www.media-web.fr

Régionales Pays de la Loire : le Parti Communiste « sans état d'âme »

C'est parce qu'il a tiré un bilan positif de l'action de ses cinq élus au Conseil Régional que le PCF entend faire campagne pour garder la région à gauche et participer à une nouvelle majorité. Quitte à froisser ses partenaires du Front de Gauche et EELV, l'Angevin Alain Pagano, tête de liste régionale, et la briéronne, conseillère régionale sortante, Véronique Mahé, porteront cette orientation d'une partie de la gauche radicale. Entretien avec Aymeric Séassau, secrétaire fédéral du PCF 44.
Aymeric Séassau
Aymeric Séassau

Chaque nouvelle échéance électorale met la gauche radicale à rude épreuve et les Régionales qui s'annoncent n'échappent pas à la règle. D'autant que cette fois-ci, avec la volonté de constituer un très large rassemblement, le Front de Gauche aurait bien aimé rallier Europe Ecologie Les Verts à sa cause. Peine perdue. Les écologistes ont plutôt tendance à se disperser dans la nature. Chacun sa route, chacun son chemin… Et le Parti Communiste n'entend pas changer de cap. « Pour lutter conter les politiques d'austérité, il faut des élus dans des majorités de gauche pour imposer une nouvelle donne politique », assène-t-il.

Une position parfaitement assumée, avec le soutien des adhérents qui ont voté très récemment, plus affirmée cependant en Loire Atlantique que dans les autres départements de la région. Pris entre le marteau et l'enclume, les communistes entendent bien couper l'herbe sous le pied de leurs détracteurs… à la faucille s'entend. Car la singularité du PCF ligérien ne tient pas qu'à sa stratégie électorale, elle soulève aussi des engagements de fond qui ne font pas l'unanimité au sein du Front de Gauche.

Nous avons rencontré Aymeric Séassau, adjoint au maire de Nantes, secrétaire fédéral du PCF 44, à l'occasion de la Fête de l'Humanité.

MW : Quel est le positionnement du Front de Gauche pour ces élections régionales ?

Rassembler, rassembler encore pour faire reculer les logiques d'austérité. Nous avons publier  plus de 80 propositions qui sont versées au débat public, mises à dispositions des citoyens, pour les porter au pouvoir à la région Pays de la Loire. Nous retournons vers nos partenaires pour trouver la manière la plus efficace de les faire gagner. Le 25 septembre, les communistes se sont positionnés en conférence régionale.

MW : Rassembler la gauche, cela va d'où à où ?

C'est sans exclusive. Nous avons discuté avec toutes les forces de gauche, dont EELV et le Parti Socialiste. 

MW : Quelles sont les relations du PCF avec ses partenaires du Front de Gauche ?

On continue de porter haut les couleurs du Front de Gauche et son orientation politique, sans état d'âme et avec détermination. C'est une recherche perpétuelle de chemin pour dépasser les logiques d'austérité. Les gens ne comprendraient pas que l'on ne soit pas tous ensemble sur une même liste en décembre.

MW : Et à propos d'Europe Ecologie Les Verts ?

Si la piste d'une alliance avec EELV s'est éloignée, c'est parce que leurs conditions n'étaient pas acceptables pour les communistes. On ne nous proposait pas un rassemblement alternatif aux logiques d'austérité. On nous propose un ralliement derrière le projet des écologistes, ce qui est bien éloigné de nos aspirations dans cette élection.

MW : On parle beaucoup d'une rupture entre les citoyens et leurs élus, d'une rupture des élus communistes avec leur base. D'ailleurs, en Bretagne, aucun des élus sortant du PCF n'a reçu d'investiture pour un nouveau mandat. Qu'en pensez-vous ?

Evidemment, quand on a un pouvoir central qui a été élu sur le changement, et qui incarne le reniement, on peut parler de trahison. Il y a un phénomène grave de rejet de la politique. Le regard sur les élus à changer. Mais nous sommes utiles ! Voyez avec les Seita, nous avons lutté pendant 6 mois, il y a eu 327 licenciements, et Impérial Tobacco a touché 1,3 million de CICE en deux ans pour virer des salariés dans une entreprise rentable. La question qui était posée, c'était celle de l'impuissance du politique. Je crois que pour ramener les gens vers les urnes, il ne faut pas être dans le témoignage, il faut des élus pour rendre nos idées concrètes. Dans mon mandat de Conseiller Régional, nous avons fait rembourser deux entreprises qui n'avaient pas tenu leurs engagements. Dans le cadre d'une majorité, il faut de la détermination des élus communistes. Je ne crois pas à la traversée du désert et attendre que notre mouvement fasse 51 % des voix pour obtenir des avancées.

MW : N'y a-t-il pas un défaut de cohérence au sein du Front de Gauche ?

Il y a un débat qui traverse le FDG, on ne va pas se le cacher. Nous sommes toujours attachés à notre socle commun « L'Humain d'abord ». J'observe que Jean-Luc Mélenchon a lancé son mouvement pour la 6e République. Nous voulons relever le défi de la construction d'un mouvement populaire de la gauche du 21e siècle. On voit bien que la tâche est difficile, nous sommes dans une période assez crépusculaire pour la gauche. Il faut rallumer la lumière rapidement.

MW : Notre Dame des Landes, un dossier douloureux ?

Douloureux, je ne sais pas. Les communistes de Loire Atlantique restent majoritairement favorables à cet équipement. Mais, on ne pourra pas réaliser cet aéroport dans la violence. Nous n'acceptons que des personnes soient agressées pour leur opinion sur ce dossier. Mais au risque de vous surprendre, je ne crois pas que Notre Dame des Landes structure les comportements électoraux en Loire Atlantique. Jean-Luc Mélenchon et le Parti de Gauche se sont prononcés contre l'aéroport, et je le respecte. D'ailleurs, dans un rassemblement avec des avis différents sur cette question, notre candidat à la Présidentielle a fait 12,5 %. Je regrette toutefois l'énergie mise par le Parti de Gauche dans la division sur cette question. Mais au Front de Gauche, on ne brade pas des circonscriptions pour des aéroports, même si nous avons des avis divergents.

MW : Est-ce qu'il y a un danger Front National pour cette élection ?

Evidemment ! Je n'oublie pas ce qu'il s'est passé à Trignac où il y a des élus frontistes grâce à la complicité de la Droite. Tout cela est préoccupant. Nous ne ne résignons pas à voir des élus du Front National prendre position à la région. Pour cela, il faut que la Gauche soit fidèle à ses valeurs et porte un projet répondant aux besoins des salariés. C'est ce que n'ont pas fait Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls.

MW : Le redécoupage territorial, la région Pays de Loire, le rattachement de la Loire Atlantique à la Bretagne… Quelle est la position du PCF ?

Nous sommes des opposants résolus à la réforme territoriale ! On nous a beaucoup amusé avec cette question ! On ne change pas de politique et la carte de France sans consulter la population. On a remodelé nos régions selon l'exigence de l'Union Européenne. A propos de la Loire Atlantique, nous sommes contre le démantèlement de la région Pays de Loire ! Nous nous sommes exprimés en ce sens avec une majorité des élus régionaux. Depuis des dizaines d'années, se sont consolidés des liens, dans les transports notamment, qui doivent être renforcés et protégés. Nous sommes dans un département dynamique, avec un peu moins de chômage qu'ailleurs, appelé à accueillir encore plus de gens. Les Pays de la Loire ont une cohérence. Ce n'est  pas un mal que le périmètre de la région ne change pas. On connaît bien ce territoire.

Auteur : YD | 09/10/2015 | 4 commentaires
Article précédent : « Régionales Bretagne : Le parti Breton, Strollad Breith a désigné ses têtes de listes »
Article suivant : « Régionales Pays de la Loire : Philippe De Villiers ironise sur Retailleau et votera Cécile Bayle de Jessé DLF »

Vos commentaires

#1 - Le 10 octobre 2015 à 14h51 par Joseph Staline, IssÉ
Quelle belle langue de bois de ceux qui ont été mis en minorité et voulaient l'alliance avec le PS dès le 1er tour.
Ils vont se battre contre les verts concurrents et se coucher pour avoir des places sur la liste Clergeau...
S'ils passent les 5% !!
#2 - Le 13 octobre 2015 à 21h44 par from jipé , S-h
Madame Irma et Joseph Staline sont ils des alliés momentanés comme ayant signé un pacte de prédiction...
Certains pactes historiques ont coûté très cher aux progressistes et aux communistes du monde entier.
J'aimerais rêver mieux que 5% car le PCF est d'utilité publique pour la gauche française.
J'aimerais rêver mieux pour allumer les étoiles des Pays De Loire.
et rêver c'est déjà ça .merci.
#3 - Le 14 octobre 2015 à 10h37 par raoul, GuÉrande
il se sape aussi au pc, il a pif le chien sur son tee shirt
sans état d'ame aujourd'hui et sans élu demain, et c'est une bonne chose
#4 - Le 15 octobre 2015 à 23h23 par la moette, Mesquer
Au PC,il existe des gens, qui savent se saper,comme à la Turballe

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter