www.media-web.fr

Les accords d’Évian : pavane pour une France qui s’en va

19 mars 1962

19 mars 1962 : après avoir bâti de toutes pièces l’Algérie pendant 130 ans, après avoir réduit à presque rien une armée terroriste engagée dans une lutte indépendantiste, la France métropolitaine abandonne ce pan entier d’Afrique comme on quitte une location de vacances à terme échu.
Certes, les décolonisations, les non-alignés, l’émergence du Tiers-monde étaient dans l’air du temps qui soufflait par bourrasques. Il est toujours difficile de prendre le vent de face : il vous fait reculer.
Le projet d’une Algérie dans laquelle auraient vécu mélangés Français, Arabes, Kabyles et d’autres était réduit à néant : la juxtaposition ne pouvait tenir lieu de cohésion. Le vouloir vivre ensemble sombrait dans le sang des hécatombes insensées.
19 mars 1962 a sonné le glas d’une impossible fraternité qui résonne encore sur les deux rives de la Méditerranée.

18 mars 1962. Au bord du lac Léman, à l'hôtel du Parc dans la ville d'Evian, Louis Joxe, Robert Buron et Jean de Broglie, les négociateurs désignés par le général de Gaulle, et le vice-président du GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne), Krim Belkacem, signent les accords d'Evian qui mettent fin à ce qu'on appelle encore à l'époque les événements d'Algérie. Un trait était tiré sur cent trente-deux ans de colonisation française en Algérie. Tout, pourtant, n'était pas dit.

Auteur : LD | 19/03/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « "Non non non à l’aéroport" »
Article suivant : « Conduite déviante et éthylotest obligatoire »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter