www.media-web.fr

Les paludiers répondent à Danielle Rival

Dans un communiqué le Syndicat des Paludiers affilié à la Confédération Paysanne répond à Danielle Rival à la suite de sa déclaration du 10 octobre sur media-web.

Le 10 octobre dernier nous publiions une déclaration de Danielle Rival maire de Batz-sur-mer sur le site de media-web.fr,
http://www.media-web.fr/index.php?module=cms&page=cms_article_visualisation&id_univers=24&id_rubrique=35&id_article=741

Le Syndicat des paludiers, affilié à la Conféderation Paysanne lui répond dans le document que nous reproduisons ici in-extenso.
 
« Suite à vos interrogations et à vos nombreux amalgames dans un article du site média-web, le Syndicat des Paludiers affilié à la Confédération paysanne souhaite vous répondre.

Il y a quarante ans de cela, des décideurs politiques locaux (plutôt de la rive droite…) avaient convenu ensemble de réaliser à travers les marais salants une magnifique rocade… Prélude à une marina. Ces mêmes décideurs ne voulaient plus croire à la renaissance du sel de Guérande, ils étaient persuadés que le développement local ne se ferait que par l’économie du tourisme et que pour ce faire il fallait sacrifier des terres agricoles.
Mais des paludiers, des habitants de la Presqu’île, des paysans du coin (soutenus par des gens venus de plus loin) en avaient décidé autrement et avaient manifesté leur indignation pour défendre leur territoire. L’histoire nous montre qu’ils ont eu raison, car aujourd’hui le sel de Guérande est mondialement reconnu, il fait vivre des centaines de familles, permet l’entretien d’un patrimoine exceptionnel et participe largement à l’économie locale.
De cet exemple vivant, les élus locaux, qu’ils soient de gauche ou de droite, n’en retiennent que peu de leçons. Malheureusement l’histoire se répète et ils décident de mettre 2 400 000 € des ressources de notre communauté de commune dans un projet qui consiste à déplacer un aéroport de 18 km et de bétonner par la même occasion 2 000 ha de bocage, ce qui est l’équivalent de la surface de nos marais salants.
Aucun débat n’a été proposé aux habitants de la Presqu’île pour justifier une telle dépense ! Par contre on peut entendre de votre bouche ou de celles d’autres élus que ce projet est « essentiel pour le développement », « la relance économique » ou « l’attractivité de notre région » À croire que notre région est dans le dénuement le plus total !
En marge de ce problème important, et pour votre information, la Région des Pays de la Loire accorde à la FNSEA (syndicat agricole que vous appréciez…) la même subvention qu’à la Confédération Paysanne (que vous n’appréciez pas…). De plus, les pancartes posées dans les marais salants ont été fabriquées et financées entièrement par le Syndicat des Paludiers…
Mais puisque vous semblez vouloir débattre d’écologie et d’économie… nous pouvons vous parler, entre sujets passionnants, de baptêmes en hélicoptère organisés et financés par la commune de Batz-sur-Mer… À croire que nul (le) n’est parfait (e) .»


 

29/10/2012 | 3 commentaires
Article précédent : « Salon des collectivités locales : une première édition qui a du mal à décoller »
Article suivant : « Les Écossiernes une station d’épuration durable »

Vos commentaires

#1 - Le 31 octobre 2012 à 12h49 par Samuel
Je pense que tout a été dit.
#2 - Le 01 novembre 2012 à 05h26 par Jean-Louis Garnier
Non rien n'a été dit qui ne soit pas verbiage gauchiste sans consistance.
Le succès du sel de Guérande est le résultat d'une action de communication bien menée et reprise dans la haute gastronomie française, un artisanat de luxe, et non celui des soi-disantes luttes populaires locales!
#3 - Le 02 novembre 2012 à 20h18 par Samuel
Sans luttes populaires locales comme vous dites, il me semble que le sel de guérande serait actuellement le nom d'une marina, et non pas associé à un produit reconnu...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter