www.media-web.fr

LR : Les ambitieux pour eux mêmes seront bien exclus

La réalité des décisions du bureau politique des Républicains réuni hier, au travers une déclaration de Bernard Accoyer. « Dans notre système démocratique on ne peut être à la fois au gouvernement et dans l’opposition. » Ce qui signifie que la majorité des élus LR et militants se situent clairement dans l’opposition au président Macron. Ce n’est qu’une petite histoire minable de quorum qui a retardé de 8 jours l’exclusion.

L’issue du Bureau politique du 24 octobre 2017 selon Bernard Accoyer

1. Le Bureau politique a abordé la question de l’organisation de l’élection à la Présidence des Républicains des 10 et 17 décembre

Anne Levade, présidente de la Haute autorité, annoncera la liste des candidats ayant obtenu le nombre suffisant de parrainages jeudi 26 octobre à 15h. La campagne officielle pour la présidence de notre mouvement pourra alors débuter.

"J’ai rappelé que nous devons collectivement avoir l’objectif de faire de cette élection un succès. Succès en matière d’exemplarité, de respect entre tous, d’éthique et de qualité du débat.

Dans cette perspective et pour faire vivre le débat démocratique, le Bureau politique a décidé d’accorder une subvention à chaque candidat à hauteur de 15 000€.

Au lendemain de l’élection de notre nouvelle Présidente ou de notre nouveau Président, nous organiserons un Conseil national d’ici la fin du mois de janvier."

2. Le Bureau politique a abordé ensuite les « Ateliers de la refondation », travaux de réflexion que nous menons depuis le 5 juillet

Après 4 mois de consultation des adhérents -plus de 40 000 ont répondu durant l’été au questionnaire-, de cadres du mouvement et d’experts (philosophes, sociologues, politologues, économistes et essayistes…) et après 4 mois de débat sur ce qu’est la droite, ses valeurs, ses fractures, son ambition, une synthèse de ce travail sera rendue publique au début du mois de novembre.

"Il apparaît également que le clivage gauche-droite a toujours un sens et que, si Emmanuel Macron a modernisé la gauche en opérant enfin l’arbitrage que refusait le Parti socialiste entre les collectivistes et les socio-démocrates, il nous appartient désormais de moderniser notre grand parti de la droite et du centre.

Ce travail ne pourra se faire qu’en reprenant la main sur le débat d’idées. Il nous appartient donc désormais d’apporter des réponses aux grandes transformations mondiales, fidèles à la tradition de notre famille politique, à l’image du général de Gaulle lorsqu’il permit à la France de vivre ce bouleversement majeur qu’est la décolonisation, ou de Nicolas Sarkozy lorsqu’il imposa des idées totalement nouvelles et brisa les tabous lors de la campagne présidentielle de 2007.

Je forme le voeu que l’esprit des ateliers de la refondation soit au coeur du débat à la présidence de notre mouvement."

3. Le Bureau politique s’est ensuite vu présenter le rapport de MM. LEONETTI et OLLIER, membres de la commission spéciale chargée de l’application de l’article 4-4 du Règlement intérieur

"Le 30 juin 2017, nous avons lancé plusieurs procédures disciplinaires concernant MM Franck RIESTER, Thierry SOLERE, Gérald DARMANIN, Sébastien LECORNU et Edouard PHILIPPE.

Après avoir scrupuleusement respecté nos statuts, le Bureau politique a jugé important de clarifier la situation vis-à-vis de ceux qui ont choisi de rejoindre la majorité présidentielle.

Cette clarification est indispensable car dans notre système démocratique on ne peut être à la fois au gouvernement et dans l’opposition.

Cette clarification est vitale car la confusion entre la gauche et la droite conduit à des combinaisons politiques qui font le nid des extrêmes comme le prouvent les dernières élections en Allemagne et en Autriche. Cette confusion suscite également chez les électeurs un rejet des élus et des élites.

Au nom d’une conception exigeante et éthique de l’action publique, de la démocratie et du pacte républicain, il est du devoir de notre famille politique de mettre fin à ce feuilleton. Il est aussi urgent de dire à certains que l’alliance du cynisme et de la perversité a des limites. La politique n’est pas un jeu.

Au cours des bureaux politiques du 11 juillet, du 3 octobre, nous avons longuement débattu de ces procédures. Pour instruire ces procédures, le Bureau politique avait décidé de nommer en son sein une commission spéciale, dont les membres avaient pour mission d’auditionner les personnes en cause dans le cadre du principe du contradictoire.

Jean LEONETTI et Patrick OLLIER ont conduit ces auditions. Je les en remercie vivement. Ils ont présenté, ce soir, leur rapport devant le Bureau politique. A l’issue de cette présentation, les membres du Bureau politique ont pu s’exprimer et la déclaration suivante a été adoptée à une très large majorité :

Déclaration du Bureau politique

« Après avoir entendu les membres de la commission spéciale chargée de recueillir les explications de MM Gérald DARMANIN, Sébastien LECORNU, Edouard PHILIPPE, Franck RIESTER et Thierry SOLERE :

- constatant leur ralliement individuel à la majorité présidentielle ;

- constatant que, pour certains, ils ont directement soutenu des candidats contre les candidats investis par Les Républicains aux élections législatives ou se sont présentés sur des listes La République en Marche aux élections sénatoriales ;

- ayant pris connaissance de leurs déclarations annonçant la création imminente d’un nouveau parti politique, après avoir créé un groupe dissident à l’Assemblée nationale ;

Les membres présents du Bureau politique se sont prononcés à une très large majorité en faveur de leur exclusion et a acté le départ d’Edouard PHILIPPE ».

L’article 24 des statuts des Républicains prévoit que si le quorum n’est pas atteint, un nouveau Bureau politique est convoqué et délibère sans condition de quorum. En conséquence, un Bureau politique se tiendra le mardi 31 octobre, dans le respect le plus strict de nos statuts.

25/10/2017 | 3 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 25 octobre 2017 à 15h45 par Francine, Porpoder
Si c'est vrai bravo. Il y a 30 ans on faisait de la politique par conviction. Les LR doivent retrouver cet état d'esprit s'il veulent redevenir un grand parti. et clarifier la situation concernant sens commun il faut une déclaration claire de son président si non dehors.
#2 - Le 25 octobre 2017 à 15h53 par David, Saint-malo
Vous en avez oublié un Estrosi ! Il ne vaut pas mieux que les autres et ne représente que lui même.
#3 - Le 05 novembre 2017 à 15h41 par Beber, Saint Brevin
RPR, UMP, LR etc.
Radier des membres qui participent au gouvernement et ne pas envisager un seul instant de virer toutes les brebis galeuses, qui traînent des casseroles depuis le RPR, ou qui font preuve de la plus grande immoralité il y a de quoi se taper la tête contre les murs.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter