www.media-web.fr

Les états généraux de l'énergie dans les pays de la Loire : atteindre le 3x30

La Région a défini une démarche de participation et de construction de décision qu'elle nomme états généraux de l'énergie. Il s’agit de garantir une bonne intégration des acteurs du territoire collectivités, institutions partenaires, secteur privé, réseaux bancaires, associations, citoyens… dans un processus inscrit dans la durée.

La France doit réfléchir à son futur énergétique. La Région a organisé les états régionaux* de l’énergie, ils sont un temps de discussion et de concertation pour appréhender  les enjeux et permettre aux citoyens et aux acteurs de proposer ensemble des mesures et des orientations.
Un échange était organisé salle Jacques Brel à Saint-Nazaire sur le sujet de l'énergie, en présence notamment de Pierre Stussi secrétaire général de la préfecture de Loire Atlantique, Christophe Clergeau vice président de la Région des pays de Loire et Joël Batteux maire de Saint Nazaire. Pierre Radanne expert en politiques énergétiques choisi par la Région a présenté les travaux effectués et a répondu aux questions.
 

Le bon moment

« Manger, se loger, se déplacer, travailler,  acheter des    biens…    l’énergie étant au cœur du quotidien de tous, seule une représentation large des intérêts permettra d’optimiser les décisions » indique la plaquette de présentation des états généraux émise par la Région.
Pour Pierre Radanne c'est le bon moment de se poser ces questions. Beaucoup de nos équipements ont besoin d'être renouvelés, à la petite échelle de notre pays. L'expert, très pédagogue a expliqué que c'est la première fois que l'humanité n'a pas d'autre choix que d'être solidaire : les ressources et notamment la nourriture seront à mieux partager ou la guerre et la famine ravageront la Terre. Nous sommes 7 milliards d'humains sur la terre, 9,5 en 2050, nous perdons des terres, les rendements diminuent, pourrons-nous nourrir une population ? Avec quelques images simples il explique que 6 °C nous séparent de l'ère glaciaire, et que notre siècle verra peut-être la température s'élever de 2 °C avec tout ce que cela suppose de conséquences. Les négociations internationales sont très difficiles et il faut trouver de nouveaux chemins sans passer par l'énergie fossile pour les pays à développer.

Revenant au sujet de la soirée et avant de présenter le diagnostic énergétique de la Région qui servira ensuite au niveau national, Pierre Radanne donne deux autres chiffres : l'achat d'énergie de notre pays est équivalent à notre déficit (environ 68 milliards d'€). Il exprime son inquiétude : pas d'argent donc nous reportons des investissements qui nous permettraient de faire des économies d'énergie, tandis que 32 000 emplois ont disparu dans le bâtiment en deux ans. Pour lui il faut réhabiliter les vieux bâtiments.
La politique par à coups du photovoltaïque a été sérieusement attaquée. « Il faut une vraie politique de filière ». « Il ne s'agit pas de créer une bulle pour la crever ensuite ». Identifier les acteurs, et les soutenir pour travailler dans l'innovation. Joël Batteux rebondira pour souligner combien Saint-Nazaire a bien compris cela.
 

Consommation d'énergie

En partant d’un état des lieux des usages de consommation en région, les états généraux de l’énergie questionnent nos modes de vie présents et futurs pour répondre à une question fondamentale : à quoi servira l’énergie demain ? Quels usages, pour répondre à quels besoins ?
L’énergie consommée en région en 2006 : 8 140 K tonnes équivalents pétrole (voir la répartition sur le schéma).
L'expert a montré comment en relocalisant et en travaillant sur des circuits courts nous pouvons réduire nos coûts énergétiques « de la fourche à la fourchette » qui représentent 20 % de la facture comment nous avons aussi des progrès à faire dans l'habitat pour diminuer la dépense liée au « confort résidentiel ».
Il a bien aussi mis en évidence les différences dans les territoires, comment il est plus facile pour les villes de contrôler leurs transports en commun, comment les zones rurales sont plus dépendantes de l'automobile et pourquoi il faut réfléchir à adapter des solutions, et donc pourquoi « la politique énergétique ne peut pas venir d'en haut ». Il remarque que c'est la première fois qu'une démarche de ce type est ouverte en France.

Atteindre l'objectif régional

« Chacun doit prendre sa part des actions à mettre en œuvre pour optimiser le moyen d'arriver au 3x30) » estime la Région.
-30% d’énergie consommée ;
+30% de renouvelables ;
-30% de gaz à effet de serre;
 

Le débat

Quelques personnes sont intervenues dont Pascale Hameau prônant (EELV) le raccourcissement des circuits des produits et notamment pour l'alimentation.
Des entreprises de la zone de Brais regroupant une centaine de salariés s'interrogent afin de réduire le gaspillage d'énergie, soutenues par la CARENE dans le cadre du plan climat, actuellement en phase de diagnostic elles trouvent la démarche intéressante.

D'autres personnes sont intervenues qui avaient réfléchi aux solutions en complémentarité, l'électrolyse et l'usage de l'hydrogène ou des nouveaux gazogènes. « Les solutions il y en a beaucoup mais moins de personnes pour les faire appliquer ! »
STX a exposé de son effort de recherche et développement et des marchés l'export. On parle de commandes d'un milliard d'euros, 2 GW installés...l'équivalent de deux tranches nucléaires.
 

Expertise et politique

Pierre Radanne
Pierre Radanne

Le projet de l'aéroport est bien sûr venu dans le débat.
Pierre Radanne comprend que Jacques Auxiette qui voit l'Europe s'orienter à l'est et craint que le grand ouest ne s'affaiblisse veuille développer cet aéroport. Certes l'aérien est nécessaire, dit-il mais il faut avoir des « dosages », par exemple deux heures pour aller à Paris, trois heures pour aller à Roissy... Est-ce qu'on ne peut pas imaginer «aller en avion quand c'est loin et le reste en train ?»
Un aéroport commun pour Rennes et Nantes et une liaison ferroviaire lui paraissent être un bon choix.
Il indique qu'il manque des volets à cette étude : par exemple l'effet de serre, une réactualisation économique à cause de chiffres devenus faux : des carburants chiffrés pour 2030 deux fois moins chers qu'ils ne le sont déjà actuellement… Il n'est pas venu pour polémiquer sur l'aéroport l'expert, pourtant en posant des questions légitimes, il est passé en terrain hostile : le maire reprend la parole, en résumé : « il faut un aéroport ! ». Dommage qu'à ce moment de l'échange on ait dû quitter le terrain des données et ce qui était bien le sujet de la soirée pour revenir à la politique locale. Elle était peu convaincante devant les chiffres têtus et clairs de Pierre Radanne qui aura bien démontré durant cette soirée que les chemins sont nombreux pour sauver l'humanité, rien de moins, si la volonté est présente, chacun à son niveau, sans dogme ni a priori, en observant nos habitudes, en soutenant la recherche et en appliquant des solutions réfléchies dans un environnement large. Des solutions « supportables » a souligné Joël Batteux.
 

*La concertation

Entre novembre 2012 et février 2013 : cinq débats territoriaux ouverts à tous, répartis sur l’ensemble du territoire régional. Adressés aux citoyens, ils ont pour objectif de bâtir la culture énergétique et d’explorer les modes de vie de l’avenir.

Entre octobre 2012 et mars 2013 cinq ateliers ont été organisés autour de cinq thèmes :
- la gouvernance énergétique ;
- l'efficacité énergétique dans les bâtiments ;
- les transports ;
- industries et activités économiques ;
- consommation et comportements individuels.
Ces groupes d’acteurs régionaux  représentatifs de leur diversité, se réunissent quatre fois pour fournir un travail de fond sur les cinq thèmes. La dernière séance consistera en un travail collectif de l’ensemble des groupes.
La phase de concertation débouchera sur une conférence financière organisée avec les partenaires bancaires et autres investisseurs, visant à identifier les mécanismes d’investissement nécessaires pour garantir la mise en œuvre des mesures retenues dans les débats. Christophe Cergeau a insisté sur l'importance de cette conférence, point clef des opérations futures.
Dans une phase de synthèse, la production collective est rassemblée dans un livre blanc, augmentée d’une quantification des mesures et d’une synthèse.
Les états régionaux se termineront par un événement de clôture en présence des principaux élus, qui permettra de faire un retour sur les différentes propositions recueillies constituant ainsi le socle du plan d’action régional construit par la suite.
 

Auteur : LY | 17/02/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Notre-Dame-des-Landes : campagne de communication « en plus » »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : La Région a voté un million d'euros pour « accompagner » la communauté de communes d’Erdre et Gesvres »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter