www.media-web.fr

Nantes : La région ne veut plus du Cinepride (Festival du film gay et lesbien)

La nouvelle majorité régionale de droite a suspendu la subvention au festival Cinepride au motif que ce dernier aurait fait la promotion de la gestation pour autrui au cours d’une réunion.

Décidément la nouvelle majorité est en train de dévoiler son vrai visage. Après avoir  retiré la subvention à Hellfest, les organisateurs du Cinepride viennent de se voir refuser la subvention de 5000 euros. Ce festival doit se tenir du 31 mai au 7 juin et la subvention représente 1/3 de son budget.

Laurence Garnier reproche aux organisateurs une réunion sur le GPA en novembre dans leurs locaux. Elle justifie sa position en prétextant que le Conseil Régional ne peut subventionner une association faisant la promotion d’une pratique (GPA) formellement interdite par les lois de la République.

Pour les organisateurs du festival, c’est un faux prétexte qui masque une décision purement politique qui consiste à s’opposer au cinéma qui montre la vie des  gays, des lesbiennes, des bis et des trans.

Le 13ème festival aura néanmoins  lieu du 31 mai au 7 juin au Katorza.

La réaction de la minorité socialiste par Christophe Clergeau

" Hellfest, Cinepride… la droite multiplie les prétextes pour dérouler son véritable projet. À qui le tour ?

 Conformément aux annonces faites par Laurence Garnier et Bruno Retailleau, la majorité de droite a confirmé, aujourd’hui en commission permanente, sa décision de suspendre l’aide de la Région pour le festival Cinepride. Notre groupe dénonce fermement ce choix politique.

 Comme lors de l’épisode du Hellfest, la majorité se sert d’un prétexte pour justifier un choix purement politique et idéologique. Dans cette affaire, il ne s’agit pas de « respect de la loi » puisqu’il n’est pas question de la GPA dans la programmation de la prochaine Cinepride. De plus, la réunion d’information incriminée, accueillie en novembre dernier par le centre LGBT, ne constitue en rien une violation du Code pénal. La GPA est interdite, pas l’organisation d’une réunion d’information et de débat !

 La majorité doit assumer ses choix et cesser de se cacher derrière de faux prétextes. Quatre mois après son arrivée aux commandes, elle détruit la relation de confiance construite avec les acteurs culturels et associatifs et dégrade l'image ouverte et dynamique des Pays de la Loire. Il aura fallu peu de temps à Bruno Retailleau pour dévoiler sa véritable idéologie. Qui seront les prochaines victimes ?"

Auteur : JR | 29/04/2016 | 1 commentaire
Article précédent : « Nicole Roy artiste peintre de la Bretagne et de la Provence »
Article suivant : « Dinard : 26ème festival du film britannique »

Vos commentaires

#1 - Le 29 avril 2016 à 18h44 par presquile, Le Croisic
Monsieur Retailleau, et son équipe, montrent une fois de plus leur attachement à séduire les électeurs du F.N., je pense que s'ils n'avaient pas eu peur de cette étiquette, ils auraient fait campagne sous cette bannière... A quand l'interdiction du pantalon pour les jeunes filles dans les lycées?? et plus généralement : à quand l'interdiction de penser autrement ??

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : 0609309562  |   Nous contacter