www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : Ségolène Royal n’est pas favorable à l’évacuation de la ZAD par la violence

En prenant une nouvelle fois position dans le dossier Notre-Dame-des-Landes, Ségolène Royal qui intervenait sur I Télé a déclenché une vague de protestations.

« Non, je ne suis pas favorable à l’évacuation par la violence de la ZAD. Ça se passerait très mal et ça serait là aussi des violences et des affrontements tout à fait inutiles », a déclaré Ségolène Royal, interrogée sur iTELE.

« Les choses ont tellement traîné, ont été tellement mal enclenchées dès le départ, avec un déni de démocratie, un déni de transparence, un manque de dialogue, un manque d’explications, un manque de justification, qu’on aboutit à des situations comme celle-ci », a déploré la ministre.

« Aujourd’hui, ça ne serait plus possible de construire Notre-Dame-des-Landes avec un tel déficit démocratique parce que depuis, j’ai fait voter la Loi de transition énergétique, j’ai fait voter la démocratisation du droit de l’environnement, la charte du dialogue environnemental a été publiée », a-t-elle affirmé.

« Il est désolant de voir que sur les problèmes que nous pouvons régler dans une configuration nationale, il y a encore autant de problèmes, autant de violences, autant d’affrontements », a encore déclaré la ministre..

Les réactions ne se sont pas faites attendre

"Ces propos d'un ministre qui défie l'autorité de l'État et s'oppose au respect de la loi ne peuvent rester sans suite alors que les forces de l'ordre se préparent à faire respecter la loi de la République et les décisions de justice sur la ZAD", disent dans un communiqué le  président de la Région Pays de la Loire et du Syndicat Mixte Aéroportuaire, Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, Philippe Grosvalet, président de la Loire-Atlantique et David Samzun, président de l'agglomération de Saint-Nazaire.

"Nous appelons clairement le président de la République et le Premier ministre à recadrer Mme Royal qui ne peut impunément bafouer leur autorité (...). C'est désormais l'autorité non seulement sur la ZAD mais aussi au sein du gouvernement qui est en jeu", ont-ils ajouté.

Auteur : NG | 11/10/2016 | 5 commentaires
Article précédent : « François Hollande confesse dans un livre : « Notre-Dame-des-Landes ne se fera pas » »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : Journée de forte mobilisation au chant des bâtons »

Vos commentaires

#1 - Le 11 octobre 2016 à 16h40 par Frédérique You, Donges
Bravo Ségo tu as le courage de tes opinions. Présente toi à la présidentielle tu as une chance
#2 - Le 11 octobre 2016 à 17h12 par Bisounours
Elle n'a toujours pas digéré le dynamisme économique des PDL et de la Bretagne, contrairement à sa région Poitou Charente qu'elle a mis en faillite.
La force est le dernier recours contre ceux qui ne respecte ni l'état de droit ni la démocratie.
#3 - Le 12 octobre 2016 à 09h56 par michel bailly, Bouguenais
Ce matin (12/10/2016) ... la messe est dite
Le Président dit :"NDDL ne se fera pas".
Que pense Vals, de ce couple infernal à la tête du Pays ?
Que pensent les habitants de Loire-Atlantique qui se sont exprimés, en majorité, pour la réalisation du transfert Nantes-Atlantique à NDDL ?
Référendum = de la "foutaise" !!!
Démocratie participative ? ça suffit.
Seule la Démocratie représentative, à mon avis, doit retrouver sa place pour permettre son plein exercice en sanctionnant les élus qui ne tiennent aucune des promesses électorales, qui n'exercent plus aucune de leurs fonctions électives, laissant ainsi les lieux de décision en jachère, au profit de collaborateurs qui ne rêvent que d'une chose ... Faire à leur tour carrière politique.
Tous les cinq ans pour l'élection présidentielle et législative, tous les six pour les élections locales, faire vivre la Démocratie représentative est facilement réalisable ... VOTONS ET FAISONS VOTER TOUS LES ABSTENTIONNISTES. Il en va du respect et du maintien de notre institution.
Elu avec - de 15% des inscrits au 2ème tour d'une élection législative ou dire qu'il a manqué quelques dizaines de voix à des élections locales qui mobilisent - de 40% des électeurs concernés, ou dire, encore, aux électeurs qu'il n'a manqué que deux jours supplémentaires de campagne pour gagner face à un adversaire qui s'en est tenu au code électoral ... détournent cet ensemble électoral, de ce pourquoi la République a été fondée en donnant, pour partie, la possibilité de s'exprimer via les isoloirs et les urnes dans les bureaux de vote.
Aux urnes !!!

Michel Bailly
#4 - Le 13 octobre 2016 à 09h47 par michel bailly, Bouguenais
Ce matin sur France 2, Royal met de l'huile sur le feu, je cite : "NDDL divise le Gouvernement ... il y a risque de mort d'homme si évacuation par les forces de l'ordre" faisant référence au barrage de S...
Cacophonie totale entre ses propos, ceux du 1er Ministre et du porte-parole du Gouvernement, en y rajoutant ceux du Président de la République.
En est-il ainsi de tous les dossiers dans les ministères les + régaliens ?
Sur ce dossier NDDL, le Président de la République pourrit la situation jusqu'à ce que l'un des protagonistes cités ci-dessus "pète un plomb" ... Facile, alors pour lui, de siffler la fin de la partie, t'intimer l'ordre de se mettre en rang pour une campagne présidentielle 2017 pour laquelle il voudra être garant de l'unité de ses troupes, rassurant, apaisant ...
Tout le contraire de qu'il aura été entre 2012 et 2017.
Encore un "politique"qui veut faire croire qu'il fera ce qu'il n'a jamais fait ...

Michel Bailly
#5 - Le 13 octobre 2016 à 13h33 par Breizh44, Pornichet
C’est grâce à cette attitude que les zones de non-droit se multiplient dans notre pays. Si je comprends bien, il faut brosser les hors-la-loi dans le sens du poil, quitte à pénaliser la majorité silencieuse qui – elle – n’a pas l’habitude de se manifester avec virulence et paie tranquillement ses impôts.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter