www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : Le conseil général de Loire-Atlantique veut couper le bus Lila

Le département de Loire-Atlantique est en train de mettre en place son schéma de transports pour 2017. Selon celui-ci, la ligne de bus départementaux Lila n°71 qui dessert Notre-Dame des Landes et passe à travers la ZAD doit disparaître à l’horizon 2017. Une idée qui cristallise les inquiétudes dans la commune et montre que certains décideurs du département n’ont visiblement pas enterré le projet d’aéroport. La disparition de la ligne doit être votée en commission en juin, dans une très grande opacité.

Officiellement, la suppression de la ligne est motivée par la mise en service du tram-train et une meilleure interconnexion avec le réseau SNCF. Une raison « tirée par les cheveux » pour Joseph Bézier, maire de Vigneux-de-Bretagne, dont dépend le bourg de la Pâquelais. Le tram-train passe en effet à plus de 20 kilomètres – prendre le tram-train constituerait un très gros détour pour les habitants de la commune située à une quinzaine de kilomètres de Nantes.
 
La ligne 71 part de Bouvron (de Blain à certains horaires) et va à Nantes où elle entre par la route de Vannes en desservant au passage Fay de Bretagne, Notre-Dame des Landes, la Pâquelais et Orvault bourg, à raison de sept cars par jour et par sens (un les dimanches et fériés). Elle emprunte la RD42 qui relie Notre-Dame des Landes à la Pâquelais et passe sur deux kilomètres à travers l’est de la ZAD – aire prévue pour le projet d’aéroport – entre les hameaux de l’Epine au nord et de la Boissière au sud ; si le projet d’aéroport vient à se réaliser, la route sera coupée par une des deux pistes. Bien que les chiffres de fréquentation n’aient jamais été publiés, les cars ne circulent jamais à vide et sont souvent quasi pleins aux horaires scolaires et le vendredi après-midi.
 
«On doit encore rencontrer les services techniques du département pour voir ce qu’ils nous proposent »
, explique Joseph Bézier. « Le département propose que les habitants de la Notre-Dame des Landes soient renvoyés sur Héric et le tram-train » au lieu de la liaison actuelle directe avec Nantes, ceux de la Pâquelais seront probablement reliés à Nantes, et ceux de Bouvron expédiés à Savenay prendre le train à travers un renforcement de la ligne 44 (Saint-Nazaire-Savenay-Bouvron-Châteaubriant) qui existe déjà, mais avec un service restreint. Pour faire passer la pilule, le département prévoirait d’étendre le réseau des Lila Premier, ces bus cadencés qui relient déjà Nantes à Treillières et Grandchamp et remportent un succès certain.
 
« Pour justifier la suppression de la ligne, on s’est vu expliquer qu’il y avait maintenant le tram-train et qu’il fallait aussi diminuer les frais. Pourtant les intérêts des habitants passent à la trappe », explique le maire de Vigneux de Bretagne. Et ils se verront obligés de prendre leurs voitures. À la trappe, la liaison directe entre Notre-Dame des Landes et la Paquelais – six kilomètres seulement séparent les deux bourgs. Au trou aussi, les efforts pour un meilleur report modal de la voiture aux transports en commun et la réduction de la pollution.
 
Par exemple, si un habitant de Bouvron veut aller à Nantes, pour l’heure, aller à Nantes lui coûte 2 € 40. Le prix du ticket Lila, qui leur permet aussi d’emprunter le tram nantais sans racheter un ticket. Avec le schéma proposé par le département, le Bouvronnais qui voudra aller à Nantes en transports en commun devra payer 2,40 € pour aller à Savenay, puis 8,10 € pour le voyage en train. Sans compter la perte de temps – sur cette ligne surchargée qui relie Nantes au reste de la Bretagne et à Saint-Nazaire, il est illusoire que des trains seront ajoutés. Bref, l’habitant de Bouvron prendra sa voiture. Pour l’heure, le maire de Bouvron et conseiller général PS Marcel Verger reste, lui, d’une discrétion de violette.
 
À Notre-Dame des Landes, la mairie a organisé une réunion publique. Yannick Touloux, premier adjoint de la commune, annonce que « nous allons nous battre pour maintenir la ligne. Les usagers de la commune et autour trouvent qu’elle doit rester ». Il fustige le conseil général qui « n’a jamais donné aux communes l’affluence de cette ligne » et « trouve une raison tirée par les cheveux pour en justifier la suppression ». Le premier édile de Vigneux reconnaît que pour lui, « la vraie raison, c’est l’aéroport ». Yannick Touloux est plus pugnace : « ça se voit que c’est une idée d’Auxiette, de Grosvalet et de sa bande ». Celle du président du conseil régional et du président du conseil général qui n’ont jamais caché leur amour pour le projet d’aéroport. « Et qui pensent visiblement que d’ici 2017 tous les recours seront rejetés, l’Europe se désintéressera du dossier et ils pourront faire leur aéroport comme s’il ne s’était rien passé en 2012 et 2013 » lorsque les expulsions des occupants de la ZAD ont capoté.
 
Le département a déjà fait fermer définitivement le 20 juin 2013 http://www.leclaireurdechateaubriant.fr/2013/06/20/notre-dame-des-landes-la-route-departementale-281-fermee-definitivement/  la RD281, le tronçon de route qui relie, sur la ZAD, Fay à la Pâquelais entre les carrefours des Ardilières au nord et du Bois Rignoux au sud. Deux jours plus tard elle avait été rouverte http://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-la-route-rouverte-par-les-zadistes-23-06-2013-67745 par les opposants ; cette route encombrée de chicanes est en effet utilisée pour accéder aux parcelles agricoles, mais aussi par les habitants des communes voisines pour qui elle est un raccourci utile sur la route de Nantes. La fermeture de la ligne reviendrait un peu à condamner à mort une nouvelle route de la ZAD. Pour défendre leur ligne de bus, les communes concernées s’apprêtent à faire un groupe de travail. Yannick Touloux n’exclut pas une mobilisation citoyenne.
 

Auteur : LBG | 21/05/2014 | 5 commentaires
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : Aquabio chassé du site »
Article suivant : « Notre Dame-des-Landes : armistice entre opposants et préfecture »

Vos commentaires

#1 - Le 22 mai 2014 à 03h52 par Chris MOUNIER
Il est urgent que des élus sensés prennent la relève (aux prochaines élections départementales et régionales) de ceux-la qui rêvent toujours de leur aéroport quasi entérré !
#2 - Le 22 mai 2014 à 17h05 par bonnet, Vannes
quand des ânes se refusent à bouger,il n'y a vraiment rien à faire pour les convaincre d'avancer
#3 - Le 24 mai 2014 à 11h03 par tarche, OrlÉans
ce comportement démontre(à nouveau) que nous sommes encore loin d'une démocratie effective puisque des gens élus peuvent manipuler et user des pouvoirs qui leurs ont été confiés et seulement confiés pour agir d'une façon hypocrite et malsaine.
#4 - Le 25 mai 2014 à 10h30 par Juillet, St-nazaire
Messieurs élus locaux du PS, ceux qui ne sont pas complètement professionnels et qui ont d'autres ambition que d'aller à la soupe ; combien de temps encore allez-vous supporter d'être continuellement trahis par une élite qui nous dessert (21 avril 2002, le non bafoué de 2005, les reniements de 2012, l'EPR, NDDL,...?
Je me refuse à croire que vous êtes tous cyniques, mais faudrait faire un effort !!
#5 - Le 03 juin 2014 à 09h20 par misric, Bouvron
Pour information, la première réunion publique a eu lieu hier soir à Fay-de-Bretagne à propos de la suppression de la ligne 71. C'est la première réunion publique sur ce projet devant être signé fin juin.

Concernant un projet de transport de 10 ans, avoir une première réunion publique à un mois de l'échéance est relativement court. Les responsables de la réunion en sont encore à noter les différents établissements scolaires (Lycées, CFA, etc..) impactés par la mesure et ont été obligés de constater la complexité de faire transiter les voyageurs par d'autres lignes.

En effet, malgré la taille réduite des communes desservies, celles-ci sont devenues des petites "plateformes modales" drainant les voyageurs des communes alentours. Les temps de transports, avoisinant l'heure et encore acceptable par chacun se verraient parfois doublés, pour des communes à 30km d'un périphérique Nantais saturé (axes Vannes / Nantes et Rennes / Nantes).

De nombreux autres points ont été soulevés, de l'absence de questionnaire de satisfaction cette année au comptages effectuées en période de vacances scolaires minimisant l'activité de la ligne.

De plus, les maires des villes concernées semblent avoir été mis très tardivement au courant de ce projet, confortant l'ensemble des participants à la réunion que la suppression de la ligne n'a pour autre objectif que de supprimer l'accès à la ZAD sans tenir compte des voyageurs.

Le mécontentement a été noté par les responsables de la réunion, il reste à savoir quelle suite en sera donné avant fin juin.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter