www.media-web.fr

Plan contre le chômage : Rétailleau à moitié convaincu

Bruno Rétailleau, le nouveau président de la Région Pays de la Loire ne semble pas tout à fait convaincu par le nouveau plan contre le chômage annoncé lundi 18 janvier par François Hollande.

"Une fois de plus, le Président de la République vient d’annoncer un nouveau plan contre le chômage. Comme les précédents, ce plan peine à dépasser le stade des demi-mesures à demi-financées et, surtout, il ne traite pas le cœur du problème : la compétitivité de nos entreprises plombées par un coût du travail exorbitant.

Cependant, parce que le chômage est un cancer qui ronge notre société, nous devons saisir toutes les opportunités de le faire reculer. Je ne ferai pas de politique politicienne sur ce sujet. C’est pourquoi c’est un oui, mais que j’adresse à François Hollande. Oui, pour que la Région combatte aux côtés de l’Étatdans la bataille pour l’emploi. Mais à la condition que l’État prenne trois engagements sur le plan national qui nous permettront d’être efficaces sur le plan régional. Car le temps du : « C’est Paris qui commande et c’est la Région qui exécute » est désormais révolu.

D’abord un engagement financier. Aujourd’hui, seul un milliard d’euros est prévu sur les 2 milliards du plan annoncé par François Hollande. Il n’est pas question que la Région supporte seule le poids des annonces gouvernementales, alors même que nous subissons une baisse historique des dotations d’État.
Ensuite un engagement de simplification. Le Grenelle régional de l’apprentissage que je lancerai au Printemps proposera toute une série de mesures concrètes pour développer l’apprentissage dans les Pays de la Loire."

Mais il faut aussi que le Gouvernement mette en œuvre des mesures de simplification pour permettre aux entreprises d’embaucher et de former des apprentis.

Enfin un engagement d’efficacité. Les 500 000 chômeurs prochainement formés devront l’être sur des métiers où les chefs d’entreprises peinent à recruter, et ils devront être immédiatement opérationnels. C’est pourquoi je
demande que l’action de l’État annoncée par François Hollande se porte prioritairement sur des formations courtes en entreprises, que je compte développer très prochainement dans les Pays de la Loire. Rien ne serait pire que de créer des filières-voies de garage pour faire baisser artificiellement le chômage.

C’est dans un véritable partenariat entre l’État et la Région que nous pourrons vraiment faire reculer le chômage, à l’exemple des autres pays européens qui ont eu le courage de faire de vraies réformes structurelles".
A déclaré Bruno Retailleau, président de la Région Pays de la Loire.

Auteur : Communiqué | 19/01/2016 | 2 commentaires
Article précédent : « Raffinerie de Donges : Un exercice de sécurité ce mercredi »
Article suivant : « Trophée Jules Verne : Le record de Loïc Peyron ne sera pas battu »

Vos commentaires

#1 - Le 23 janvier 2016 à 13h33 par Asmodet
De toutes façons ça fait bien longtemps que le quinquennat de Normal 1er est foutu. Vivement 2017 !
#2 - Le 25 janvier 2016 à 10h41 par Lemere
@Asmodet

Vu ce que présente comme proramme la droite pour l'instant, tant au niveau régional que national, on peut se demander pourquoi avoir changé et pourquoi changer en 2017 ?

Quand j'entends Clergeau dans le même discours je cite :

"..former des apprentis...être immédiatement opérationnels..." je m'interroge sur sa vision de la formation et de l'apprentissage.

Des formations courtes, c'est le meilleur moyen de développer des petits boulots, qui ménent nulle part, si ce n'est qu'à les remplacer soit par de l'automatisation, soit par de l'importation low cost.

Ce qu'il faut au contraire, c'est remettre et les chômeurs longue durée et les actifs sur des possibilités de formations complétes, donc longues, pour les rendre soit autonomes ( artisanat, entrepreneur); soit spécialistes et experts.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter