www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : Avis défavorable du CSPNB

Le Conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité (CSPNB), une instance consultative, a émis « un avis défavorable », dans le dossier du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes.

Le Conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité (CSPNB), créé en 2004 a « une fonction de veille, de conseil, d’alerte et de réflexion prospective sur l’ensemble des questions scientifiques concernant le patrimoine naturel terrestre et aquatique (eaux douces ou marines), qu’il s’agisse de paysages, d’écosystèmes, d’espèces ou de génomes ».  Il « émet des avis scientifiques destinés à éclairer les choix politiques », selon le même arrêté.

Le CSPNB émet « un avis défavorable à la destruction de cet ensemble très original par la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes », dans un texte du 2 février.
Construire l'aéroport « aurait un impact très important » sur certains agroécosystèmes de zones humides « en voie de disparition sur l’ensemble de l’Europe de l’Ouest, précieux par leurs fonctions écologiques et leur richesse en biodiversité ».

Le Ministère de l'écologie a déclaré : « C’est un avis qu’on va regarder avec intérêt puisque c’est un conseil scientifique ». Il « ne s’inscrit pas dans une procédure particulière » et résulte d’une « autosaisine du Conseil » mais « fera partie des points qui seront regardés par les services » indique l'AFP.

« La compensation à la destruction de ces zones humides serait très problématique dans le contexte actuel d’intensification agricole et de changement climatique », indique le Conseil. D'autant que « les possibilités de compensation à l’identique (des agrosystèmes) apparaissent très restreintes »
« Les propositions du dossier ne permettraient pas d’atteindre les critères fixés par le code de l’environnement et les dispositions du SDAGE (schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux) de Loire-Bretagne »,
ajoute le conseil.
Il remarque aussi que « les agriculteurs eux-mêmes sont très réservés par rapport à des mesures compensatoires d’extension de pratiques agricoles dans les territoires voisins, qu’ils considèreraient comme une « double peine »par rapport à leur activité. La mise en œuvre effective de telles mesures compensatoires par la profession agricole serait donc loin d’être assurée ».

La question est de savoir si les politiques ont envie d'être « éclairés », ou s'ils préfèrent mettre la lampe sous le boisseau, quand les avis leur sont contraires.
Quelques semaines avant les éléctions départementales, et après une série de revers juridiques, voici un texte qui va conforter les opposants à la construction de l'aéroport.


 

10/02/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : Ségolène Royal suggère un référendum local »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : François Hollande confirme que le projet sera lancé "quand les recours seront épuisés" »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter