www.media-web.fr

Les Etats généraux du député Lassalle

Le médiatique député MoDem des Pyrénées-Atlantiques a fait étape à Nantes samedi 2 novembre, dans le cadre de sa « Marche ». Cette initiative, entamée le 10 avril dernier, lui permet d’aller à la rencontre des Français, à pied, au fil des territoires, afin de recueillir selon lui les doléances d’un peuple désabusé
Jean Lassalle à la rencontre des Français
Jean Lassalle à la rencontre des Français

4500 kilomètres. C’est la distance qu’à déjà parcouru le truculent Jean Lassalle, en à peine six mois de pérégrinations. Sa démarche, qui se veut un « acte de combattant, de résistance, de député de la République », consiste à recueillir, à travers « Les Cahiers de l’Espoir », les souffrances des Français. « C’est la clé de voûte de mon action », précise le Béarnais. 

Le terrain lui semblait indispensable afin de cerner les préoccupations du peuple. Car pour l’homme politique, « une jungle est apparue après la chute du mur de Berlin. La Financiarisation a vidé les caisses de l’Etat. En France, nous avons croisé le capitalisme américain et gardé une technocratie soviétique».

S’il se doutait que les citoyens étaient exaspérés par les diverses crises actuelles, ce fils de berger des Pyrénées ne soupçonnait pas à quel point les Français « nous détestent, nous les politiques (à Paris notamment) ». Que « l’absence de travail, l’avenir des jeunes » sont de grandes sources d’angoisses. Que la « perdition totale d’identité » ressentie par la majorité du peuple n’est pas une chimère. Mais ce que Jean Lassalle a le plus découvert durant ce premier semestre sur les routes, c’est le rejet de l’Europe actuelle, trop technocrate. La contestation de cette Europe politique « est l’une de mes plus grandes surprises ». 

Au bout de six mois donc, le député esquisse un peu plus les problématiques rencontrées par les Français. Il ne sait pas quand sa marche s’arrêtera. « Si je me fixe une date, je vais me bloquer l’organisme », reconnait-il. Si l’homme est accessible, encore faut-il pouvoir le trouver, car son programme n’est fixé que très peu de temps à l’avance, au gré des kilomètres parcourus, entre 20 et 30 par jours. Cela fait le charme de la démarche certes, mais une meilleure communication permettrait sans doute de réunir plus de monde aux réunions proposées -une vingtaine de participants par exemple à Nantes, place Saint-Pierre (Cathédrale)-. « Je ne démarche jamais personne. Je ne vois que les gens qui veulent venir à moi » se justifie-t-il. Soit. Au menu de ces réunions, qui se transforment le plus souvent en dîners-débats, les « vrais » problèmes en tout genre rencontrés par les Français, et non ceux supposés à Paris. 

Une démarche apolitique

Jean Lassalle n’est retourné depuis le 10 avril qu’une seule fois dans l’hémicycle de l’Assemblée. C’était en septembre, au sujet de la question syrienne. Au niveau logistique, une voiture fait la navette une fois par semaine depuis Paris, pour « me ramener les textes de lois, les lettres à signer ». Le conseiller général du canton d’Accous reste donc informé de ce qui se passe dans le pays. A propos de cantons, Jean Lassalle a fait de l’hypothétique réduction du nombre  de ces derniers (de 4000 à 2000) l’un de ses autres chevaux de bataille. Pour lui, ces circonscriptions sont des rouages essentiels de la démocratie locale, et leurs divisions par deux ne feraient réaliser à l’Etat « aucune économie ». 

Attaché aux territoires, qui symbolisent le mieux le lien existant entre les hommes et leurs identités, il ne semblait pas inopportun de l’interroger sur le potentiel rattachement de la Loire-Atlantique à sa région d’origine, la Bretagne : « honnêtement, je pense que c’est aux citoyens de décider. On ne fait pas assez confiance aux provinces. Laissons faire ce que les gens proposent ».

L’heure n’est donc pas encore au bilan final. Après cette aventure du « député qui marche », Jean Lassalle devrait proposer plusieurs pistes pour sortir de ces impasses dans lesquelles le pays semble s’être engouffré. En revanche, pas un mot sur son parti, le MoDem, dont il est Vice-Président. « C’est un acte apolitique au sens partisan du terme ». Et d’ajouter : « je ne juge pas opportun de faire une révolution, ni le retour à la guillotine ». Sa démarche, atypique, à défaut d’être révolutionnaire donc, a le mérite d’être soulignée. Retisser le lien perdu avec le peuple, telle est l’essence même de sa fonction, pour cet infatigable député marcheur de 58 ans. Recueillir les doléances et les consigner dans « Les Cahiers de l'Espoir », voilà un pas de plus pour le député qui marche. Une autre politique est donc possible pour Jean Lassalle.

Auteur : Jean Rioufol | 03/11/2013 | 1 commentaire
Article précédent : « Redécoupage : 31 cantons en Loire-Atlantique »
Article suivant : « L'UMP 44 salue la décision de Danielle Rival et de Philippe Boennec »

Vos commentaires

#1 - Le 04 novembre 2013 à 08h52 par michel bailly, Bouguenais
Depuis le 10 Avril, il n'est plus présent à l'Assemblée nationale, émarge-t-il, toujours, à quelques milliers d'€ mensuels auxquels il aurait droit pour le plein exercice de son mandat ?
Qui finance la navette automobile Paris-Accous ,
D'autre part, a-t-il était élu pour ses mascarades qui ne servent que son égo ?
Il recueille les doléances ... Dans notre région, les connait-il vraiment ?
Cette marche est bien malsaine, il ne manque plus que corbillard véhiculant les illusions perdues des électeurs de gauche, du centre (Modem en priorité ...). Quant à ceux de Droite, ils ne se berçaient pas d'illusions, ils n'en ont donc pas perdu !!!
A faire peur, à leur faire croire que tout est foutu, ce genre d'élus apeurés ne font que creuser le sillon de partis extrêmes qui ne promettent qu'une chose : le désordre.
Alors, ce conseiller général, député, n'a qu'une chose à faire : rentrer chez lui et se reposer. A son âge, c'est ce qui est demandé à ses congénères (chômage, pré retraites fantoches, et pour les privilégiés, la retraite) !!!
Un élu de la République a autre chose à faire que marcher à pied, pour faire pleurer le peuple.
Après toutes ces attitudes (postures), demandons-nous pourquoi, l'abstention, les résultats des parti de M.Le Pen et JL Mélenchon performent depuis quelques temps dans les bureaux de votes.
Monsieur Lassalle, vous ne servez à rien !!!
Nous avons besoin d'élus républicaoins, de gauche et de droite, au service du Pays, au travail !!!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : 0609309562  |   Nous contacter