www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : Réactions heureuses, indignées, voir colériques

Nombreuses sont les réactions après l’annonce du Premier ministre d’abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes. Et vous qu'en pensez-vous ?
Les maquettes de Vinci vont retourner dans les cartons, à quel prix ?
Les maquettes de Vinci vont retourner dans les cartons, à quel prix ?

Philippe Grosvalet très remonté :

« Le gouvernement a cédé au désordre »

« En demandant à son gouvernement de renoncer au transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes, Emmanuel Macron signe son premier grand reniement. Il tourne le dos à des éléments fondamentaux de notre démocratie : une déclaration d’utilité publique, le soutien de toutes les collectivités locales, 179 décisions de justice et le référendum de juin 2016. 

Le Président de la République a pris une mauvaise décision aux multiples mauvaises conséquences. C’est une très mauvaise nouvelle pour l’avenir de l’ouest de la France et tout particulièrement pour les habitants de la Loire-Atlantique, à commencer par les 70 000 personnes qui sont survolées tous les jours et dont les nuisances ne vont faire qu’empirer. 

Cette décision va également pénaliser notre territoire : elle constitue un véritable coup de frein à son dévoloppement économique et à son dynamisme. En renonçant à ce projet structurant, le Président de la République démontre sa méconnaissance de l’Ouest de la France et de ses enjeux. Ce premier renoncement, lui qui avait promis qu’il ferait cet aéroport, est un signe grave pour notre pays. »

André Trillard ancien sénateur de Loire-Atlantique

« La méthode est mauvaise, la commission proposée par le Président de la République n’a aucune base légale. La loi de décentralisation a mis en place un contrôle  de l’égalité et non d’opportunité. La commission a décidé de l’opportunité. Je n’ai aucune confiance dans la faisabilité de Nantes Atlantique. Et le nouveau CHU de Nantes qui va se construire dans l’axe de la pistes... »

Philippe de Villiers :

« On a gagné, le bon sens l’a emporté. L’intérêt général a fini par prévaloir. La Vendée est dans le camp des vainqueurs. Merci et bravo. »

Les Insoumis 44 :

«Nous saluons le courage des Zadistes qui ont su se battre et tenir tête à ce dangereux projet. A tous ceux qui ne croient pas en la mobilisation voilà la preuve qu’elle fonctionne.»

Jean Goychman Président du groupe FN / RBM Une décision motivée et réaliste

"Le groupe FN RBM des conseillers régionaux des Pays de la Loire a toujours exprimé son opposition au projet de transfert de l'aéroport de Nantes – Atlantique vers le site de NDDL. Cette opposition était motivée par plusieurs constatations :

L'inutilité manifeste de ce transfert dès lors que la plate-forme actuelle demeurait en activité. Ses installations, à caractère purement aéronautique, comme la piste et les moyens d'approche et de navigation sont toujours adaptées et le resteront encore durant plusieurs décennies, sans modification majeure. La longueur de piste actuelle, notamment, ne nécessite aucune augmentation et est capable d'accepter tous les types d'avions, qu'ils soient en service ou en projet.

Les installations propres à l'accueil des passagers doivent naturellement évoluer, tout comme le nombre de places de parking, mais il reste encore beaucoup de surfaces utilisables à l'intérieur du périmètre.

Ensuite, l'opacité des conditions financières (le contenu des annexes financières n'a pas été rendu public) pouvait laisser planer un doute sur les motivations réelles de ce projet 

Enfin, l'argument du développement économique de la région ouest de notre pays paraissait fragile, car le déménagement vers le nord, s'il raccourcissait les trajets pour une certaine population, pénalisait en contrepartie celle habitant au sud. Pourtant, la Vendée est un département extrêmement dynamique qui ne méritait pas d'être sacrifié au nom d'un projet devenu caduque depuis des décennies."

Les Zadistes : Acipa, Coordination des opposants, COPAIn 44, Naturalistes en lutte, les habitants de la zad.

"Ce midi, le gouvernement vient enfin d’annoncer l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Nous notons que la DUP ne sera officiellement pas prorogée. Le projet sera donc définitivement nul et non avenu le 8 février.

Il s’agit bien d’une victoire historique face à un projet d’aménagement destructeur. Celle-ci aura été possible grâce à un long mouvement aussi déterminé que divers.

Nous voulons d’abord saluer chaleureusement aujourd'hui toutes celles et ceux qui se sont mobilisées contre ce projet d’aéroport au cours des 50 dernières années.

En ce qui concerne l’avenir de la zad, l’ensemble du mouvement réaffirme dès aujourd’hui :

-La nécessité pour les paysan-ne-s et habitant-e-s expropriés de pouvoir recouvrer pleinement leurs droits au plus vite.

-Le refus de toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin.

-Une volonté de prise en charge à long terme des terres de la zad par le mouvement dans toute sa diversité - paysans, naturalistes, riverains, associations, anciens et nouveaux habitants.

Pour le mettre en œuvre, nous aurons besoin d’une période de gel de la redistribution institutionnelle des terres. Dans le futur, ce territoire doit pouvoir rester un espace d’expérimentation sociale, environnementale et agricole.

En ce qui concerne la question de la réouverture de la route D281, fermée par les pouvoirs publics en 2013, le mouvement s'engage à y répondre lui-même. La présence ou l'intervention policières ne feraient donc qu’envenimer la situation.

Nous souhaitons par ailleurs, en cette journée mémorable, adresser un fort message de solidarité vis-à-vis d’autres luttes contre des grands projets destructeurs et pour la défense de territoires menacés.

Nous appelons à converger largement le 10 février dans le bocage pour fêter l’abandon de l’aéroport et pour poursuivre la construction de l’avenir de la zad."

Sarah EL HAIRY Députée Modem de Loire-Atlantique

« Après plusieurs décennies de dérobade, le pouvoir politique tranche enfin la question de Notre Dame des Lande et c’est heureux » se félicite Sarah EL HAIRY.

La qualité de la méthode pour décider est irréprochable, l’ensemble des acteurs ont été consulté et les plus proches du dossier plusieurs fois. Le Premier Ministre a fait preuve d’écoute et c’est en connaissance de cause qu’il a tranché, là où ses prédécesseurs de 2007 à 2014 pourtant implantés à proximité ont retardé la décision.

« La vraie victoire pour moi est le retour de l’action politique après la parole politique : il a été annoncé une décision, la décision est prise » souligne la Députée de Loire Atlantique

« La décision du réaménagement Nantes Atlantique est l’option de la raison qui permet de répondre à l’augmentation du nombre des passagers et à la maitrise des couts financiers et écologiques » précise Sarah EL HAIRY

« La poche de résistance de Notre Dame des Landes n’a plus de raison d’exister. Je souhaite un retour à l’ordre le plus rapidement possible et je demande à ce que la RD 281 symbole de cette opposition soit réouverte dans les prochaines heures pour que le territoire de Notre Dame des Landes retrouve le giron de la République » conclut Sarah EL HAIRY 

Michelle Meunier PS regrette amèrement l’abandon du transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes

"Le Premier ministre vient d’annoncer la fin du projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique vers le site de Notre-Dame-des-Landes.

Partisane de ce transfert depuis de longues années,  je regrette amèrement cette décision, même si j’en prends acte, malgré ma déception.

Préparée selon les règles du droit, confortée par de nombreuses décisions de justice, souhaitée par les habitant·e·s de la Loire-Atlantique consulté·e·s en juin 2016, la décision de transférer l’aéroport répondait à la nécessité d’adapter l’infrastructure aéroportuaire au doublement du trafic aérien. La médiation engagée ces derniers mois n’a pas remis en cause cette nécessité.

Le Premier ministre attend désormais la réouverture des axes routiers et le départ des personnes occupant la ZAD dans l’illégalité : j’en prends acte et je rappelle mon souhait que ce retour à la normale sur ce territoire soit mis en œuvre de façon raisonnée et mesurée, sans attiser la violence. Cela relève de la responsabilité tant des occupant·e·s de la ZAD et de leurs soutiens que des forces de l’ordre.

Désormais, il revient à l’État d’engager un travail partenarial avec les représentants des collectivités engagées en soutien à ce projet d’aéroport du grand ouest pour réfléchir aux solutions d’aménagement du territoire dont nombre d’options étaient liées à l’arrivée de la plateforme aéroportuaire. Pour les collectivités concernées par le réaménagement de Nantes-Atlantique, les attentes des habitant·e·s et de leurs élu·e·s concernant le cadre de vie et l’environnement devront être entendues et respectées."

17/01/2018 | 2 commentaires
Article précédent : « Tribune : Notre-Dame-des-Landes Zone À Désirer la décroissance »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : C’est fini il n’y aura pas de nouvel aéroport »

Vos commentaires

#1 - Le 17 janvier 2018 à 17h36 par Sylviane, Chateaubriant
C'est une bonne chose. La décision est difficile à prendre car il y a des arguments valables des deux côtés. Nous sommes à une époque ou il vaut mieux faire raisonnable.
#2 - Le 17 janvier 2018 à 22h30 par BALTA, Saint BrÉvin Les Pins 44250
A ceux qui nous chantent le vote de 2016; ils devraient se rappeler du vote: NON à l'Europe capitaliste qu'ils ont piétiné.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter