www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : l' intérêt public face à l'environnement au tribunal de Nantes

Le tribunal suit généralement l'avis du rapporteur public. Les opposants s'inquiètent après l'audience de ce jeudi à Nantes.

Selon le  rapporteur public  le projet ne présente pas d'atteinte environnementale majeure. et il y a  des « raisons impératives d'intérêt public à l'aménagement d'un nouvel aéroport », (saturation future  de Nantes-Atlantique et nuisances sonores en centre-ville). Il a préconisé un rejet des 17 recours.

Le  tribunal administratif suit en général les conseil du rapporteur public. Les jugements seront connus le 17 juillet.

Europe Écologie Les Verts regrette: « lors de l’audience, les juristes et avocats des opposants au nouvel aéroport ont répondu en détail aux arguments du rapporteur, soulignant  ses contradictions et lacunes.  Un point interpelle particulièrement les écologistes : le rapporteur a évacué la question des mesures compensatoires, pourtant au cœur du débat et pilier du droit à l’environnement ».

Jacques Auxiette (PS) président du syndicat mixte aéroportuaire se réjouit : « Ces conclusions sont logiques. Elles vont dans le sens d'une validation des mesures environnementales importantes et inédites qui accompagnent ce transfert. Elles démontrent que les années de dialogue ont été utiles car elles ont permis d'améliorer le volet environnemental et les compensations nécessaires. La prescription concernant les parkings va aussi dans ce sens puisqu'elle reprend les souhaits de la Commission du dialogue ».

Bruno Retailleau (tête de liste des Républicains aux élections Régionale s) piaffe : « La Justice aura alors tranché et l'Etat de droit devra donc s'imposer. Dès le 17 juillet, le gouvernement aura le devoir de faire évacuer la ZAD et de relancer immédiatement le projet, y compris les dossiers liés à l'accessibilité de l'aéroport. C'est une nécessité économique, pour le développement et le rayonnement des Pays de la Loire. C'est aussi une nécessité politique, pour affirmer l'autorité de l'État, bafouée depuis trop longtemps à Notre-Dame-Des-Landes. Il serait scandaleux que Les Pays de la Loire continuent d'être plus longtemps la victime du renoncement à la croissance et le triste théâtre de l'impuissance publique ».

Le NPA, (Nouveau Parti Anticapitaliste) dénonce «  un permis de saccager l'environnement que le tribunal administratif s'apprête à délivrer. Les espèces soi-disant "protégées" de Notre-Dame-des-Landes ont besoin d'une zone humide, saine, protégée des grands projets bétonneurs tout autant que des ravages de l'industrie agroalimentaire".
Le NPA appelle les opposants au rassemblement des 11 et 12 juillet à Notre-Dame-des-Landes.

18/06/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : L'analyse de l'inter-collectifs du 22 novembre 2014 »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : expropriations confirmées en cassation »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter