www.media-web.fr

Le Pays de Retz sous SCoT

Le schéma de cohérence territoriale est avant tout un document d’urbanisme édicté par la loi SRU et le Grenelle de l’environnement. Il élabore une stratégie de territoire pour les 20 prochaines années, celui du Pays de Retz vient d’être formalisé.
Yannick Haury et Angélique Thuiller
Yannick Haury et Angélique Thuiller

Le Scot du Pays de Retz regroupe 41 communes, soit 140 000 habitants, il regroupe les communautés de communes Sud Estuaire, Cœur Pays de Retz, de Pornic, de la région de Machecoul, Loire-Atlantique Méridionale et depuis décembre de la communauté de communes de Grand-Lieu.
Il vient d’être officiellement présenté par Yannick Haury, le président du SCoT, maire de Saint-Brevin et président de la CCSE et Angélique Thuiller, directrice du syndicat mixte du SCoT du Pays de Retz.
Outil de planification et d’organisation d’un territoire donné, il a été à la base instruit par la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) dès l’année 2 000.
 

À quoi sert un SCoT ?

L’idée générale est de définir un projet identitaire et stratégique pour le futur dans le cadre du développement durable. Mais, explique Yannick Haury : « Même s’il s’agit d’une projection pour les 20 prochaines années, il sera réévalué tous les six ans ».
Ambitions : Protéger les sites naturels et agricoles, gérer la densification urbaine, générer de l’économie, de l’emploi, travailler sur les déplacements, le logement et surtout organiser l’espace et les équilibres du territoire. Ainsi, le SCoT Pays de Retz s’articule autour de « pôles d’équilibre » correspondants aux six chefs lieux de communautés de communes : Saint-Brevin, Sainte-Pazanne, Grand Lieu, Machecoul, Pornic et Légé.
Ces pôles seront les lieux d’accueils privilégiés des principaux équipements structurants, des importantes opérations d’habitats et de logements locatifs. D’après Angélique Thuiller : « On estime l’augmentation de la population de 42 000 à 56 000 d’ici 20 ans. Il faudra donc produire 1 200 à 1 600 logements de plus par an sur l'ensemble du territoire ». Cela donne toujours, dans le cadre des estimations, par exemple 240 à 307 logements à construire chaque année sur la Communauté de communes Sud Estuaire. Reste l’éternel questionnement des logements sociaux. Pour Yannick Haury «  Il faudra 15 à 20 % de logements sociaux dans les pôles d’équilibre ». Sur le territoire du Pays de Retz le taux moyen de logements sociaux est de 3,4 %.
Il s’agit aussi d’optimiser l’espace, construire plus dense : « Au moins 15 logements à l’hectare, voire 18 à 20 dans les pôles d’équilibre ».
 

Protection des surfaces agricoles

Le ScoT va permettre aussi de « chapeauter » les PLU (Plan local d’urbanisme), il va par ailleurs enclencher l’identification d’espaces agricoles pérennes dont la vocation sera ainsi garantie pour 20 ans, cela représente 85 000 hectares, soit 61 % du territoire du SCoT. On s’intéresse aussi à la fameuse trame verte et bleue qui identifie les corridors écologiques. Le SCoT oblige, par exemple, au maintien des principales haies qui devront être protégées.

Économie et emploi

Une plus grande visibilité pour les futures entreprises qui veulent se développer sur le territoire est planifiée avec différentes zones. Ainsi est dressée une typologie des zones d’activités économiques. Les zones dites d’intérêts stratégiques pour les porteurs de gros projets industriels, par exemple le Carnet avec Alstom et son éolienne géante, des zones pour des projets d’aménagements pour des PMI, PME et commerciales (plus de 1 000 m2), comme un magasin de bricolage et des zones d’appui de proximité pour l’accueil en priorité d’entreprises artisanales.
Bien évidemment, les centres bourgs ne sont pas oubliés avec cette préconisation du maintien des activités. Toutes ces actions visent à retrouver un meilleur équilibre entre l’actif et l’emploi. Tenter en fait de réduire la distance travail- domicile chère au Grenelle.

Déplacement

Si autour des nouvelles séquences de programme de logements, il faudra prévoir des liaisons douces entre les bourgs et les nouveaux quartiers, le SCoT souhaite renforcer le maillage du territoire. Dans l’attente du futur franchissement de la Loire, il veut améliorer le réseau routier, par exemple par la prolongation de la route bleue jusqu’à la « frontière » vendéenne ou rétablir la ligne ferroviaire Saint-Hilaire de Chaleons- Paimboeuf. Enfin améliorer les transports en bus ou en cars et favoriser les déplacements entre les six pôles d’équilibre et le reste des territoires voisins.
Le SCoT entend également mettre en place dans le futur un volet mer en s’intéressant à la pêche, à la plaisance, aux ports et par exemple au futur marché de l’éolien offshore. Enfin, le SCot souhaite favoriser la maîtrise de l’énergie, réduire les gaz à effet de serre et valoriser les énergies renouvelables.
« C’est une vraie cohérence d’ensemble » a conclu Yannick Haury, « C’est la première fois que les élus peuvent décider par eux-mêmes, que cela ne tombe pas d'en haut ». Il a aussi signalé que « Ce SCoT doit être l’un des tout premiers à être conforme au Grenelle ».

Arrêté le 24 octobre dernier, le SCoT fera, après un passage auprès des instances concernées (Etat, chambres consulaires, ect.), l’objet d’une enquête publique début 2013 avant d’être approuvé au printemps de cette même année.
C’est l'AURAN (Agence d'urbanisme de la Région nantaise), qui a accompagné les élus dans la démarche d'élaboration du ScoT.

Pratique :
Infos supplémentaires : http://www.scot-paysderetz.fr
 

Auteur : JRC | 29/10/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Aéroport Notre-Dame-des-Landes : un agent de sécurité blessé par des opposants »
Article suivant : « Radars : Démocratie 44 dit sécurisation oui, surtaxation non ! »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : 0609309562  |   Nous contacter