www.media-web.fr

Notre-Dames-des-Landes : avec le ministre délégué Pascal Canfin les écologistes défieront-ils Jean-Marc Ayrault ?

Pour le ministre délégué au développement, les prochaines élections municipales pourraient retarder le lancement de l'aéroport.
Pascal Canfin ce matin sur Europe 1
Pascal Canfin ce matin sur Europe 1

Pascal Canfin déclarait ce jeudi sur Europe 1 « je ne pense pas qu'aujourd'hui, à quelques semaines des élections municipales, le Premier ministre se lance dans la construction de cet aéroport ».
« Nous allons accueillir la grande conférence internationale sur le climat en décembre 2015 à Paris et que nous devrons trouver un accord international sur le climat », soulignant  la contracdiction
Il a indiqué qu'il n'ira pas participer à la manifestation prévue le 22 février à Nantes mais a évoqué le soutien d'EE-LV aux opposants et fait remarqué que l'argent public étant  rare, il doit être bien utilisé , « nous pensons aujourd'hui qu'il peut être mieux utilisé que pour faire un nouvel aéroport alors qu'il en existe déjà un ».

Où sont les Verts ?

Quand les travaux préalables vont commencer, est-ce un défi ? Une simple mais énorme bourde ? Un ballon d'essai ? «Sur ce sujet, nous ne sommes pas d'accord. Ce n'était d'ailleurs pas dans l'accord que nous avons passé avant de rentrer au gouvernement, donc nous avons sur ce sujet une liberté de parole totale» a ajouté le ministre. Un ministre ça doit « Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l'ouvrir, ça démissionne » disait Jean-Pierre Chevènement.
Pascal Canfin qui vient de « l'ouvrir », en mettant en cause directement son chef de gouvernement devrait être rapidement fixé sur son sort. Pour Delphine Batho, ministre de l'écologie, qui elle aussi avait voulu parler de choix budgetaires pour son ministère, la riposte n'avait pas tardé : éjectée.
Quelle sera la réponse du Premier Ministre ou du Président Hollande ? Pascal Canfin sera-t-il encore ministre en février ? Sinon, il pourra toujours aller manifester à Nantes.

Le piège est en train de se refermer, doucement « à son pas » comme dit le Premier Ministre sur ceux qui, à ne rien faire politiquement risquent  de devenir comme le campagnol amphibie « une espèce protégée ». Englués  dans les conseils municipaux locaux où ils se précipitent comme alliés de la gauche, ils ne pourront plus agir après les municipales. Quand un collaborateur d'une entreprise concurrente est gênant, l'embaucher est un moyen de le neutraliser.
Il va bien falloir que les écologistes décident enfin de leur position par rapport au PS, au gouvernement et en local, Notre-Dame-des-Landes est le sujet le plus visible aussi en ce moment.
S'ils ne  savent pas utiliser ce thème pour montrer leurs convictions maintenant, et  surtout leurs capacités à les défendre, les politiques écologistes ne le feront jamais et laisseront les militants désemparés pour longtemps.


 

Auteur : LY | 02/01/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : Cécile Duflot rappelle un désaccord « acté » »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : EELV met en garde contre un passage en force »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter