www.media-web.fr

Parlement européen : Europhobes mais euros-philes

« L'extrême droite » au Parlement européen peine à constituer un ou plusieurs groupes. La difficulté : il n'aiment pas l'Europe, mais ils savent qu'ils ne s'entendront pas entre eux. Alors qu'ils représentent environ 100 votes. Ils ne peuvent se réunir, et risquent de voir plusieurs dizaines de millions d'euros de subventions leur échapper.

Pour constituer un groupe il faut réunir 25 députés répartis en 7 pays. Marine Le Pen et Nigel Farage ne manqueront pas de voix (38 pour l'une et 47 pour l'autre avec 24 en propre) mais de « variété ». Le problème est de réunir les sept pays. Pourquoi pas ensemble ? Le parti français serait trop antisémite pour les Britaniques comme pour les Finlandais et les Danois, les Suédois hésitent (conservateurs ou le groupe de Farage) et ce ne sont pas les sorties de « papa » qui vont arranger les affaires (les Lituaniens ont fui). Pour l'instant quatre pays seraient acquis pour la Française (le Parti pour la liberté (PVV) du Néerlandais Geert Wilders, le Parti de la liberté autrichien (FPÖ), la Ligue du Nord italienne et le Vlaams Belang flamand (Belgique), le parti polonais, mais il s'affiche homophobe... Cinq points donc. Certains autres seraient disponibles mais cette fois c'est le groupe français qui les snobe (l'Aube Dorée de Grèce par exemple, ou le NPD allemand).
Pour les deux candidats il faut trouver 14 pays différents parmi ceux qui ont envoyé des élus de droite-droite. Sachant qu'ils sont 28 même si quelques-uns ont deux partis représentés, cela devient difficile pour la Française. Alors acceptera-t-elle un compromis ? Gare ! « La dédiabolisatrice » y joue sa « réputation ». Pourtant la tentation doit être grande, un seul, un seul petit député d'un parti, de droite pas trop « extrême », même raciste sur les bords, à peine nazi, même un peu homophobe ... ou pas, juste qu'il vienne... une espèce de mariage blanc en quelque sorte, (un comble) pour avoir les sept pays... 20 à 30 millions de subventions sont à la clé et la possibilité de donner son avis sur tous les sujets et d'obtenir quelques présidences de commissions. Alors, les cartes seront-elles rebattues au dernier moment, entre les deux groupes ?
 « Un groupe sera annoncé en temps utile », a annoncé un conseiller sur son compte Twitter.








 

Auteur : LY | 13/06/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Front National : le mauvais tour de Joëlle Bergeron »
Article suivant : « Européennes : le Parti de gauche dénonce une crise politique et démocratique »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter