www.media-web.fr

Marie-Odile Bouillé milite pour les libertés individuelles

Marie-Odile Bouillé députée PS de Loire-Atlantique a accordé un entretien à média-web au sujet de nos libertés individuelles, elle veut que les lois changent.

Marie-Odile Bouillé se souvient des  ravages des avortements clandestins, du temps où la loi Veil (1975) n'existait pas encore. « Personne ne devrait mourir comme ça ! ». Elle adhère à l'association pour mourir dans la  dignité (www.admd.net). Si elle reconnaît que la loi Leonetti est un progrès pour elle « il faut aller plus loin ». Elle rappelle que le professeur Didier Sicard président d'honneur du comité national d'étique, prépare en ce moment un rapport sur la fin de vie. Plusieurs rencontres à Paris et en province ont été organisées. Il souhaite « un débat démocratique et citoyen sur des questions qui intéressent toute la société » sur un « sujet douloureux ».
La députée, (qui a exercé comme sage-femme), réfléchit « aux rites de passage » et  aux lois de bio éthique. Pour elle il est indispensable « que les soignants soient mieux formés », « qu'il y ait plus de places en soins palliatifs et qu'on ait le droit de finir sa vie dans des unités près de son domicile. Qu'il y ait une loi qui permette d'aller jusqu'au suicide assisté ». « C'est une des dernières libertés que nous n'avons pas ». Et il « faut arrêter de penser qu'une loi sur la fin de vie, c'est une loi pour tuer les vieux ! » clame-t-elle. Elle rapproche ce qu'elle estime être un droit, du droit à l'avortement, et fait un parallèle : « c'est comme si on disait qu'on va avorter toutes les femmes enceintes ». « C'est une liberté, pas une obligation »
Elle répète qu'elle souhaite que les citoyens écrivent à leurs députés pour apporter des témoignages,  pour enrichir le débat et travailler sur les propositions de loi.
Le mariage pour tous ? « Bien sûr », elle y est favorable. « On a le droit de s'aimer différemment ».
La liberté pour un maire d'invoquer la clause de conscience pour ne pas marier des homosexuels ?
« Non, la loi c'est la loi et les maires sont là pour l'appliquer, ensuite ils ont toujours la possibilité de déléguer, s'ils le souhaitent ».
 

Auteur : LY | 27/11/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Farines animales autorisées pour l'alimentation des poissons d'élevage »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : "pas de dialogue sans retrait des forces de police" »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter