www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : Macron s’est pris les pieds dans le tapis

Comme le dit la citation pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. Alors que le dossier de l’aéroport était réglé, Emmanuel Macron a voulu montrer que l’État était fort et qu’il allait restaurer l’État de droit à Notre-Dame-des-Landes. Encore de la communication, mais la réalité est très différente.
Après la destruction l'heure à la reconstruction
Après la destruction l'heure à la reconstruction

Sans prendre le temps d’évaluer les risques, on fonce tête baissée, on détruit le symbole de NDDL, la ferme aux 100 noms. La boulette de trop qui déclenche  une remobilisation générale.

Il y avait 50 campeurs à éventuellement déloger ou négocier avec eux dans le calme. 700 sont arrivés depuis dont des militants écologistes, d’autres arrivent tous les jours. Le pique-nique prévu ce midi a accueilli des milliers de personnes.

10 000 personnes de toutes catégories sociales ont défilé hier à Nantes pour soutenir la ZAD et faire plier le gouvernement. Macron a choisi la force pour montrer l’autorité de l’ÉTAT, il faut bien admettre qu’il s’est planté.

A chaque fois qu’un squat est détruit, il est reconstruit. La route des chicanes est de nouveau régulièrement encombrée de barricades.

 Mais ce qui est important pour le gouvernement c’est la com. Les images en boucle, qui montrent la volonté du gouvernement de ne rien céder. Si l’État veut réellement en finir avec la ZAD il lui faudra du temps beaucoup de temps et même avec 2 500 hommes le  résultat reste très  incertain. Le Zadiste est un personnage résistant quand il se trouve face à une injustice. C’est aussi le cas de nombreux travailleurs en France, on n’est pas loin d’une explosion sociale, le gouvernement n’a pas l’air de s’en rendre compte.

Le pique-nique prévu ce midi a été empêché par les forces de l’ordre. Des milliers de personnes étaient venus pour reconstruire un hangar, ça a tourné aux affrontements. « Ce matin, un imposant dispositif policier s'est redéployé sur diverses  routes de la zad : d281, d81, routes des fosses noires. Les contrôles et blocages routiers se multiplient. Un mensonge de plus : hier la préfecture annonçait qu'elle n'interdirait pas la manifestation. » Précisent les Zadistes.

La solution passe par un arrêt des affrontements et une négociation sous conditions.

Pour le Sénateur EELV de Loire-Atlantique Ronan Dantec « c’est une situation absurde, il faut se remettre autour de la table dès lundi. »

Auteur : MJ | 15/04/2018 | 0 commentaire
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : Ce matin destruction du hangar le « Gourbi » construit par les manifestants »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Agence de presse et marketing : Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH Rennaz 
www.media-web.fr  |   Nous contacter