www.media-web.fr

Plainte en diffamation : Bolloré désavoué par la justice dans son procès contre Bastamag

Les journalistes de Bastamag et le directeur de la publication ont été relaxés ce 14 avril par le tribunal de grande instance de Paris, suite à une plainte en diffamation du groupe Bolloré pour un article qui montrait le rôle des grandes entreprises françaises dans le phénomène d’accaparement des terres en Afrique et en Asie.

Le groupe Bolloré estimait diffamatoire pas moins de huit paragraphes – ainsi que le titre et le surtitre – d’un article de synthèse publié en octobre 2012 et consacré à la question de l’accaparement des terres, ces appropriations de terres à grande échelle par des fonds d’investissements ou des multinationales, principalement en Afrique et en Asie. L’article mentionnait, entre autres, les activités du groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin, dans lequel le groupe possède de fortes participations. La Socfin possède de multiples filiales qui gèrent des plantations d’hévéas et d’huile de palme en Afrique et en Asie. Ses pratiques font l’objet de nombreuses critiques de la part des populations locales et d’organisations internationales.

Agnès Rousseaux journaliste à Bastamag souligne : « Nous sommes très contents de cette défaite du groupe Bolloré, qui multiplie les poursuites à l'encontre de médias et ONG qui enquêtent sur les activités de sa filiale Socfin ou sur le processus d'accaparement de terres dans les pays du Sud. 

Nous étions plusieurs co-accusés : mes collègues et moi pour l'article de Bastamag, Rue89 pour l'avoir signalé dans sa revue de presse, ainsi que des blogueurs. Tous ont été relaxés. Un des blogueurs a même obtenu le versement de 2000 euros par Bolloré du fait du "caractère abusif" de la plainte. »

Cette bataille est loin d'être terminée. Vincent Bolloré a déposé une deuxième plainte en diffamation contre une brève publiée en 2014 à la suite du premier article. Mediapart, L’Obs et L’Express ont été mis en examen récemment pour avoir traité du même sujet.

Lire l’article incriminé : Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement de terres

Lire aussi : Est-il encore permis d’informer sur les activités du groupe Bolloré ?

Auteur : JR | 15/04/2016 | 0 commentaire
Article précédent : « Jacques Cheminade candidat à l’élection présidentielle de 2017 révèle l’existence d’un rapport de 28 pages sur les attentats du 11 septembre 2001 »
Article suivant : « "Découvrez la face cachée de Macao" »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter