www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : les arrêtés sont signés

Le préfet de région a signé quatre arrêtés qui vont permettre de lancer les premiers travaux à Notre-Dame-des-Landes viennent d’être signés.

Les quatre arrêtés  ont été signés vendredi 20 décembre par le préfet de région Christian de Lavernée. Deux concernent la loi sur l'eau et la dérogation à la destruction et le transfert d'espèces protégées, un autre l'ouverture des travaux de la plateforme aéroportuaire et le dernier la desserte routière.

Ces quatre arrêtés, sont consultables sur le site internet de la préfecture de Loire-Atlantique. Ils ont été publiés dans le "recueil des actes administratifs" (RAA).

 

21/12/2013 | 9 commentaires
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : les Bonnets rouges appelés à manifester contre »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : les arrêtés pourraient entrer en vigueur samedi »

Vos commentaires

#1 - Le 21 décembre 2013 à 20h08 par erdre
encore un projet absolument inutile et incohérent avec la ligne prétendument responsable économiquement et écologiquement du gouvernement. Nantes a déjà un aéroport international complètement fonctionnel (élu meilleur aéroport européen par des compagnies en 2011, ERA award). Il est certain qu'un aéroport à 30km de la ville sans transport en commun serait miraculeux pour l'activité (à moins que ce ne soit pour la rentabilité des parkings vinci!)
#2 - Le 22 décembre 2013 à 01h25 par Bali, Nantes
Produisez des études pour prétendre que ce projet est inutile, incohérent, sans transport et trop loin ! Sinon, ça ne reste que du militantisme aveugle. Nantes Atlantique a beau avoir reçu un Award, ça ne veut rien signifier sur les besoins futurs. Un citoyen consciencieux devrait se soucier de son avenir ! ;-)
#3 - Le 22 décembre 2013 à 09h41 par yt75, Paris Brest
Que dire d'une époque incapable de considérer la situation, c'est à dire :
http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique-crise-actuelle
Ou autrement dit le fait que l'ont est --actuellement-- au "pic"(maximum de débit, de flux) d'extraction mondiale de pétrole, ce qui est aussi une, si ce n'est la raison principale de la crise dite "financière". Alzheimer ? Amnésie ? Mais il est vrai que l'omerta à ce sujet est très importante.
#4 - Le 22 décembre 2013 à 11h33 par guihaire christophe
Toutes ces études existent. Elles ont été réalisées par des bureaux d'études indépendants en toute objectivité et sans conflits d'intérêts. Elles ont juste été ignorées par les instances dirigeantes et autres décideurs de tout poils. Balayées d'un revers de mains, Considérées comme négligeables. Elles ont le tort de prouver l'ineptie de ce projet, les erreurs involontaires ou non des chiffres justifiant le transfert et la mauvaises foi dont sont capables les partisans.
#5 - Le 22 décembre 2013 à 13h13 par Nantais qui veut dormir tranquile , Nantes
@guihaire christophe

Le cabinet qui a fait l'étude pour les opposants, prend soin de préciser qu'il se fonde uniquement sur les hypothèses de ceux-ci pour le traffic à venir. Il exprime pesamment avoir manqué de temps pour aller plus loin dans son étude.

Il fait tourner ces hypothèses sur exactement le même logiciel que la DGAC.

Par ailleurs il considère le "bruit global" des avions sur l'ensemble des séquences de vol. Dans ce cadre, un progrès peut être attendu... hypothétiquement dans 20 ans ! Mais à l'atterrissage, il vont continuer à produire le même bruit. Cette donnée complexe, ce cabinet ne la prend pas en compte. Alors que c'est elle qu'il faut considérer pour évaluer l'impact du survol de Nantes qui se fait lors de l'approche.

Vous voyez, il ne suffit pas de se référer à des études... il faut aussi les lire. Ca permet alors de comprendre qu'une étude qui repose sur de mauvaises hypothèses, donne des résultats sans intérêts.
#6 - Le 23 décembre 2013 à 08h39 par Le Sanne, Pays De Loire
Les élus, le gouvernement et le préfet peuvent sembler bornés, mais ils sont pieds et poings liés à cause d'un contrat mal négocié avec Vinci. Le bon sens voudrait pourtant que l'on attende avant de se lancer dans de tels travaux.
Il faudra donc remplacer les élus par des plus compétents (ou plus honnêtes); le bon sens aura peut-être une chance de revenir. Pour l'instant il faut tenir.
#7 - Le 23 décembre 2013 à 10h40 par shamouel
@Nantais : parce que tu trouves valables les hypothèses d'étude de comparaison par la DGAC ?!! elle part d'un trafic de 5 millions de passagers pour NDDL (sans les transports et routes) contre 9 millions pour Nantes Atlantique. Forcément la facture n'a rien à voir !
#8 - Le 23 décembre 2013 à 14h22 par shamouel
@Nantais : et que dire alors de l'étude de la DGAC qui part sur des hypothèses différentes pour NDDL (5 millions de passagers) et Nantes Atl (9 millions). Le but est clairement de pousser à la construction de NDDL, non ?
#9 - Le 24 décembre 2013 à 16h58 par PASCAL
Tout peut être arrêter, en 96 Ayrault et Auxiette combattait le gouvernement et pétionnaient pour défendre les zones humides, pourtant le projet était très avancé... http://www.reporterre.net/spip.php?article3647

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter