www.media-web.fr

Les Robin des Bois dénoncent la présence de PCB en Essonne

Depuis le 14 février 2013, le troupeau contaminé par les PCB, est mis sous séquestre par arrêté préfectoral. Son propriétaire. La famille De Smet à Forges-les-Bains (Sud de Paris, Essonne) s’occupe depuis deux ans de 120 morts-vivants. L'association Les Robin des Bois alerte sur ce cas et interroge le préfet.

Les PCB – PolyChloroBiphényles - , produit miracle lancé en 1930 étaient utilisés en adjuvant dans les peintures, les encres, les matières plastiques, les circuits imprimés et comme liquide de refroidissement dans les transformateurs électriques et condensateurs. Ils sons aujourd’hui interdits de fabrication, classés parmi les Produits Organiques Persistants, considérés comme cancérogènes et comme perturbateurs endocriniens.

Les PCB empoisonnent le département de l’Essonne. L’interdiction de consommation de toutes les espèces de poissons péchés dans la rivière Essonne en raison de la contamination PCB remonte à l’arrêté préfectoral du 13 janvier 2005. L’interdiction a été étendue à tous les cours d’eau du département en ce qui concerne les poissons de fond, anguilles, barbeaux, carpes, silures, brèmes, le 7 juillet 2010. La Prédecelle est un affluent de la Remarde, affluent de l’Orge, affluent de la Seine.

Dans son inventaire des sites terrestres contaminés par les PCB, Robin des Bois a répertorié 13 sites pollués aux PCB sur le département de l’Essonne.

« La Ferme Ta Gueule »

Depuis deux ans, l’exploitation agricole de la famille De Smet est paralysée et pénalisée par la charge financière et morale de l’entretien d’un troupeau qu’il est impossible sous quelque forme que ce soit de commercialiser.

Le troupeau en est arrivé là en broutant et en s’abreuvant dans une prairie humide de 12 hectares bordée par la Prédecelle, une rivière de 19,1 km de long. La Prédecelle est au moins contaminée jusqu’à 6,5 km en aval. Les communes de Forges-les-Bains, Briis-sous-Forges et l’étang de Vaugrigneuse sont touchés. Des enquêtes administrative et judiciaire sont en cours pour déterminer l’origine de l’intoxication du cheptel. Depuis deux ans elles n’aboutissent officiellement à rien.

Pourtant, l’origine des PCB saute aux yeux. Entre 1935 et 1997, à l’amont de la prairie dite des Canaux louée par la famille De Smet, la Prédecelle a servi d’exutoire aux rejets liquides de plusieurs ateliers et usines : La Cetylose productrice de films et pellicules ininflammables, une filiale de Schneider fabriquant les postes de télévision Tévéa, Comelin filiale de Matra Défense application d’encres, de vernis et de peintures, transformation de matières plastiques, fabrication de circuits imprimés, MELCO autre filiale de Matra Défense et Nicolitch, fabricant de circuits imprimés. En outre, un transformateur au pyralène a été vandalisé quelques jours avant la démolition de la friche en mars 2003.

Le cheptel de la famille De Smet est victime d’une pollution locale et historique due à des pratiques négligentes pendant l’exploitation et après l’exploitation de l’ex-zone industrielle de Limours. L’Etat dont la vigilance a été prise en défaut et la commune de Limours dans sa précipitation à convertir une friche industrielle polluée en zone d’activités diverses ont leur part de responsabilité.

La démolition des bâtiments et vieux ateliers a été brutale. Ça s’est passé dans un nuage de poussières et un remue-ménage de terres et bétons pollués. Sur site, il y a aujourd’hui une surface commerciale, une gendarmerie, un établissement scolaire.
Les archives départementales révèlent qu’entre 1935 et 1997 le rejet des déchets liquides se faisait par l’intermédiaire d’un tuyau dans la Prédecelle et que le système de traitement des eaux de process après son installation dans les années 70 s’est très vite révélé obsolète. C’est très précisément à partir de cet exutoire que les sédiments de la Prédecelle présentent des teneurs importantes en PCB.

Les maires des communes en aval de Limours et la Préfecture de l’Essonne refusent d’envisager des précautions supplémentaires telles que l’interdiction de la chasse, de la consommation du gibier et de l’arrosage des potagers par l’eau de la rivière, autant de mesures de précaution d’autant plus pertinentes que la Prédecelle est sujette à des crues fréquentes et dépose alors ses boues sur les jardins et parcelles agricoles.

Le problème durera et s’amplifiera tant que l’ex zone industrielle, ses remblais, les sous-sols et anciennes canalisations ne seront pas purgés de leurs PCB. De l’avis de Robin des Bois, les solvants chlorés et l’arsenic mériteraient aussi d’être repérés et si nécessaire traités ».

Lettre ouverte au préfet de l'Essonne voir document ci-après.
Voir aussi http://www.robindesbois.org/PCB/PCB_hors_serie/ATLAS_PCB.html

Communiqué des Robin des Bois



23/02/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « La France rejoint la Banque asiatique pour l’investissement dans l’infrastructure »
Article suivant : « Victoires de la musique The Do album rock de l'année »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter