www.media-web.fr

Réunification : Les Bonnets rouges n'ont rien pané

De l'automne 2013 au printemps 2014, le mouvement qui a démarré en flèche sur la colère d'une base épuisée s'est fait trimballer de droite et de gauche. Passera-t-il l'été après avoir démontré deux fois de suite son incapacité à mobiliser ces dernières semaines ?

Samedi soir après la manifestation pour la réunification de la Bretagne, à Nantes quelques Bonnets rouges se sont fait ramasser par les forces de l'ordre, six étaient en garde à vue ce dimanche matin.

De la farine et des œufs

Une poignée « d'activistes » jetaient de la panure  (de la farine et des œufs) sur la maison de Jean-Marc Ayrault. Rien de bien méchant si ce n'est que « c'est mal de jouer avec la nourriture alors que certains en manquent » comme le soulignait le proviseur du lycée de La Baule (quand les élèves de terminale ont fait la même chose pour fêter la fin des cours, comme chaque année).
Dans la farine, ils se sont bien fait rouler les Bonnets rouges. Des malins ont détourné la colère. « Vivre, travailler, décider » au pays, ça marche toujours. Démonter les tirelires que l'État posait pour récupérer l'écotaxe, montrer au gouvernement que des impôts il y en a bien assez, ça rassemble aussi. Sauf que les pilleurs de troncs se sont installés, déposant la « marque » et vite, tant en économie qu'en influence.

Un bon démarrage

La Bretagne, la liberté, l'identité ça marche aussi, un peu d'histoire assaisonnée, le tout piqué d'un drapeau noir et blanc, le paquet était ficelé : on allait voir ce qu'on allait voir !
Et on le vit, aux états généraux de printemps, des milliers de personnes, des cahiers de « doléances », des tables rondes : un formidable rassemblement qui aurait pu le socle fondateur de … et c'est bien cela la question : de quoi ?

Un flop

Le mouvement d'exaspération économique et fiscale n'était pas un mouvement politique : l'extrême droite, les nationalistes bretons, des décideurs du Medef n'arrivaient pas à entraîner la machine, pas plus que la gauche, ou les syndicats de salariés. Et à hue et à dia, multipliant les messages pour les mêmes dates mais avec des objectifs différents les Bonnets y perdaient leur breton. Ils ne « fédéraient » plus rien. Le 14 juin, ils annonçaient qu'ils démontreraient leur force : tous devant les préfectures et sous-préfectures de Bretagne !  Au mieux 2 000 dont 60 à Saint-Nazaire et 300 à Nantes en 14 points (au lieu des 18 prévus). Chute des Floc'h*, la piétaille ne suivait plus.
 
Ce samedi Bretagne réunie, 44=breitz, EELV 44 et d'autres associations avaient appelé à manifester : elles avaient compris : un lieu, un message, une détermination, produisent un effet, de masse.

Un cap'

Les têtes rouges étaient aussi là ce samedi à Nantes, mais bien peu nombreux encore par rapport aux 20 000 de Quimperà l'automne dernier, leur dira-t-on. Est-ce une seconde déroute ? Malgré la farine et les œufs, les Bonnets rouges n'ont rien pané*, il ne leur reste qu'à jeter leurs coiffures par-dessus les portiques, ils ne sont bons qu'à être soldés ; ou à réfléchir à qui veut les manœuvrer et à qui ils sont, eux, et pourquoi ils veulent se battre.

S'ils veulent poursuivre, les Bonnets ne peuvent pas se laisser  définir seulement comme des casseurs de portiques d'écotaxe ou des videurs de tonnes à lisiers dans les cours des préfectures. Leurs collectifs sont actifs et engagés dans l'économie locale, porteurs d'idées. Mais il leur faut se choisir un vrai navire et un capitaine incontestable ; sinon ils ne resteront que des pirates, éparpillés sur des rafiots, sans communication et sans message, agitant un chiffon rouge.
 

*comprendre en argot
**page ou écuyer - Le Floc'h président de Armor Lux fourisseur de bonnets, avait déposé la marque Bonnets rouges peu avant la grande manisfesttion de Quimper

Auteur : LY | 29/06/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Régions : le FN 44 contre la réforme et pour la réunification de la Bretagne »
Article suivant : « Bretagne réunie appelle à manifester le 28 juin à Nantes »

Vos commentaires

#1 - Le 30 juin 2014 à 16h59 par Jean-louis Garnier
Très bon, remarquable analyse !
#2 - Le 02 juillet 2014 à 09h12 par Info
http://www.breizh-info.com/13977/actualite-politique/petain-n-pas-separe-loire-atlantique-bretagne/

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter