www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes: nouvelle évacuation d'une maison d'opposants squattée

Une nouvelle maison d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes au nord de Nantes, investie par des squatteurs samedi, a été évacuée lundi, "sans incidents" selon la préfecture, avec d'importants moyens des forces de l'ordre.

Cette évacuation fait suite à une première expulsion, d'une quinzaine de squatteurs opposants à l'aéroport le 9 octobre, et plusieurs sources concordantes d'opposants à l'aéroport affirmaient lundi qu'elle précède une massive opération d'expulsion de plusieurs lieux de squats prévue pour mardi à l'aube.
Les travaux préparatoires à la construction de l'aéroport (bilan archéologique, construction du barreau routier) doivent commencer début 2013 pour un achèvement prévu en 2017 et impliquent que les maisons rachetées par le concessionnaire et celles qui ont fait l'objet d'une procédure d'expulsion soient presque toutes vides.
La maison expulsée mardi soir, le "Liminbout", avait été aquise en juillet par la société Aéroport du Grand Ouest (AGO) - Vinci, le concessionnaire du futur aéroport, et était gardée depuis. Mais, samedi, une centaine d'opposants à l'aéroport l'avaient investie.
Son évacuation a été ordonnée suite à une plainte d'AGO, selon la préfecture. Au moins deux hélicoptères et plus d'une dizaine de véhicules de gendarmerie étaient impliqués.  Mais, selon plusieurs témoignages d'opposants recueillis non loin de là mardi soir, les squatteurs avaient déserté les lieux lors de l'arrivée des forces de l'ordre.
Ce projet d'aéroport à 30 km au nord de Nantes, destiné à remplacer en 2017 l'actuel aéroport de Nantes Atlantique situé au sud de l'agglomération, a été validé par l'Etat et les collectivités locales socialistes, mais son utilité est contestée par de nombreuses associations, qui mettent aussi en avant son impact environnemental et son coût.
Outre les agriculteurs touchés par les procédures d'expropriations, une centaine de militants hostiles à ce projet et proches des mouvances anarchistes, surnommés les "squatteurs", se sont durablement installés depuis plus de trois ans, en investissant plusieurs dizaines de maisons désertées ou en construisant des "cabanes". Une partie de ces maisons pourraient ainsi être évacuées mardi matin.

Auteur : AFP | 15/10/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : la chaîne humaine des opposants s'organise »
Article suivant : « Notre-Dame-des-landes : AGO déboutée »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter