www.media-web.fr

Les réactions politiques et syndicales à la reprise de STX France par Fincantieri

On le sait depuis ce matin STX sera désormais sous pavillon Italien/Français. Syndicats, et certains élus craignent le pire, ils sont peu nombreux à croire que c’est une bonne chose pour les chantiers. Les réactions politiques et syndicales commencent à se faire entendre.
Chantier Fincantieri
Chantier Fincantieri

Il y a une certaine cacophonie à droite entre les conseillers régionaux Bruno Retailleau qui souhaitait un nouveau tour de table et Franck Louvrier qui parle « d’une bonne nouvelle à sécuriser. » 

Bruno Retailleau : « Il revient à l’État d’assurer dans le mois qui vient la constitution d’un tour de table du capital équilibré et par la rédaction d’un pacte d’actionnaires robuste. »

A gauche personne la semaine dernière  ne voulait entendre parler de Fincantieri, de Christophe Clergeau à Laurianne Deniaud et au PCF ce matin. Le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, devra s’employer à convaincre car pour la gauche régionale il y avait beaucoup mieux à faire.

La CFDT par Christophe Morel « Nous ne voyons pas quel intérêt Fincantieri a de nous racheter, Nous faisons les mêmes choses que lui ! Il y aura sûrement des doublons au niveau des effectifs.»

FO : « C’est une grosse déception pour le syndicat qui réclame depuis longtemps la nationalisation du chantier. »

Nicolas Dupont-Aignan : "Que nos élites mondialistes se rassurent: la reprise de STX par son concurrent Fincantieri achèvera bien notre industrie navale. Traîtres ! STX France verra certainement sa production transférée en Chine... L'industrie navale française abandonnée. Confier l'avenir de notre industrie navale et de 7600 emplois entre les mains d'un tribunal sud-coréen on marche sur la tête!"

Pour le FN44 : "C’est l’État qui devait reprendre les Chantiers de Saint-Nazaire, pas Fincantieri. Cette revente des Chantiers de Saint-Nazaire affecte directement notre souveraineté industrielle".

Franck Louvrier Conseiller Régional candidat à l’élection législative

« La désignation de l’italien Fincantieri comme candidat à la reprise de STX France est une bonne nouvelle car les Chantiers vont pouvoir s’adosser à un acteur industriel européen sain et solide que l’on connait bien et qui possède un spectre large dans la construction navale. C’est donc rassurant d’être avec un champion européen face à la concurrence asiatique mais il devra intégrer l’équation régionale et française. »

Alain Dubois Candidat à l’élection législative 7ème circonscription

«  Cela ne me réjouit pas, je suis inquiet car Fincantieri est un conçurent de STX . Il lui arrive de sous-traiter des bateaux en Chine. Je m’étonne que des personnes ayant des ambitions politiques dans la 7ème circonscription, puissent se réjouir de cette reprise, sans avoir travaillé le dossier. »

Florence Beuvelet Elue LR à Saint-Nazaire candidate aux élections législatives 8ème circonscription.

« Accueillons l’actionnaire italien Fincantieri, cette réorganisation de nos chantiers nazairiens présente plusieurs avantages : l’alliance de l’élégance italienne et de la rationalité française, l’opportunité de faire revenir dans le giron européen l’un des principaux spécialistes mondiaux de la construction de paquebots et enfin la disparition de la concurrence sur les prix que nous faisait jusqu’à présent Fincantieri ce qui ne peut qu’améliorer nos marges. Pouvons-nous espérer l’approche d’autres partenaires dans cette opération de façon à en consolider la force ? En tant que candidate à la députation à Saint-Nazaire, je suis certaine qu’avec Bruno Retailleau et François Fillon aux commandes nos intérêts et nos emplois seront préservés. »

 

Déjà paru :http://www.saintnazaire-infos.fr/finalement-ce-sera-fincantieri-pour-reprendre-stx-france-23-62-3631.html

03/01/2017 | 5 commentaires
Article précédent : « Naufrage au large de la Bretagne, Robin des Bois porte plainte au tribunal de Brest »
Article suivant : « "Modern Express" : le cargo à la dérive devrait pouvoir être remorqué »

Vos commentaires

#1 - Le 03 janvier 2017 à 19h46 par jlg
Wait and see ! Fincantieri est une entreprise d'état qui ne devrait avoir aucun mal à coucher avec l'état français. Premier indice : si le prochain directeur général (pas le président du CA) sera-t-il, comme aujourd'hui, désigné par l'administration française ou s'agira d'un italien envoyé par Fincantieri ?
#2 - Le 03 janvier 2017 à 20h02 par Le troquier, La Baule
Ce que je lis de mr louvrier et me Beuvelet est sidérant: l'un se réjouit l'autre salue l'élégance italienne ! on croit rever. Le paradoxe est que les chantiers de Saint Nazaire ont un carnet de commandes plein pour des années,et que les bateaux seront fabriqués en Chine, me Beuvelet, vous irez expliquer aux futurs chomeurs nazairiens l'élégance italienne, ça va les amuser. Et mr Retailleau et Fillon n'y pourront rien
#3 - Le 04 janvier 2017 à 10h43 par jean goychman, GuÉrande
Je suis intervenu en séance du conseil régional en juin et octobre 2016 pour proposer une mise en sauvegarde auprès du Tribunal de Commerce de St Nazaire de STX France. C'était juridiquement la meilleure solution. Cela a été fait par la justice américaine pour préserver les actifs américains de STX Corée. Chez nous, rien. Paroles lénifiantes et optimisme de façade ont été les seules réponses à ce danger pourtant prévisible. Il y a 15 jours, le gouvernement français privilégiait une reprise par DAMEN, appuyée par les clients des chantiers et aujourd'hui, tout comme Les Républicains, ils se félicitent de la reprise par Fincantiéri. Mais pour qui nous prennent-ils? Croient-ils que nous ignorions les liens commerciaux et industriels entre Fincantiéri et les chantiers chinois?
#4 - Le 04 janvier 2017 à 11h12 par Paul Porcher, DreffÉac
@Media-web : M.Louvrier a écrit sur son blog "Il faut un tour de table le plus large possible (DCNS, croisiéristes…)" tout comme Bruno Retailleau, il n'y a aucune cacophonie à droite à la Région, bien au contraire.
#5 - Le 04 janvier 2017 à 18h53 par jean goychman, GuÉrande
"Il faut un tour de table le plus large possible (DCNS, croisiéristes…)"
Pas réaliste. Si Fincantieri a déposé une offre de rachat aupres du tribunal de Seoul, c'est pour la totalité des 66% des parts détenues dans STX France. Je ne vois pas comment on pourrait contraindre Fincantieri a les revendre, même partiellement et perdre sa majorité. Car 33% ou 49.9%, c'est la même chose, on reste minoritaire et on ne pèse rien...Maintenant, si l'Etat français veut revendre ses parts à DCNS ou à qui on veut, ça change quoi?
Il serait interessant de savoir pourquoi DAMEN, pourtant soutenue pars les clients de STX France, n'a finalement pas déposé d'offre de rachat

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter