www.media-web.fr

Les élus aux pieds d’Haliade

Mobilisation d’élus au Carnet pour soutenir la filière des EMR. Les élus régionaux et départementaux se sont retrouvés au pied de l’éolienne géante sur le site du carnet à Frossay pour soutenir le consortium Alstom EDF/Energies Nouvelles dans le cadre de l’appel d’offres du gouvernement « Éolien off shore ». 

Une machine digne du Guinness

Haliade est une star, son montage est presque finalisé sur le site du Carnet à Frossay. À l’aide d’une grue géante, les tronçons ont été installés sur le jacket, une fondation sortie des forges de STX Saint-Nazaire. Cette fondation ne sera pas utilisée par le groupe (s’il est retenu) au large du banc de Guérande en raison de fonds instables, une autre solution a été envisagée.
La nacelle de l’alternateur (fabriquée dans les ateliers de Penhoët) est juste greffée en haut du mât de 75 mètres, puis les quatre pales géantes seront posées dans les prochains jours ce qui fera de l’Haliade 150 la plus grande éolienne offshore du monde. La machine test peut développer jusqu’à 6 Mégawatt d’électricité capable d’alimenter l’équivalent de 5 000 foyers.
« Une machine, made in France », a bien précisé le vice-président de la branche offshore d’Alstom, Frederick Hendrick devant une ribambelle d’élus. Élus qui ont, en plus des casques et de lunettes de protection, enfilé des chaussures de sécurité. On ne sait jamais si la nacelle de 400 tonnes venait à se décrocher…pendant une visite du site toujours aussi impressionnante.
 

Un ministre offshore

Cette démarche est bien évidemment stratégique, un gros coup de communication dans l’attente d’une réponse attendue et favorable, dans les prochaines semaines sur les résultats de l’appel d’offres. Car, sont directement concernés par le projet de ce consortium les départements de Loire-Atlantique et de la Manche, notamment Saint-Nazaire et Montoir-de-Bretagne. Avec, faut-il encore le rappeler les retombées économiques et en terme d’emploi que cela implique.
Car, l’autre groupe (Iberdrola-Areva) peut encore remporter le marché. D’où cette stratégie de communication, ce rassemblement politique sur le site du Carnet. Devant ce déploiement de convictions et de bonnes volontés, l’on a du mal à imaginer qu’Alstom/ EDF-EN ne puisse prendre une grande part de ce contrat. Mais, ce gâteau peut être divisé, Alstom, très en amont, a agité la carotte de constructions d’usines à condition d’emporter au moins la moitié des GW (1,5) de ce premier appel d’offres.
Voilà donc les élus au pas de charge, un rassemblement général en faveur de la future filière française des EMR avec la présence des deux présidents de région, des deux départements et des maires de Saint-Nazaire et de Cherbourg *. Et ce n’est pas tout, puisque lors de l’inauguration officielle de la machine, le ministre Éric Besson, qui était déjà venu à Saint-Nazaire le 23 janvier, devrait couper le ruban tricolore lundi 19 mars prochain.
Alors, les acteurs régionaux font du lobbying pour, les 7 500 emplois générés par le plan industriel global (annoncés par le groupe), les retombées économiques pour les PME, les nouvelles usines, le centre d’ingénierie dédié aux énergies marines renouvelables et les centres d’exploitation/maintenance dans quatre ports dont celui de la Turballe.
Protocole de coopération
Tous unis déjà, via un comité de pilotage régional des énergies renouvelables qui espère bien faire pencher la balance du bon côté des pales ; cette visite a été aussi l’occasion de signer d’un autre protocole de coopération entre les six collectivités.
« Il s’agit aujourd’hui de tirer parti de la possible implantation industrielle d’Alstom à Cherbourg et à Saint-Nazaire pour permettre aux entreprises de conduire des contrats avec les consortiums qui ont déposé des candidatures ».
Ces collectivités considèrent « Qu’en l’état, les projets de ces consortiums (Alstom/EDF-EN et leurs partenaires) apparaissent les plus adaptés au développement de leurs atouts et les plus porteurs d’avenir pour leurs territoires. Ils représentent une stratégie gagnante à court et long termes, la dynamique ainsi créée ouvrira la voie à la création de plusieurs centaines d’emplois durables et qualifiés ».
La décision du gouvernement français est attendue début avril.

* EMR (Énergies Marines Renouvelables)
*Les signataires du protocole de coopération : Jacques Auxiette et Laurent Beauvais, Présidents des Régions Pays de Loire et Basse-Normandie. Philippe Grosvalet et Jean-François Le Grand, présidents des conseils généraux de Loire-Atlantique et de la Manche. Joël Batteux et Bernard Cazeneuve, maires de Saint-Nazaire et de Cherbourg.

Auteur : JRC | 10/03/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Bientôt un champ d’éoliennes au large de nos côtes. »
Article suivant : « Éolien offshore : le tribunal rejette la requête de "défense de la mer" »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter