www.media-web.fr

Reprise, de quoi ?

Entre le Medef qui veut relancer l’économie et remettre le prolo au boulot et les syndicats, F.O., C.G.T. qui veulent prolonger le confinement par une grève illimitée, à quelle reprise doit-on s’attendre ?

C’est vrai que la solution CGT qui tendrait à rester chez soi sans travailler est radicale, ne reste plus qu’à solliciter Benoît Hamon pour le revenu universel et les Français seraient payés par l’argent du Saint-Esprit  en coulant des vacances éternelles. 

Plus sérieusement, après un si long silence confiné, il est logique que la CGT de Lolo Martinez veuille faire entendre  sa voix de ténor et pousser son avantage au regard du bazar ambiant pour générer une crise, voire une révolution, au bout de laquelle, le prolétariat prendrait le pouvoir, accédant enfin, au concept édicté par Lénine lui-même en personne : « la dictature du prolétariat ». Une perspective que même les Russes et les Chinois ont abandonnée n’en conservant tout de même que la dictature.

Quant au syndicat patronal, représenté par son emblématique Geoffroy, il souhaite remettre tout le monde au boulot, car : «  faut pas déconner, que vont dire et surtout faire les actionnaires de nos entreprises, si de bénéfices de fin d’année il n’y en a plus ? ».

Geoffroy veut remettre tout le monde au chagrin pour éviter que les entreprises prennent un bouillon et que les actionnaires retrouvent le beurre et l’argent du beurre.

Godefroy de Bouillon, lors de la première croisade, avait repris Jérusalem aux infidèles, Geoffroy veut reprendre le boulot pour éviter le grand bouillon du capital.

Du sens du mot « reprise » il n’y aura à conserver, j’en ai peur, que celui du trou dans les chaussettes. Il en sera de même pour notre économie nationale, criblée de dettes et donc de trous qu’ils va falloir boucher et repriser au fil du temps et pour combien de temps ? 

« Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches, archi-sèche ? »  des paroles en forme d’allitération, qui ont fait rire à leur époque, une génération par leur difficulté à les prononcer risque de faire pleurer la nôtre par cet autre virelangue chanté par les syndicats : « tu t’entêtes à tout tenter, tu t’uses et tu te tues à t’entêter ».

Auteur : Marx brothers | 22/04/2020 | 0 commentaire
Article suivant : « Jacques Cheminade : Principes d’un combat pour la France et pour l’humanité »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter