www.media-web.fr

NANTES : Le débat de l’entre-deux tours

Les quatre télévisions régionales (Télé Nantes, Angers TV, LMTV Sarthe, TV Vendée) organisaient ce mardi 8 décembre un débat avec les trois candidats en lice pour le second tour des élections régionales : Christophe Clergeau (PS-EELV), Pascal Gannat (FN) et Bruno Retailleau (Union de la droite et du centre).
Christophe Clergeau (PS-EELV), Pascal Gannat (FN) et Bruno Retailleau (Union de la droite et du centre).image Télé Nantes
Christophe Clergeau (PS-EELV), Pascal Gannat (FN) et Bruno Retailleau (Union de la droite et du centre).image Télé Nantes

 

Préliminaires sous forme de  passes d’armes 

Il était inutile de s’attendre à un débat pacifié. Les passes d’armes entre Bruno Retailleau et Christophe Clergeau ont ponctué le débat et Pascal Gannat n’a pas manqué d’égratigner, avec une préférence marquée, le candidat des républicains. 

L’actuel vice-président de la Région, Christophe Clergeau ne résiste pas à l’envie de titiller son adversaire des républicains sur  « le cumul des mandats (Bruno Retailleau est sénateur de Vendée), la remise en cause du droit à l‘IVG, l’arrêt du soutien au planning familial », évoquant une « droite dure et sarkozyste ». Son adversaire réplique sur le front de l’accord trouvé par le PS avec EELV et « la remise en cause de l’aéroport Notre Dame des Landes ». 

De son côté, le candidat frontiste, Pascal Gannat, reproche quant à lui à Bruno Retailleau son refus d’une coalition. La journaliste l’interrogeant sur cette main tendue, le candidat des républicains s’esclaffe : « C’est grotesque. Je n’ai pas besoin de Monsieur Gannat comme ange gardien ! ».

Le ton est donné. Après ces attaques aussi mesquines qu’insupportables pour les auditeurs (les politiques le comprendront-ils un jour ?), le débat se recentre enfin sur les compétences régionales et les programmes des candidats. 

 

Economie 

Pour Bruno Retailleau, il faut « s’appuyer sur les petites et moyennes entreprises ». Il souhaite « moins de bureaucratie et plus de simplicité, du sur-mesure plus que du prêt-à-porter ». Pour cela, il mettra en place un « guichet unique et un contrat de croissance ». Pascal Gannat veut quant à lui,  « créer 2500 postes aidés pour accompagner les TPE et petites PME ». 

Christophe Clergeau capitalise sur le bilan du précédent mandat en se félicitant des « 6500 emplois crées chaque année et des 108 usines de plus implantées sur le territoire depuis 2009 » avant d’annoncer comme mesure-phare « la formation sur mesure des chômeurs  sur les emplois non pourvus ». 

 

Jeunesse

Pour Christophe Clergeau, « c’est la priorité. Il faut mettre la jeunesse dans une dynamique positive de confiance dans les écoles, dans les lycées, dans les CFA. Faire un geste de main tendue ». Bruno Retailleau souhaite plutôt réinstaurer un soupçon de méritocratie avec « une prime aux bacheliers des milieux modestes obtenant une mention très bien au baccalauréat », tout en concluant avec une formule détournée que l’on reconnaîtra tous :« Aide-toi, la Région t’aidera ». 

 

Transports

« Commençons par une carte des besoin qui sont méconnus », lance Pascal Gannat. Là-dessus, les candidats socialistes et républicains s’affrontent sur les transports routiers. A Bruno Retailleau qui souhaite mettre en place « un grand plan routier » pour désenclaver les campagnes, Christophe Clergeau s’y refuse « car la compétence relève du département ». Bruno Retailleau fera en sorte « d’améliorer le transport pour tous, urbains et ruraux » dénonçant les embouteillages en villes, l’isolement à la campagne et la ponctualité des trains. Pascal Gannat rebondit en s’attaquant lui aussi à « la ponctualité des trains et les conditions de sécurité », reprenant là un thème cher au Front national et exigera « un droit de regard sur l’activité de la SNCF que la gauche n’a pas obtenue ». Christophe Clergeau souhaite pour sa part  « améliorer le transport du quotidien avec une carte unique de transports complémentaires, des bus plus rapides pour se déplacer en milieu rural, développer de +15% le trafic ferroviaire et sauver les lignes en danger ».

 

Transports scolaires

Le candidat socialiste défend la gratuité des transports scolaires comme « signal fort d’ouverture de l’école et de soutien aux familles ». L’accusant à demi-mots de démagogie, ses deux adversaires s’empressent d’affirmer que « la gratuité est un mensonge ». « Tous les contribuables finissent par le payer », surenchérit la tête de liste des républicains.

 

Migrants 

Deux visions s’affrontent ici encore clairement. A Bruno Retailleau qui veut « tout faire pour que les réfugiés et en particulier les chrétiens d’Orient vivent mieux sur place », Christophe Clergeau assume le vote de la Région d’une aide aux associations et collectivités locales qui œuvrent pour l’accueil des réfugiés.

Enfin, les premières mesures en quelques mots pour chaque candidat

 

Bruno Retailleau

- « Je lancerai un plan anti-gaspillage pour réinvestir »

- « Je vendrai les espaces régionaux et proposerai aux départements de leur louer des locaux pour conserver la proximité »

- « Je réduirai les dépenses de communication et les grands-messes »

- « Je regarderai la région en vrai, on n’est pas dans le meilleur des mondes »

 

Christophe Clergeau

- « Mettre en œuvre la formation des chômeurs sur les emplois non pourvus »

- « Confier à un élu de l’opposition la présidence de la commission des finances pour faire vivre un dialogue transparent et démocratique au sein de la Région »

 

Pascal Gannat

- « Lancer un audit des finances publiques à la Région »

- « Baisser le budget d’1 % chaque année pour baisser la dette et la fiscalité »

- « Mettre en place des états généraux de l’emploi et de la formation professionnelle »

Auteur : JR | 08/12/2015 | 1 commentaire
Article précédent : « Régionales Pays de la Loire : Cécile Bayle de Jessé dénonce une manipulation politique de Bruno Retailleau »
Article suivant : « Christophe Clergeau (PS) et Sophie Bringuy (EELV) annoncent la fusion de leurs listes en Pays de la Loire »

Vos commentaires

#1 - Le 11 décembre 2015 à 12h59 par Vincent
Je trouve le projet de Pascal Gannat totalement fantaisiste.

Baisser le budget d'1%, c'est assez vague. Dans quels secteurs la région va-t-elle se désengager ?

Ensuite, lancer un audit et mettre en place des états généraux, ça démontre juste qu'il n'a aucune vision de la région ni aucune idée de ce qu'il pourrait en faire…

Bref, il nous dit : si je suis élu, je commencerai à travailler sur un projet… Concrètement, Gannat n'est pas prêt pour diriger la région…

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter