www.media-web.fr

Primaire de la droite et du centre : La campagne des 8 a démarré sur les chapeaux de roues.

Ils sont 7, 6 hommes et une femme à faire campagne pour espérer être choisi par les électeurs comme le meilleur représentant de la droite et du centre pour la prochaine élection présidentielle. Jean-Frédéric Poisson du Parti Chrétien Démocrate n’a pas eu besoin de faire la course aux parrainages.

6 candidats sont tous issus du parti Les Républicains.Nathalie Kociusko-Morizet a du se bouger jusqu’à la dernière minute pour obtenir ses parrainages. Sur 270 000 militants à jour de cotisation, seulement ¼  soit 67 500 militants se sont sentis concernés par la primaire. Henri Guaino a dit tout le mal qu’il pensait de cette primaire et va tenter de rechercher les 500 signatures, pour être candidat à l’élection présidentielle.

Les candidats en campagne : Premier tour le 20 novembre 2e tour le 27 novembre

Nathalie Kosciusko-Morizet 43 ans Polytechnicienne et ingénieur de formation, Ancienne ministre, ex numéro 2 du parti LR a été remerciée par Nicolas Sarkozy suite à des désaccords sur la ligne politique. Elle est la seule femme dans cette primaire, et revendique sa liberté de parole et de pensée. Sur les questions de sécurité elle propose une troisième voix : « D'un côté François Hollande qui nous dit “Moi je suis pour l'État de droit” et de l'autre Nicolas Sarkozy qui nous dit “Moi je suis pour la sécurité”. Entre ces deux voies, il y a une troisième voie qui est celle d'une proposition républicaine et exigeante».

Jean-François Copé 52 ans Ministre sous Jacques Chirac, Maire de Meaux, Secrétaire général de l'UMP entre 2010 et 2012, puis président du parti de 2012 à 2014. Il est forcé de donner sa démission puis a été complètement blanchi par la justice dans l’affaire Bygmalion. Il veut réaliser la « rupture que Sarkozy et les autres n’ont pas faite. » Sur les questions de sécurité il se prononce pour : "La mise en en place par ordonnances un plan Marshall pour la sécurité : un renforcement considérable et finance, de nos moyens sur le terrain."

François Fillon 62 ans Ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, proche de Philippe Seguin, Parlementaire de la Sarthe depuis 1981, devient député de Paris en juin 2012. A été le candidat malheureux à la présidence de l’UMP. Il veut « tisser avec  un lien de sincérité et d’honnêteté. Sincérité sur notre bilan, sincérité sur l’état de la France, honnêteté sur les efforts qu’il faut consentir pour être une nation indépendante et prospère, honnêteté des comportements politiques car comment imposer le respect de l’Etat et de la Loi si les dirigeants s’écartent eux-mêmes de leurs devoirs ? Il préconise une sécurité qui doit être partout et pour tous, avec des forces de l’ordre modernisées et une Justice ferme et rapide. »

Alain Juppé 71 ans Inspecteur des finances de formation, il a été un proche collaborateur de Jacques Chirac, Plusieurs fois ministre entre 1986 et 2012 (Budget, Affaires étrangères à deux reprises, Écologie, Défense) Il est secrétaire général (de 1988 à 1994) puis président (de 1994 à 1997) du Rassemblement pour la République(RPR) et président de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) de 2002 à 2004

Il perd ses mandats électifs et quitte la vie politique après avoir été condamné à 14 mois de prison avec sursis et à un an d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêts dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Les Français ne s’y sont pas trompés sur sa réelle responsabilité, et il bénéficie rapidement d’un regain de popularité. Il est réélu maire de Bordeaux. Il est aujourd’hui d’après les premiers sondages un des favoris de la primaire. Sur les questions de sécurité il préconise : "La France a plus que jamais besoin d’un Etat Fort qui mobilise tous les moyens nécessaires, qu’ils soient juridiques, financiers ou opérationnels."

Bruno Le Maire 47 ans Secrétaire d'État aux Affaires européennes de 2008 à 2009, puis ministre de l'Agriculture au sein du gouvernement Fillon. Il joue sur la jeunesse et veut rénover un système politique à bout de souffle. Il vient de sortir un contrat programme de 1000 pages.

"Un programme précis, détaillé et chiffré au service d'une vision, celle d'une France juste et de Français fiers. Une marque de fabrique bien loin des paroles toujours plus dures, toujours plus brutales, du retour du Kärcher et, de l’autre côté, de l’immobilité heureuse ..."

Hervé Mariton 57 ans Polytechnicien et ingénieur est aussi député de la Drôme. Il a obtenu ses parrainages à la dernière minute. « J’aurai l’honneur et la fierté de porter nos idées, nos valeurs et nos convictions lors de cette primaire, où près de 3 millions d’électeurs sont attendus. Et qui aura pour rôle de désigner le candidat de la droite et du centre pour l’élection présidentielle de 2017. » Il défend ses convictions : « c’est à nous, oui à nous, de dire que la loi de la République prime celle de la religion, quelle que soit la religion. Dans la situation de tensions dans laquelle se trouve la France, évitons les provocations inutiles, comme le Burkini, et rappelons les règles incontournables. » Il reconnaît bien volontiers qu’il est le plus russophone et le plus russophile des députés français. Après avoir été retoqué par la commsission d'investiture ce dernier a annoncé soutenir Alain Juppé, après avoir rencontré tous les cadidats.

Jean Frédéric Poisson 43 ans député des Yvelines Il n’a pas eu à réunir de parrainages car il est le président du Parti Chrétien Démocrate de Christine Boutin. Il propose "de lutter contre l’islamisme en y associant les musulmans de France. De mettre fin à  l’immigration massive et non choisie. De protéger la famille et les valeurs de la vie humaine. De rétablir le service national."

Nicolas Sarkozy, 61 ans  Ancien Chef de l’État A repris l’UMP en pleine déconfiture suite à l’affaire Bygmalion. Il a rebaptisé le parti Les Républicains. Il est mis en examen  pour financement illégal de campagne, selon le réquisitoire du parquet de Paris. Il a réuni sur son nom beaucoup de parrainages et reste un des favoris dans les sondages. La ligne de l’ancien chef de l’Etat est dure : selon lui, il faut “réduire drastiquement” le nombre d’étrangers arrivant en France. Il propose  la création d’une “Cour de sûreté antiterroriste”, “à laquelle serait adossé un parquet national spécialement dédié”, et défend un principe de précaution systématique dans la lutte contre le terrorisme. “Tout Français suspecté d’être lié au terrorisme [...] doit faire l’objet d’un placement préventif dans un centre de rétention fermé” a-t-il confié au JDD

Tout le monde peut voter

Auteur : NG | 20/09/2016 | 0 commentaire
Article précédent : « Kerviel : Une condamnation de principe d’un million d’euros »
Article suivant : « Les infirmier(e)s-Anesthésites de France adressent une lettre ouverte à François Hollande »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter