www.media-web.fr

Lutte contre la pauvreté : la Loire-Atlantique déjà sur tous les fronts

Après un début de mandat marqué par de nombreuses mesures pour favoriser les plus riches (suppression de l’impôt sur la fortune et de la taxe sur les dividendes distribuées aux actionnaires) au détriment des plus pauvres (suppression des contrats aidés, baisse des APL, manque de moyens pour l’hébergement d’urgence…), le Président de la République vient d’annoncer sa stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Le Département de Loire-Atlantique, terre de solidarités et d’innovations sociales est donc extrêmement attentif aux annonces faites par le Président de la République, d’autant que de nombreuses mesures s’inspirent de ce qui a déjà été mis en place sur le département :

- Territoire zéro chômeur de longue durée, sur lequel le Département travaille depuis 2 ans avec la Ville de Pontchâteau et les acteurs locaux : nous attendons impatiemment que le gouvernement retienne cette candidature pour une nouvelle vague d’expérimentation.

- Accompagnement de jeunes majeurs à la sortie de l’Aide sociale à l’enfance : la Loire- Atlantique, qui a mis en oeuvre le Contrat de soutien à l’autonomie des jeunes dès 2005, est l’un des rares Départements à financer déjà des contrats jeunes majeurs.

- Programme d’accès à l’alimentation infantile : le Département expérimente le programme MALIN depuis 2015.

- Tarifs de cantine accessibles dans les collèges : un fonds d’aide aux familles en difficultés est déjà proposé par le Département.

- Accompagnement et orientation des allocataires du RSA : le Département de Loire-Atlantique peut s’appuyer sur un dispositif original d’unités emploi, réparties sur l’ensemble du territoire pour faciliter le lien entre les allocataires du RSA et les entreprises.

- Insertion par l’activité économique : 4,7 M€ par an sont engagés par le Département en faveur des structures d’insertion économique.

- Renforcer l’accès aux droits et aux services sociaux : le Département met en place l’accueil social universel dans ses nouveaux Espaces départementaux des solidarités.

« Le revenu universel d’activité annoncé par le Président de la République est une première étape positive vers un meilleur accès aux droits. Il manque cependant d’ambition et aurait pu s’inspirer utilement de la proposition d’expérimentation d’un revenu de base que j’ai formulée au Gouvernement avec 18 autres Départements » souligne Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique.

Après ces annonces importantes pour toutes les personnes et les familles concernées par la pauvreté, le Département attend maintenant des actes, des financements concrets, et non pas de simples redéploiements de crédits déjà existants. La pauvreté en France ne cesse de se développer quels que soient les territoires et aucun habitant ne doit se retrouver éloigné de cet accompagnement. Le Département, en tant que de chef de file des solidarités territoriales, reste l’échelle pertinente pour garantir l’égalité d’accès aux politiques d’accompagnement des personnes pauvres.

Les chiffres en Loire-Atlantique

L’observatoire national français de la pauvreté et de l'exclusion fait état de l'accroissement des inégalités depuis 2008. La pauvreté touche plus de personnes mais aussi plus durement celles qui avaient déjà le niveau de vie le plus modeste avec un risque accru d'irréversibilité. En 2016, 13,9% de la population française avait des revenus inférieurs au seuil de pauvreté. Les personnes privées d'emploi, les familles monoparentales et les jeunes sont les plus touchés. Sont considérées comme pauvres par l’Insee les personnes seules qui perçoivent moins de 1 026 euros par mois, c’est-à-dire 60 % du revenu médian de la population, qui est de 1 710 euros par mois en 2016.

En Loire-Atlantique, il y a plus de 29 000 ménages allocataires du revenu de solidarité active (RSA) et le taux de pauvreté s’établit à 10%. Si une baisse du nombre d’allocataires a été observée en 2016, puis une stabilisation en 2017, ce chiffre a augmenté en ce début d’année 2018. Plus de 94% des ménages allocataires du revenu de solidarité active vivent sous le seuil de pauvreté et 20 % vivent avec moins de 500 euros par ménage.

18/09/2018 | 0 commentaire
Article suivant : « Loire-Atlantique : Journées du patrimoine 15 et 16 septembre »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter