www.media-web.fr

Notre-Dame-des-Landes : André Trillard sénateur UMP de Loire-Atlantique soutient l’État et le préfet.

Le sénateur UMP de Loire-Atlantique ne s’était guère exprimé ces temps derniers sur l’actualité départementale. Il rebondit aujourd’hui dans le dossier Notre-Dames-des-Landes pour faire part de son indignation et apporter son soutien total au préfet.
André Trillard
André Trillard

Les élus UMP ne se manifestaient plus beaucoup depuis des semaines sur l’actualité de Notre Dame-des-Landes sans doute pour ne pas crier trop fort qu’ils soutenaient Jean-Marc Ayrault dans sa démarche. André Trillard sénateur de Loire-Atlantique, maire de Saint-Gildas-des-Bois aurait certainement préféré nous parler de l’étape du Tour de France qui partira de sa commune le 9 juillet prochain à destination de Saint-Malo.

Mais le sujet du moment est Notre-Dame-des-Landes. Pour le sénateur il est évident que l’on a bien fait de remplacer Nantes Atlantique dont les installations d’accueil seront saturées à 3,5 millions de passagers par an et que l’on est déjà en 2012 à 3,2 millions de passagers. « C’est la raison principale de la décision » explique André Trillard. « Regardez quand trois avions arrivent en même temps c’est le bordel, l’autre jour j’entendais les passagers en rentrant de Vienne se plaindre et dire ''c’est pour quand le futur aéroport ?'' » . La deuxième raison est la sécurité de survol de la ville de Nantes « rappelez-vous le premier schéma directeur intégrant Notre-Dame-des-Landes c’était en 1970 soit il y a 42 ans ! Quand je circulais à l’époque dans la campagne d’Héric comme vétérinaire, j’avais 23 ans et déjà il y avait des pancartes ""non à l’aéroport !"» explique le sénateur, d’un air de dire que depuis le temps le projet a été suffisamment pensé et réfléchi.

 

Bilan d’avancement

Nous rappellerons que le marché a été attribué à Vinci par décret en conseil d’état depuis le 1er janvier 2011 pour quatre missions :
- gérer Nantes-Atlantique ;
- gérer l'aéroport Montoir-Gron ;
- construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ;
- et l’exploiter pendant 55 ans.
Le sénateur Trillard rappelle que « Vinci a mis 300 millions d’euros sur la table et que l’État ne reviendra pas sur ce projet car il devrait une indemnité de rupture à Vinci au moins égale à 300 millions d’euros. D’ailleurs je peux d’ores et déjà vous dire que le nom administratif international de l’aéroport sera dévoilé en janvier. »

Les oppositions politiques

Pour le sénateur quand un aéroport va se réaliser, il est normal qu’il y ait des opposants durant les procédures. « Mais tout ce qui se passe actuellement ne relève que de la subversion, je suis un élu national je ne peux pas cautionner la subversion. Je soutiens totalement le préfet et l’État, je dis aux opposants ''faites attention vous êtes en train de jouer en dehors des lois''» . Pour André Trillard ce projet est dans l’intérêt économique des habitants de la Loire-Atlantique. « Je ne souhaite pas que la population, autour de l’aéroport, s’en détourne car elle a un intérêt à y être associée. La population locale y trouvera son compte dans l’avenir. Dans les nombreuses réunions publiques que j’ai organisées sur le territoire d’Héric personne ne m’a contesté le projet. » Conclut le sénateur.
 

En marge du dossier

Il ressort des premiers éléments d’enquête que sur l’ensemble des squatteurs de Notre-Dame des Landes un quart seraient de Loire-Atlantique, un quart de France, un quart de pays européens, et le reste de partout ailleurs. Et sur les manifestants 108 sont considérés depuis des années comme des agitateurs professionnels. Germaine qui vit à Notre-Dame-des-Landes depuis deux ans. Elle raconte : «Ça devient insupportable. Les indifférents ne peuvent plus s'exprimer. Il était évident que ça allait se radicaliser.»

Auteur : JBR | 03/11/2012 | 11 commentaires
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes: des locaux du PS dégradés à Paris »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes: nouveaux heurts entre gendarmes et anti-aéroport »

Vos commentaires

#1 - Le 03 novembre 2012 à 20h45 par yt75, Paris
Rappelons que ce projet est avant tout une *aberration économique* (enfin pas pour Vinci certes) :

le traffic aérien va —BAISSER— dans les années à venir(déjà plus ou moins le cas).

Nous sommes aujourd’hui à/autour du pic (maximum de flux, de débit) mondial de production de pétrole, aussi raison fondamentale de la crise actuelle pudiquement qualifiée de “financière” d’ailleurs.

Et si lors des premiers chocs pétroliers des 70ies on était encore capable de nommer ou désigner ces choses, il semblerait que ce ne soit plus le cas.

Pas très étonnant, du fait que l’on vit encore dans le mythe (encore plus aux US qu’en France), “premier choc pétrolier=embargo Arabe”, alors que la réalité beaucoup plus banale est : premier choc pétrolier = conséquence directe du pic US en 1970 (10,5 millions de barils jour au max, autour de 5 ou 6 aujourd’hui), et l’embargo un quasi non évènement en terme de nombre de barils retirés du marché (à l’inverse du manque de barils du au pic US).
A ce sujet regardez par exemple le documentaire ci dessous (“la face cachée du pétrole” d’Eric Laurent) à partir de 20mn par là :
http://www.youtube.com/watch?v=fQJ-0jAr3LQ

La mer du Nord (UK + Norvège) a passé son pic en 2000, baisse de la “production” autour de 7% par an actuellement.
Le Mexique en 2005, Indonésie 1977, Gabon 1997, etc, etc :
http://static.urbantimes.co/wp-content/uploads/2011/04/Oil-producing-countries-past-peak-Oct-2007.png

On pourrait ajouter que l’abandon de Bretton Woods a lieu juste après le pic US en 71, et que la bulle de la dette dans quasi tous les pays de l’OCDE a commencée peu après …


A signer et relayer : http://tribune-pic-petrolier.org/

Et pour lire des choses d’actualité , pourquoi pas Bataille (Georges) par exemple :

http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
#2 - Le 04 novembre 2012 à 13h38 par Jean-Louis Garnier
yt75
Le pic pétrolier est un hoax ;
je me répète car les faits sont tétus :
Le pic imminent de la production mondiale de pétrole ? Un mythe récurrent car la production de pétrole dépend de son prix de vente : plus il est cher, plus il y en a! le facteur clé est l'évolution, couteuse de la technologie.
Production de pétrole :
2000 : 80 millions de barils jour
2011 : 93 millions de B/J
2020 prévision : 110.6 b/j
Quant au trafic aérien en France et en Europe il s'est stabilisée en légère baisse seulement, malgré la crise de 2008 et l'ouverture du TGV Est. Rien n'indique qu'il ne devrait pas repartir à la hausse si la paix règne et que la croissance repart.
#3 - Le 04 novembre 2012 à 15h24 par seb, Sainte Anne Sur Brivet
encore un qui n'a rien compris il soutient sont amis le préfet parce qu'en réalité il en a rien a foutre des gens qui se batte pour sauver ces terres
l'aéroport saturer mais regarder les chiffre au lieu de dire des anneries plus grosses que vous !! et quand au danger que représente le survole de nantes j'explose de rire déménageons tous les aéroport alors toulouse, nice .... c'est a mon avis une grosse histoire de pognons et vinci compte bien s'en mettre plein les fouilles !!!
#4 - Le 04 novembre 2012 à 21h17 par Jean-Louis Garnier
Il a tout compris au contraire le sénateur et son intervention courageuse doit être suivie d'autres en particulier sur le petrole et le gaz dit de schiste:
car " Nous sommes en train de passer à côté de toutes nos chances. Sans énergie, pas de production. Sans production (on commence enfin à le comprendre), pas de création de richesse. Sans richesse, pas de répartition ni de protection sociale, pas de confort, pas de qualité de vie. Une poignée de militants, en terrorisant nos élus, entraînent la France vers une société de pénurie et de régression sociale et matérielle."
#5 - Le 05 novembre 2012 à 18h24 par Alain Moreau, ChÂteaubriant
Jean-Louis Garnier n'a visiblement pas une grande connaissance du trafic aérien. Les compagnies aériennes mondiales ne sont pas des enfants de choeur, dans une concurrence de plus en plus dure, elles ne commandent plus que des gros porteurs, plus rentables et moins gourmands en tant que Km/personne transportée. Elles comptent donc rapatrier le maximum de passagers sur quelques gros hubs de dimension internationale afin de faire voler les avions à plein. Il convient d'ajouter à cela qu'Orly se réveille au transport passagers et compte bien augmenter significativement son trafic. Doté bientôt d'un arrêt TGV,les prévisions de chalandise du projet nantais peuvent être revus.
#6 - Le 05 novembre 2012 à 18h48 par Alain Moreau, ChÂteaubriant
"Sans énergie, pas de production. Sans production..., pas de création de richesse. Sans richesse, pas de répartition ni de protection sociale, pas de confort, pas de qualité de vie." nous expose M.Garnier. Il y a 25 ans/30 ans, les gens rigolaient dès que l'on parlait de solaire, d'éolien, la filière bois. Depuis, les grands groupes comme Suez au travers de filiales telles Cofely, se sont engouffrées et il n'est pas un mois où une éolienne, une chaudière bois ne soit inaugurée...par ces mêmes élus qui n'y croyaient pourtant guère. En parlant " de confort, de qualité de vie " je crois plus aux vertus de l'isolation, de l'habitat BBC ( basse consommation) qu'aux lourdes notes des producteurs d'énergie ( EdF, GdF,...). M.Garnier, nous sommes en 2012, et il n'est plus honteux de parler de double vitrage, d'économie d'énergie. Les industriels automobiles ont réduit par deux ou trois la consommation de chaque véhicule. Ce n'est pas par philanthropie. Je ne vois pas là non plus "une régression sociale et matérielle" Ce confort a été obtenu grâce à la conscience de gens, qui veulent vivre mieux et laisser un monde un peu plus propre à leurs enfants. M.Garnier, j'ai bien compris ce que vous désirez et je l'entends. Vous êtes un homme du 19è siècle.
#7 - Le 06 novembre 2012 à 13h50 par Jean-Louis Garnier
Moreau,
Pour l'aéronautique vous avez raison je n'y connais rien donc je me renseigne et sauf à croire fou les dirigeants d'airbus voila ce qu'ils déclarent ( les echos du 4/09) : "Le groupe table désormais sur 27.350 appareils de plus de 100 places et 850 avions de fret capables de transporter plus de 10 tonnes d'ici à 2031. Soit une augmentation de 443 appareils par rapport à sa prévision de l'an dernier, qui était déjà en hausse. Au total, les ventes d'avions devraient s'élever à plus de 4.000 milliards de dollars sur la période.

Le trafic de passagers devrait s'accroître de 4,7 % par an en moyenne. Cela nécessitera plus qu'un doublement de la flotte d'avions de transports de passagers en exploitation, à 32.550 appareils. Quelque 1.400 avions de fret supplémentaires seront nécessaires portant le total à 3.000. « Le monde s'ouvre, la croissance est assurée pour notre industrie », s'est félicité hier à Londres John Leahy, le directeur commercial d'Airbus en expliquant qu'un Chinois sur cinq et un Indien sur vingt prenaient l'avion chaque année contre une moyenne de trois voyages par an pour les Américains ou les Britanniques. Dans ce contexte, le nombre de villes générant un trafic supérieur à 10.000 passagers longs courriers par jour devrait passer de 42 à 92 d'ici à 2031, a appuyé Airbus."
Vous verrez en cherchant bien que les gros porteurs, très rémunérateurs pour airbus ne représentent qu’une faible fraction des commandes !
#8 - Le 06 novembre 2012 à 13h57 par Jean-Louis Garnier
Moreau (2)
Les gens rigolent toujours quand on leur parle de production éolienne solaire etc. mais comme cela est subventionné de manière délirante ils se mettent sous le pis et on bien raison de le faire.
Comme tous les escrologistes vous vous construisez une monde , une vision des gens qui sont en désacord avec vos mensonges : on avez-vous-vu que je sois défavorable à une consommation optimisée de l'énergie ? Dés lors que le bâtiment sera capable de faire ce qu'à fait d’elle même l'industrie automobile c'est à dire rendre tout à la fois plus économe en énergie, plus performant dans tous les domaines sans augmenter les prix, je serais le premier à recommander ces normes qui aujourd'hui freine la construction de logement par le coût sans apporter ce qu'on en attend !
#9 - Le 16 novembre 2012 à 10h40 par Simon, Herbignac
Les écolos gauchistes (2%) font venir des étrangers pour empécher la construction de cet aéroport absolument nécessaire pour l'ouest. Certes, certaines villes voient leurs intérêts particuliers et l'éventuelle délocalisation de certaines entreprises autour de Nantes. Nous habitants du 44' ras le bol de monter à Paris pour partir à l'international. Bravo J.L. garnier, bravo au sénateur. Le triton gris et les soit disant "zones humides" ça me fait rigoler!
#10 - Le 16 novembre 2012 à 10h47 par Simon, Herbignac
A A. Moreau. Il a fallu attendre les début des années 20000 pour que des personnes se baptisent "écolos". Bien sur dans les années 60 et 70 on s'en foutait. Et bien non Monsieur Moreau, on se renseigne avant de jeter sur le papier des âneries. Vendeur d'isolation depuis 1978 j'ai eu bien du mal à vous convaincre vous et vos amis d'isoler vos maisons. Soit ça enrichissait l'industriel, soit l'isolant n'était pas écolo! Quand on ne connait pas le dossier, à l'image de l'aéroport on se tait!
#11 - Le 17 novembre 2012 à 12h59 par Samuel
Simon,

En quoi l'aéroport est absolument nécéssaire ? Pour que vous puissiez partir en vacances plus souvent ?
Pour ce qui est des zones humides, cela vous fait peut-être rigoler, il n'empêche que la loi interdit leur destruction…

Certes depuis les années 2000, le mouvement écologiste connaît un gain de cause, mais cela ne le discrédite pas pour autant.

"Bien sur dans les années 60 et 70 on s'en foutait" donc on doit toujours s'en foutre d'après vous ? Et parce qu'on polluait et construisait à tout va il faudrait continuer ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter