www.media-web.fr

Sandrine Josso rapporteure d’une commission d’enquête sur l’évaluation des politiques publiques de santé environnementale

La députée de la 7ème circonscription de Loire-Atlantique a souhaité avec les membres du groupe Libertés & Territoires ouvrir une commission d’enquête sur les politiques de santé environnementale.
Sandrine Josso
Sandrine Josso

La députée de Loire-Atlantique a pris plusieurs initiatives dans le secteur de la santé ou de la protection des habitants de Loire-Atlantique.

http://www.media-web.fr/sandrine-josso-nommee-pour-presider-un-groupe-de-travail-sur-le-covid-19-a-l-assemblee-nationale-78-77-3246.html

"Je suis ravie que ce sujet que je porte aboutisse sur la création d’une commission d’enquête" : « La Santé Environnementale, une priorité du XXIème Siècle » 

Si l’épidémie de Covid-19 a montré les forces de notre système de santé, elle a aussi exacerbé ses manques et ses dysfonctionnements, et souligné le lien fondamental existant entre la santé et l’environnement, malheureusement insuffisamment pris en compte par nos politiques publiques.

Cette crise sanitaire du Covid-19 a pris de cours le monde entier, nous n’étions pas préparés, les conséquences sanitaires, sociales, sociétales et économiques auront un impact vertigineux non-seulement sur notre pays mais aussi à l’échelle planétaire. Elle sera inscrite, à ce titre, comme un point zéro de notre Histoire sur la santé environnementale.

« La santé environnementale, une priorité du XXIème siècle. »

L’épidémie mondiale de maladies chroniques a été largement ignorée ou sous-estimée par l’Organisation Mondiale de Santé et par ses États membres. C’est le principal défi que nous devons tous mener et ce à grande échelle.

Une étude d'une ampleur inédite, conduite par le département de médecine de l'université d'Oxford, confirme que certaines pathologies comme le diabète ou l'obésité jouent un rôle crucial dans l'aggravation de la maladie du Covid-19. Elle montre aussi des différences en fonction des origines ethniques et sociales des patients.

Nous savons que le nombre de malades chroniques se chiffre en millions en France et à travers le monde, que l’obésité a été multiplié par 2 en 20 ans en France* et ce n’est pas qu’une question d’âge, les perturbateurs endocriniens sont la cause majeure de ces pathologies.

L’organisation mondiale de la Santé nous informe que sur 12,6 Millions de décès dus à l’environnement, 8,2 Millions sont imputables aux maladies non transmissibles (AVC, Cardiopathie, Cancers, Pneumopathies chroniques, infections respiratoires, Obésité…).

Qui ne connaît pas parmi nous, un voisin, un proche, un membre de sa famille, qui ne soit pas malade du cancer ou bien d’avoir eu un AVC ou bien encore avoir des problèmes respiratoires ou cardiaques, pire, décédés.

Et pourtant, c’est précisément quand on doit faire face à la maladie ou à des souffrances chroniques, soi-même ou bien des proches, qu’on se rend compte que la santé environnementale est en réalité une affaire qui concerne tout le monde.

Ce sont nous, les politiques, qui déterminons les priorités en terme de Santé ; des cas de cancers des enfants groupés, des bébés nés sans bras, des villes ou des bassins portuaires avec des taux de cancers nettement supérieurs à la norme nationale, des doutes avérées sur les effets cocktails (c’est l’addition de plusieurs facteurs environnementaux qui induisent le développement de maladies), et la recherche toujours en cours mais sans la moindre réflexion sur le préventif, sans la moindre réflexion sur les effets des activités humaines sur la santé des hommes, sur l’équilibre de la nature, sur la santé de notre environnement.

Pourtant, en dépit du caractère essentiel que revête le préventif, et malgré  la promesse inscrite dans le programme du candidat Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017 de « protéger la santé et l’environnement des Français », force est de constater que la santé environnementale n’est pas encore devenue une priorité de ce quinquennat.

Aussi, agir sur les facteurs environnementaux permet de prévenir, préserver et améliorer l’état de santé de la population en améliorant la qualité des eaux, de l’air, des sols, en se protégeant du bruit, des pesticides, des microparticules d’oxyde de carbone, en améliorant la qualité de l’air intérieur et en luttant contre l’insalubrité, les expositions au plomb, aux fibres d’amiante.

Dans tous ces milieux, il va s’agir d’assurer la prévention des risques pour la santé associés aux expositions à divers agents physiques, chimiques et biologiques omniprésents dans notre environnement et notre alimentation.

C’est l’occasion à ne pas manquer qui exige une réaction de tous ceux qui sont attachés à une meilleure santé universelle, à un meilleur environnement bleu et vert pour notre planète.

Et à tous ceux qui sont attachés au droit humain le plus fondamentale inscrit dans la constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis 70ans. :

« La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale ».

Si les politiques publiques en la matière demeurent perfectibles, c’est le renforcement des moyens mis en oeuvre pour la prévention dont nous avons collectivement besoin, la création de Pôles Veille de Santé Environnementale Territoriaux, et l’organisation des états généraux de la santé environnementale en 2021.

Inspirée par l’ensemble des travaux menés par les organismes privés et publiques, inspirée par l’OMS, la présente proposition de résolution vise à rappeler solennellement la détermination des membres de l’Assemblée nationale à lutter contre toutes les formes de discrimination des maladies chroniques liées à l’environnement, invite le Gouvernement à mettre en oeuvretous les moyens permettant que la Santé Environnementale soit inscrite comme une priorité dans les plans de Santé, Budgétaires et économiques.

Dans l’attente de la création de la commission d’enquête sur l’évaluation des politiques publiques de santé environnementale, dont je serai rapporteure, je continue à travailler avec tous les acteurs privés et publiques, pour que la Santé Environnementale soit inscrite comme l’un des piliers de notre santé publiques, je m’y engage au nom de toutes et tous.

20/06/2020 | 4 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 20 juin 2020 à 19h03 par Jossopas
Incroyable cette récupération de la crise COVID-19 par notre députée.
Et la faute à qui la crise?
Ben manque pas de culot , Sandy elle dit c'est Macron!.

Elle oublie que depuis son élection elle a voté les budgets du gouvernement de M. Macron.

Elle croit quoi? Qu'on va avoir la mémoire courte en 2022?

Non Madame la députée, vous finirez dans les oubliettes de l'histoire.
#2 - Le 21 juin 2020 à 20h57 par Adam, Pornichet
Excellente démarche!
#3 - Le 22 juin 2020 à 09h41 par Jossopas
@Adam

Oui la démarche peut apparaître comme bonne,mais pas la démarcheuse.

Du coup pour les personnes en attente,le risque est fort d'être plus sur déçues et surtout une perte de temps.

Relisez la dernière phrase, du communiqué, on est dans la pure langue de bois.
N'importe qui pourrait la dire , sans obligation non seulement de résultats mais pire encore en termes de moyens.

Et c'est comme si rien n'avait été dit ou fait. Or il suffit de consulter le site web du gouvernement pour voir ce qui a déjà été dit et promis, pour prendre la mesure de la vacuité de cette nouvelle commission.


https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/#:~:text=D'apr%C3%A8s%20l'OMS%2C,et%20esth%C3%A9tiques%20de%20notre%20environnement.
#4 - Le 29 juin 2020 à 19h35 par Las , La Baule
@Jossopas ou devrais-je écrire Alain Dubois pseudo candidat aux municipales de La Turballe, pseudo candidat aux législatives de 2017, vous êtes un éternel perdant, aigri, acariâtre, vos écrits, vos comportements sont de l’ordre pathologique.
Tout le monde vous connaît comme le gargamel de la politique frustré parce que la schtroumpfette vous est supérieur.
L’affiche des députés doit bien être écornée à force d’être manipulée pour de vos piètres monologues.
Je réitère, conserver votre sardine dans votre huile frelatée, cela conserve.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter