www.media-web.fr

Pays de la Loire : Quand DOB devient BOB

Ce vendredi matin, le conseil régional des Pays de la Loire s'est réuni en séance plénière pour le Débat d'orientations budgétaires (DOB). Et on peut dire que ce fut houleux, notamment après l'annonce d'une "dette cachée".

Le débat d'orientations budgétaires de ce vendredi 26 février est le premier de la nouvelle majorité. Le président, Bruno Rétailleau (LR) a exposé les grandes lignes qu'il souhaite mettre en place : "le chemin et l'allure" qu'il veut suivre. Mais l'élu a soulevé un point qui a rapidement tendu le débat, en dévoilant un reste à payer de 2,7 Mds€.
En détaillant cette somme : 1,8 Mds€ correspond à des budgets qui ont été votés par l'ancienne majorité. Il s'agit des deux tiers de capacité d'un mandat, et que Bruno Retailleau ne conteste pas. Il comprend également les 451 m€ d'autorisations de programmes et d'engagements, là aussi votés par l'ancienne majorité. Il faut aussi prendre en compte les subventions et les factures impayées pour un montant de 84,5 m€.
En revanche, il semble plus surpris de découvrir 485 m€ correspondant à des autorisations de programme (notamment pour la construction de nouveaux lycées) mais qui n'ont été ni "votés, ni inscrits". "Une pratique qui n'est pas sincère" et qui "pose un problème de sincérité et de pilotage des comptes" de la majorité précédente, selon le président de la région. Il explique qu'il s'attendait "à devoir assumer un héritage financier extrêmement dégradé" et c'est pour cela qu'un audit budgétaire a été lancé afin de mettre en lumière l'ensemble des éléments. En l'état, Bruno Retailleau déclare être dans l'incapacité de "bâtir un budget". Il va donc s'appliquer "à remettre de la sincérité dans les comptes de la Région pour savoir d'où l'on part et vers quoi nous pouvons aller".

Vidéo de la Région Pays de la Loire. Séance du 26 février 2016 (présentation: 32'/début du débat: 55')

L'opposition n'est pas en reste

Le chef de l'opposition, et ancien premier vice-président de la région se défend. Pour Christophe Clergeau (PS) "le coup de la dette cachée est vieux comme le monde!". Il demande à la droite de saisir la Chambre régionale des comptes si elle juge la situation financière de la région aussi déplorable. L'ancien bras droite de Jacques Auxiette précise que les factures impayées correspondent à des crédits que la région doit verser aux collectivités pour financer des projets d'investissement. Mais ils doivent être engagés pour que la région verse sa participation. Sophie Bringuy (Ecologiste et Citoyen) a interpellé Bruno Retailleau en qualifiant son DOB de Bob, Brouillon d'Orientations Budgétaires. Pour la jeune élue, une seule ligne claire dans le programme de la droite : l'austérité. Stella Dupont (PS) estime que le président "parle vite et agit peu". Elle ajoute être inquiète quant à l'avenir de la région car elle doute du programme de Bruno Retailleau : "Soit vous ne savez pas ce que vous aller faire pour la Région, soit vous le savez et nous vous demandons donc de nous l'expliciter". Christophe Clergeau clôt le débat en apportant son explication à propos des 485 m€. Ils correspondent "à des opérations décidées ou déjà démarrées pour lesquelles la totalité des crédits n'a pas encore été engagée. Mais toutes ces opérations étaient inscrites dans le plan pluriannuel d'investissement voté l'an dernier. Je mets au défi Bruno Retailleau de trouver un seul engagement de la Région qui n'a pas été voté".

Auteur : Y.P | 26/02/2016 | 0 commentaire
Article précédent : « The Voice : Dana chanteuse d’un groupe celtique a conquis le public »
Article suivant : « Région : Le PS conteste la position de Retailleau sur les fonds européens et parle « d’un mauvais coup à la démocratie et à l’Europe. » »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter