www.media-web.fr

Le port s’étend à Montoir-de-Bretagne

Le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire fait le point sur l’année 2011 et dévoile ses grands projets pour 2012.

C’est l’heure du bilan de l’année 2011 pour le Grand Port Maritime (GPM) de Nantes Saint-Nazaire. Sa surface terrestre est de 2 700 ha dont 1 350 dédiés aux terminaux (zones portuaires, logistiques et industrielles) ; sur les 1350 ha restants, 400 devraient être aménagés en terminaux et 950 ont une vocation d’espaces naturels.
Depuis début 2011, la nouvelle organisation du GPM est en place. Elle s’articule autour de six directions (Cabinet et Communication, Relation clients, Opérations et maintenant, Finances et programmation, Territoire infrastructures environnement et Secrétariat général) et d’une agence comptable. Le GPM emploie 550 salariés et son activité génère 16 000 emplois sur les territoires ligériens et 10 000 de plus dans le Grand Ouest.

 

Opérateurs privés et GPM

Une nouvelle organisation de l’exploitation des terminaux du GPM a aussi été mise en place. Cinq terminaux sont donc en activité, gérés par cinq opérateurs privés :
- le terminal céréalier de Roche-Maurice, exploité par Sonastock (groupe InVivo).
- le terminal charbonnier de Montoir-de-Bretagne par Opérateur de Terminal Charbonnier de Montoir (OTCM) filiale d’EDF Trading Logistics et de Sea Invest.  
- le terminal multivrac
les postes 1 à 3 du terminal multivrac de Montoir-de-Bretagne par Montoir Bulk Terminal (MBT), filiale de Sea Invest et de MTTM La Fraternelle.
le poste 4 du terminal multivrac de Montoir-de-Bretagne par TMV4, contrôlé par Sonastock et Atlantique Négoce.
- le terminal à marchandises diverses et conteneurs de Montoir-de-Bretagne
- le terminal du Grand Ouest (TGO), filiale de CMA CGM et du groupe Bolloré.
Aucun opérateur n’ayant été jugé acceptable pour reprendre la gestion des sites de Nantes (sauf celui de Roche-Maurice), le GPM a créé spécialement une filiale d’exploitaion, Nantes Port Terminal.
- le terminal de Saint-Nazaire va continuer d’être exploité par le GPM, puisque son activité d’exploitation des outillages est qualifiée d’accessoire selon la loi. Ces exploitations sont autorisées par arrêtés ministériels, publiés le 19 décembre 2011.

Trafic 2011

Il reste constant malgré une légère baisse (- 1,7%), ce qui le place dans la moyenne des ports nationaux. Le trafic extérieur s’élève à 30,6 M t et est marqué par une baisse des importations (- 4,1 %) et une hausse des exportations (+ 5 %). Le trafic énergétique est le plus important, représentant 19,6 M t et est clairement dominé par le pétrole brut (42 %) et le pétrole raffiné (31 %) qui gardent des taux stables. Ce n’est pas le cas du gaz et du charbon. « Il y a moins de demande pour le gaz et celles pour le charbon sont très ponctuelles. Les températures hivernales ont été clémentes et la centrale de Cordemais a réduit ses stocks de combustibles », explique Jean-Pierre Chalus, président du Directoire du GPM.
Parmi les trafics non-énergétiques, celui des conteneurs a augmenté de 6 % par rapport à 2010.
Le trafic roulier, quant à lui, a été multiplié par deux, particulièrement grâce à la ligne Montoir/Gijón. « C’est une bonne base de départ pour 2012 : la ligne fait actuellement trois roulements par semaine. Il y a des pourparlers pour qu’elle devienne quotidienne », ajoute Jean-Pierre Chalus.
Enfin, le trafic de céréales s’élève à 1,6 M de tonnes, un record pour le GPM.

Les investissements de 2011

Ils s’élèvent au total à 25 M € et concernent plusieurs projets entamés les années précédentes. Le GPM s’autofinance à hauteur de 70 %.
À Saint-Nazaire, la porte aval de la forme Joubert a été remplacée. Les travaux ont coûté 18,5 M€, dont 5 M € sur l’exercice 2011. « Ça a été un chantier difficile, avec de mauvaises surprises qui nous ont coûté cher », souligne Jean-Pierre Chalus. La grue Bigue du terminal colis lourd a été remise en état et est de nouveau en service depuis le 2 janvier dernier. Les travaux ont coûté 2,8 M € dont 1 M € en 2011. « Nous avons fait une rénovation complète dans l’espoir que ça tienne longtemps », explique Jean-Pierre Chalus.
À Montoir-de-Bretagne, des études pour le projet d’extension du terminal à conteneurs et de réorganisation du terminal roulier ont été menées. L’ensemble a coûté 40 M €. À l’arrière du terminal multivrac, des équipements d’assainissement (une station d’épuration et de traitement des eaux usées) ont été construits pour un total de 6,5 M € dont 1,8 M € en 2011. Ces équipements seront mis en service courant 2012. Une nouvelle base de vie pour les marins du GPM a remplacé en octobre 2011 les deux de Saint-Nazaire et Donges, pour un montant de 1,3 M € dont 900 000 € en 2011.
Pour le dragage, le GPM a fait rénover la drague stationnaire André Gendre et le remorqueur Milouin pour 3,5 M €. « Le Milouin est équipé d’un système à injection d’eau permettant le nivellement des fonds des accès nautiques. Un nouveau gestionnaire délégué aux infrastructures ferroviaires et portuaires a été choisi.  Le certificat ISO 9001 a été renouvelé et le GPM a obtenu l’ISO 14001.
 

Les orientations pour 2012

Le GPM voit loin. Ses projets ne sont pas tous destinés à se concrétiser dans l’année mais vont jusqu’en 2020.
Le site du Carnet, grâce au développement de la filière énergies marines renouvelables sur la zone Nantes Saint-Nazaire est en passe de devenir un lieu stratégique. Pour Jean-Pierre Chalus, il est cependant « difficile d’y voir un site industriel avec son manque de desserte. Nous pensons qu’il ne peut fonctionner qu’en s’appuyant sur un trafic plus important ».
Le grand projet du GPM concerne Montoir-de-Bretagne : l’extension du terminal à conteneur et le repositionnement du poste 4 au pied du pont de Saint-Nazaire, à l’emplacement de l’actuel appontement sablier. Un projet d’envergure, qui a pour vocation de développer un flux de marchandise plus important, l’extension permettant de recevoir deux navires en même temps. Le projet devrait commencer en 2013 pour voir le jour début 2016. L’extension devrait coûter 40 M € et le reste des travaux pas moins de 20 M en plus. « Dans notre esprit, ce serait le point de liaison avec le site du Carnet », ajoute Jean-Pierre Chalus. Un schéma a déjà esquissé et sera affiné par les études menées cette année.
 

Auteur : AP | 30/01/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Christophe Priou : '' Le monde bouge avec ou sans nous'' »
Article suivant : « Éolien, les dés sont jetés »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter