www.media-web.fr

Nathalie Kosciusko Morizet : Une nouvelle force tranquille.

A la différence des autres candidats Nathalie Kosciusko Morizet n’est pas dans l’incantation, elle s’adresse à notre intelligence. Elle démarrait hier sa campagne dans le Morbihan, qui lui a apporté le plus de parrainages.
Nathalie Kosciusko Morizet
Nathalie Kosciusko Morizet

Devant une salle attentive elle a remercié le maire de Ploemeur « qui est une star de twitter » « J’ai la chance d ‘avoir été parrainée par des élus à fort tempérament et ce n’est certainement pas un hasard s’il sont nombreux dans le Morbihan. »

La candidate a ensuite dit quelques mots sur la primaire « qui est une chance, oui on peut craindre que cela se passe dans la douleur, qu’il y ai des noms d’oiseaux, mais à partir du moment ou il y a une querelle de légitimité il faut bien la trancher avant le premier tour de manière démocratique. C’est donner la meilleure chance d’aborder le premier tour de la présidentielle avec un seul candidat derrière le quel on sera rassemblé. »

"Il y a une deuxième raison, la primaire est un mouvement très moderne, les gens n’aiment plus trop les partis politiques, c’est parfois très injuste, mais un monde ou les partis politiques continuent de choisir les candidats sans interaction avec la population et sans se demander ce qu’elle pense n’est plus possible. Les Français ont l’impression que sur la politique on ne leur demande pas trop leur avis. On leur demande une fois tous les 5 ans de voter pour un candidat qu’ils n’ont pas choisi. Tu es de gauche tu votes pour celui là, tu es de droite tu votes pour celui là. Cette manière de faire est décalée avec les aspirations de la société d’aujourd’hui. Ainsi la primaire c’est une certaine façon de renouer entre les français et la politique. Beaucoup avaient moqué la primaire socialiste en 2011 en disant ça va mal se passer, il y a eu des noms d’oiseaux, mais finalement ils ont gagné parce que c’était un mouvement d’ouverture et de respiration démocratique, les français ont apprécié. La primaire est une chance s’il y a beaucoup de français qui votent. »

La candidate a regretté « que l’on pratique beaucoup le théâtre en politique » Elle craint un débat avec des acteurs déjà vu, des textes déjà entendu, et parfois une "authenticité douteuse" Elle pense que les Français ont envie d’un débat « plus sincère »

Elle a évoqué le fameux débat sur les Gaulois. « Est-ce que ou pas nos ancêtres étaient gaulois ? Ils sont Gaulois et Celtes à la fois ? On peut discuter. Est-ce que franchement c’est hyper actuel et considérable dans votre vie quotidienne que de résoudre cette question là ? Je ne crois pas, la politique qui s’enferre dans ces débats là c’est qu’elle a renoncé à influencer le monde et les évènements. »

NKM de formation ingénieur aime le concret et les choses qui marchent, elle s’interroge sur l’utilité de certains débats « quand on passe trois mois sur la déchéance de nationalité moi je souffrais. » Elle aimerait que l’on parle autant d’émigration que d’immigration et que l’on prenne des mesures concrètes pour ceux qui veulent partir, qui se disent que leur avenir n’est pas en France. « Je veux que l’on parle de cette nouvelle société qui est en train d’émerger, de cette nouvelle France que l’on peut construire ensemble et qui donnera envie aux nouvelles générations de rester ici. »

NKM elle évoque la transformation du monde du travail. « Aujourd’hui pour la nouvelle génération on sait que ce sera plus facile de trouver des clients que de trouver un patron. » « Le monde dans le quel on était en CDI dans la même entreprise, toute la vie, est fini. On changera plusieurs fois de statut, on passera du public au privé, du salariat à l’indépendant, comment fait on pour que ce soit une chance ? Comment fait on pour réformer notre système de formation pour que l’on ai une deuxième, une troisième chance ?

Elle met en cause l’efficacité de Pôle Emploi et évoque ces nouvelles sociétés qui recrutent non pas en fonction du CV mais en fonction des compétences. « Ils vont rechercher vos compétence et vous louer en intérim à de nouveaux patrons. Est ce que c’est bien ou est ce que c’est mal ? Moi je pense que c’est plutôt bien. »

Retraites NKM propose un autre système de calcul : "Tous les candidats sont en train de vous dire qu’il faut passer l’âge de départ à la retraite à 65 ans, c’est une question d’équilibre du système de retraite mais ils ne vous disent pas qu’en 2022 il faudra 67 qu’en 2027 il faudra 69,70. C’est la logique d’un système qui fonctionne par répartition, on a relativement peu de liberté de choix, on vit plus longtemps donc il faut travailler plus longtemps, En 2010 on a fait la réforme Fillon en passant l’âge de départ à la retraite à 62 ans, à cette époque tout le monde savait qu’il fallait la passer à 65 et on ne pouvait pas le dire ! Est-ce que ça créé de la confiance ? Non ça créé de la méfiance, tout le monde le savait y compris les français aussi et on ne leur a pas dit cette vérité là à ce moment là. La vraie réforme qui permettra de ne pas revenir sur le dossier tous les 5 ans c’est la retraite à point. C’est un système qui est plus juste, il n’y a plus de régimes spéciaux, le point il vaut  la même chose pour tout le monde, avec vos cotisations vous avez un certain nombre de point et il vaudra la même chose que vous soyez cheminot, indépendant, salarié, il vaudra la même chose. A chaque instant vous savez combien vous avez de points car vous les emportez avec vous, les droits deviennent personnels, les droits sont plus liés au statut professionnel. Avec ce système on aura plus de choix, plus de transparence, moins de frustration."

NKM souligne que le renouvellement de la France passe obligatoirement par le renouvellement des institutions. Elle préconise la suppression du Conseil Economique et Social qui ne sert à rien. " J’ai participé en tant que Ministre à la nomination de ses membres, franchement ce ne sont que des compensations dans de larges proportions. Remplaçons les rapports du conseil économique et social par de la démocratie participative dans la quelle à partir d’un certain nombre de signatures des propositions de loi peuvent émerger."

Sur les questions de sécurité et de terrorisme NKM défend une société de libertés, « avec nos débats sur la déchéance de nationalité on n’a fait peur à personne. L’histoire du burkini, c’est une provocation et s’il fallait faire une loi pour interdire le burkini dans 3 mois ils inventeraient autre chose. Je vais déposer une proposition de loi pour aller aux racines du mal et mettre hors la loi le salafisme. Aujourd’hui vous pouvez développer sur internet dans des salles de prières, des théories ou des prêches qui contreviennent aux valeurs fondamentales de la République sans être interdites. En fait quand vous êtes pas dans l’appel au meurtre caractérisé, quand vous êtes dans cette espèce de zone grise qui essaime  vers l’endoctrinement, un endoctrinement qui sert de terreau et qui dans certain cas peut mener jusqu’au terrorisme, quand vous êtes là dedans ce n’est pas si simple de vous l’interdire. Là aussi on a des choses à faire. Etre en guerre ça a des conséquences et la conséquence c’est de désigner l’ennemi. J’ai rencontré le premier ministre et j’ai déposé une proposition de loi et j’espère bien que sur cette question on saura dépasser les clivages.

La candidate va inlassablement aller à la rencontre des Français, même si elle ne part pas favorite de la primaire, elle espère qu’un grand nombre de concitoyens adhéreront à ses idées pour la rapprocher d’un score à 2 chiffres.

Auteur : JR | 22/09/2016 | 0 commentaire
Article précédent : « Universités d’été de l’UDI  Jean-Christophe Lagarde « le programme de Marine Le Pen c’est celui de Georges Marchais dans les années 70. » »
Article suivant : « Philippe De Villiers reçoit Emmanuel Macron au Puy du Fou »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter