www.media-web.fr

Nicolas Sarkozy : 4e mise en examen, cette fois pour « association de malfaiteurs »

Nicolas Sarkozy devra répondre devant la justice « d'association de malfaiteurs » dans l’affaire Lybienne de financement présumé de sa campagne électorale. Dans ce dossier, Nicolas Sarkozy est déjà mis en examen depuis mars 2018 pour "corruption", "recel de détournements de fonds publics" et "financement illicite de campagne" Nicolas Sarkozy sera bientôt jugé pour deux autres affaires celle des écoutes téléphoniques, et celle dite de Bygmalion, sur le financement de sa campagne de 2007.

Comme l’affaire Cahuzac, ou l’affaire des passeports Benalla ce dossier de financement Lybien a été révélé par Mediapart :« Une affaire que l'on peut qualifier de scandale d'État »

En sept ans de travail, les magistrats ont réuni une somme d'indices troublants qui ont donné corps à la thèse selon laquelle la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy a été financée par le régime de Mouammar Kadhafi.

Selon le Code pénal (article 450-1), « constitue une association de malfaiteurs un groupement formé ou entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, d'un ou plusieurs crimes ou d'un ou plusieurs délits punis d'au moins cinq ans d'emprisonnement ».

Le président Sarkozy reste présumé innocent il s’est indigné de ce qui lui arrive sur les réseaux sociaux :

« J’ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupéfaction. 

Voici donc franchie une nouvelle étape dans la longue liste des injustices commises tout au long de l’affaire dite du prétendu « financement libyen » de ma campagne électorale de 2007. Après quatre journées d’interrogatoire, au cours desquelles j’ai répondu à toutes les questions qui m’ont été posées sans jamais être mis en difficulté, mon innocence est à nouveau bafouée par une décision qui ne rapporte pas la moindre preuve d’un quelconque financement illicite. J’ai produit tout au long de ces 44h d’interrogatoire des éléments essentiels au soutien de la démonstration complète de ma probité. Par respect pour l’institution judiciaire et pour le secret de l’instruction, je ne peux  hélas, produire, comme j’en avais l’intention, les 120 pages du procès-verbal de mon audition qui auraient permis de montrer la réalité et la force des preuves ainsi apportées. 

Les Français doivent savoir que je suis innocent de ce dont on m’accuse en apportant un crédit invraisemblable aux déclarations d’assassins, d’escrocs notoires et de faux témoins. Je sais que la vérité finira par triompher. Je subis cette nouvelle épreuve en demandant à tous ceux qui m’ont fait  et continuent à me faire confiance de comprendre que je finirai par prouver ma parfaite innocence. J’y mettrai toute la détermination et l’énergie dont je suis capable. L’injustice ne gagnera pas. »

NS

17/10/2020 | 0 commentaire

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter