www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : des élus dénoncent le déni du risque d'inondations graves

Des élus s'inquiètent du risque d'aggravation d'inondation en cas de nouvel aéroport. Ils ont écrit une lettre ouverte à François Hollande le 10 mars.

« Monsieur le Président de la République,
Ces deux derniers mois, nos territoires de l'Ouest ont été gravement éprouvés par les inondations consécutives à la forte pluviométrie. Certains membres du Gouvernement se sont déplacés et ont pu constater par eux-mêmes les dégâts générés, les difficultés à faire face au quotidien, les risques aussi au regard de la vie des habitants. Ils ont partagé notre sentiment d'impuissance.
Un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes signifierait la disparition de centaines d'hectares de zones humides. Or, leur rôle en tant que zones tampons et régulateurs dans la prévention du risque inondation est largement reconnu. D'ailleurs, le rapport de la commission d'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique du projet de nouvel aéroport (2007) précisait que sa construction augmenterait le risque d'inondations vers le canal de Nantes à Brest et celui de l'Isac. Le Pays de Vilaine serait donc directement impacté par le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes.
Malheureusement, ce “risque inondation” a été complètement écarté par les porteurs du projet. Les documents soumis à enquête publique précisent même qu'il n'y a aucun risque inondation.
Pourtant, l'eau aujourd'hui engrangée sur le plateau bocager où est prévue l'implantation de l'aéroport devra bien aller quelque part si le projet se réalise. Où ?
Aucun document mis à notre disposition ne permet de répondre à cette question. Pouvons-nous envisager de faire courir des risques supplémentaires à des territoires déjà très exposés ?
En visite à Redon et Guipry-Messac, le 11 février dernier, le ministre de l'Écologie, Philippe Martin, déclarait : « Les événements se répètent. Ils ne sont pas exceptionnels dans l'importance, mais dans la durée. Il faut faire le lien avec le dérèglement climatique. La transition écologique, énergétique est une nécessité absolue. La culture du risque doit devenir quotidienne. Il faut investir pour retarder ce genre d'événement ».
La Conférence mondiale sur le Climat se tiendra à l'automne 2015 à Paris. Nous vous demandons, dans un souci de cohérence entre vos discours et vos actes, dans un souci de responsabilité envers les populations ligériennes et bretonnes déjà éprouvées, de solliciter de nouvelles expertises sérieuses, objectives et contradictoires, tenant compte des événements récents et à prévoir, eu égard à ce risque mais aussi sur les autres pans du dossier qui posent problème.

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent et laissent faire ». (Albert Einstein).

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de notre très haute considération ».

Signataires :
Anne-Marie Boudou, conseillère région Bretagne ;
Sophie Bringuy, vice-présidente Environnement Conseil région Pays de la Loire ;
Yannick Jadot, député européen ;
Joël Labbé, sénateur (56) ;
René Leblanc, maire de Quelneuc (56) ;
Geneviève Lebouteux, conseillère région Pays de la Loire ;
Isabelle Loirat, conseillère municipale Nantes ;
René Louail, président groupe élus EELV Bretagne ;
Jean-Philippe Magnen, président groupe élus EELV Pays de la Loire ;
Janick Moriceau, conseillère région Bretagne ;
Christophe Dougé, conseiller région Pays de la Loire, président commission inondations du Comité de bassin Loire-Bretagne ;
Jean-Paul Naud, maire de Notre-Dame des Landes (44) ;
Sylviane Rault, conseillère région Bretagne ;
Gaëlle Rougier, conseillère région Bretagne ;
Philippe Trotté, maire de Vigneux-de-Bretagne (44) ;
Françoise Verchère, conseillère générale 44 ;
Jean Pierre Maisonneuve, maire de Campbon (44) ;
François Favry, maire de La Grigonnais (44) ;
Lionel Lardeux, maire de Héric (44) ;
Yannick Rabillé, maire de Sainte-Lumine de Coutais (44) ;
Jocelyne Poulin, maire de Saffré (44) ;
Jacques Dalibert, maire de La Chapelle-Launay (44) ;
Bruno Miot, adjoint Vigneux-de-Bretagne (44).

 

13/03/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Laurence Garnier se présente en Notre-Dame de l'Ayraultport »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : Jacques Auxiette « attend » des associations subventionnées »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter