www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : Ayrault n'a pas de doute sur l'issue du projet

NANTES Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes, se déclare "confiant" au sujet de la réalisation du projet contesté d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, dans un entretien accordé au quotidien Presse-Océan daté de samedi.
Jean-Marc Ayrault
Jean-Marc Ayrault

"Tous les grands projets donnent lieu à débat. Sur ce dossier que l'État soutient et que pilote le ministre des Transports, je suis confiant", explique Jean-Marc Ayrault, qui s'est beaucoup engagé en faveur de ce projet de transfert de l'aéroport de Nantes, actuellement situé au sud de l'agglomération, à Notre-Dame-des-Landes à une quinzaine de kilomètres au nord, lorsqu'il était maire de la ville, jusqu'en 2012 et sa nomination à Matignon.

Comme on lui demandait s'il doutait de l'issue du projet, il a répondu:"non"

"J'ai mis en place une commission du dialogue. Elle a rendu son rapport et rappelé la pertinence du projet. Elle a aussi demandé des études complémentaires. Elles doivent être menées en toute transparence", ajoute-t-il.

Sur la loi sur l'eau, "le préfet prépare un arrêté. Il sera soumis aux experts scientifiques. Un travail est mené pour préserver davantage de terres agricoles et améliorer les compensations environnementales".

Néanmoins Jean-Marc Ayrault se refuse à donner une date pour la réalisation du projet, dont les travaux préalables devaient initialement débuter en 2013 tandis que ceux de l'aéroport à proprement parler étaient prévus pour le printemps 2014.

"Laissons les études s'achever: c'est une question de mois", indique seulement M. Ayrault.

"Préparons d'abord soigneusement l'arrêté loi sur l'eau. Il faut garder son cap et avancer de façon pédagogique. Je ne peux promettre que tout le monde deviendra pro-aéroport. Mais je souhaite que tout se passe dans un esprit de sérénité", ajoute-t-il.

A l'automne 2012, quelques semaines avant le début, initialement prévu en janvier 2013, du défrichage de la zone d'aménagement différé (Zad) dédiée au futur aéroport dont la concession a été confiée au groupe Vinci, d'intenses affrontements avaient opposé un millier de gendarmes à plusieurs centaines d'anticapitalistes installés sur place pour s'opposer au projet. Pour calmer la situation, le gouvernement a alors décidé de suspendre le début des travaux et mis en place la commission du dialogue, qui a recommandé en avril 2013 des études complémentaires et l'amélioration du projet sur le plan environnemental.

Initialement, le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, soutenu par l'Etat et les collectivités locales concernées, prévoyait une inauguration en 2017.

La zone dédiée au projet est toujours occupée par des opposants

Auteur : source afp | 14/09/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Notre-dame-des-Landes : l'infraction n'est pas retenue par la commission des pétitions »
Article suivant : « Notre Dame des Landes : un ex-journaliste du Monde accuse le journal de censure »

Vos commentaires

#1 - Le 14 septembre 2013 à 19h19 par  DidierTEISSIER, St Jean De Boiseau
Notre 1er ministre a dit qu'il était contre les projets pharaoniques. J'ai donc pensé qu'il était contre son propre projet, celui de Notre Dame des Landes. Notre gouvernement n'est plus à une contradiction près.
#2 - Le 15 septembre 2013 à 10h52 par roberdel, Saint Brevin Les Pins
Les opposants devraient penser à nos enfants et petits enfants pour faciliter l'industrie et la modernisation de la BRETAGNE, ce qui diminurait le chômage et placerait la bretagne à sa place sur le plan national

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter