributeurs »
L'éducation : au primaire il faut « apprendre à lire, écrire et compter et rien d'autre », « plus collège unique, parce qu'il n'y pas d'intelligence unique, et développer la voie de l'apprentissage », il veut revenir à un ministère de « l'instruction publique » parce que « l'éducation, c'est le rôle des parents ».

Face au Mistral

Si la salle était toute acquise et que les applaudissent fusaient à chaque pause, le sujet de la livraison des Mistral a jeté plus qu'un froid, il a fait se lever une forte houle dans la salle.
« Si nous avions été fermes depuis le début nous ne serions pas dans cette situation, Poutine est agressif, et nous allons tout perdre parce que, pour finir,  nous allons les livrer ». Et devant la réprobation des auditeurs  « je maintiens que Poutine est une menace, je ne suis pas là pour vous faire plaisir, si vous n'êtes pas d'accord vous ne voterez pas pour moi ». Il tient le cap.  Pour lui les militants « ne sont pas des clients »,  il reprend le contrôle de la  salle et s'offre le luxe de l'allusion au dérapage de son rival concernant l'abrogation de la loi Taubira.

Notre-Dame-des-Landes : «  la violence n'a pas sa place et vous avez droit à un aéroport:

La réforme des régions : « ni faite, ni à faire, pas de concertation» , il évite le sujet de la Bretagne.

La place des communes : « les maires doivent être en première place pour l'organisation de l'UMP ».

La Santé : opposé à la gratuité totale, favorable aux médicaments vendus  « à la pilule et pas à la boite ».

La dépendance : « faire plus pour les plus fragiles, cela demande des  économies et les vraies économies c'est le courage de les faire ».

Les retraites : « nous n'avons pas été assez loin, tout à plat, un seul régime, aligner le public sur le privé, supprimer les régimes spéciaux.».

La déréglementation de certaines professions : « cela ne  créera pas d'emplois». Il souligne l'incohérence pour les notaires, alors que les frais de mutation on été augmentés (ils vont à l’État

Les primaires : Bruno Le Maire veut « organiser la compétition »  avec des primaires « ouvertes, transparentes,  irréprochables » pour « six ou sept candidats de la droite et du centre », c'est un « pare-feu » . Pour quels électeurs ? « Pour des sympathisants, qui adhéreront à une charte de valeurs, peut-être avec une participation financière ». Un militant de longue date s'en inquiète, avouant « avoir été voté aux primaires socialistes pour Martine Aubry » et craignant « la réciprocité ».

Et après ? S'il n'est pas élu, il ne prendra pas de fonctions à l 'UMP, mais « il est confiant ».  et fait mine de s'amuser « dommage que la campagne ne dure pas trois mois de plus » puisque ses sondages s'améliorent au fil du temps. Il compte bien « aller au second tour, car il y aura un second tour ! ».

Impressions

A la sortie les commentaires allaient bon train « pourtant j'étais pour Sarkozy, mais là… réfléchissait tout haut une dame avec son amie qui répondit, Sarkozy il ne pense qu'à lui », « il veut l'UMP pour lui, pour gagner la présidence», « lui (Bruno Le Maire,  il paraît sincère, mais aura-t-il les moyens de faire ce qu'il dit, il a du courage, t'as vu pour les Mistral, il n' a pas reculé, mais je ne suis pas d'accord », et de faire le rapprochement avec Nicolas Sarkozy et l'abrogation de la loi Taubira. « Et puis il parle un peu comme Juppé, pour après c'est peut-être mieux si c'est lui », « les primaires avec Sarkozy, je n'ai pas confiance mais ouvrir à n'importe qui..remarque à gauche il l'ont bien fait... ». Ont-ils été convaincus pas le discours ? « Tu crois, toi qu'il y aura un second tour ? »

Si David Douillet, certes pas candidat n'avait pas eu beaucoup de succès  à 1 0 km de là (à Guérande) il y a quelques semaines  c'est carton plein pour le challenger de l'ex-président de la république.
Gatien Meunier a clamé haut et fort que « tous les candidats ont été traités de la même manière et que la fédération a été  exemplaire  :  même traitement même nombre de relances », c'est maintenant que les militants pourront se faire une opinion sur la méthode.

Auteur : LY | 26/11/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Nicolas Sarkozy élu président de l’UMP »
Article suivant : « Journée pour la lutte contre les violences faites aux femmes »

Vos commentaires

#1 - Le 27 novembre 2014 à 09h48 par Umphilare
C'est amusant ce prurit antirusse, ce retour aux réflexes de la guerre froide, ou, pour être exact, cette soumission aux désirs US qui sévit chez tous nos politiciens prétendant à la direction du pays; comme si on n'avait aucune chance d'être désigné sans la bénédiction washingtonienne. Pourtant c'est l'un des rares à ne pas figurer sur la liste des Young leaders !
#2 - Le 27 novembre 2014 à 11h44 par Pierre, Nantes
Hum Laurence Garnier avec un petit 24% au premier tour contre 29% par Mme Jozan en 2008. Comment espère-t-elle gagner la prochaine fois ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter