www.media-web.fr

La santé de Hollande est-elle l'objet d'un partenariat public privé ?

La prostate du Président Hollande est-elle un bien national ? Il semble bien que oui, mais de quel droit ?

Il suffit qu'une indiscrétion mette en place publique une opération datant de 2011 pour que les commères se déchaînent. Et si le Président s'était fait arracher une dent, en parlerait-on autant ?
En 81 Mitterrand à peine élu, la rumeur circulait déjà : « il est très malade », eh oui, peut-être « qu'il était déjà perdu » comme on dit, à voix basse au sortir de l'église, en se dirigeant vers le cimetière derrière le cercueil de « celui qui a tout de même tenu jusque-là ».
La question de la vie privée se pose-t-elle ? Oui, si le pilote n'est plus dans l'avion ou s'il risque de perdre les commandes, comme DSK l'aurait peut-être bien fait, lui dont le gouvernail n'est pas des plus fiables par gros temps.
Aurait-on désigné Hollande candidat, connaissant cette histoire ? Non sans doute. Alors sommes-nous racistes contre les possibles malades ? Posons-nous la question, regardons les statistiques médicales : quelles probabilités pour un homme de plus de 59 ans d'être ennuyé avec sa prostate ?
À partir de 50 ans la Faculté conseille des analyses de dépistage. Faut-il ?… Quoi ? Ne pas les élire après 45 ans ? Leur faire signer un papier : « oui j'accepte l'ablation si je suis élu » ? Tant qu'à faire...
En quoi faut-il se justifier de sa santé ?
Ainsi quand Dominique Bertinotti a indiqué qu'elle a « eu un cancer », nombre de journalistes ont écrit « révélé » mais combien d'autres ont écrit « avoué », « confessé », on trouve même « sans honte ».
« J'ai eu un cancer. Si j'en parle aujourd'hui, c'est que c'est une affaire au passé, je le précise » Et quand bien même Madame, en quoi est-ce honteux ? Auriez-vous pêché ? Et seriez-vous maintenant repentie ?
Quelle est donc cette culpabilité ? Malade mais pas coupable. Malade et capable aussi, la preuve.

Le mensonge et Fernande*

Mais les hommes politiques nous racontent ce qu'ils veulent. Que François Hollande se soit fait enlever ce qu'il veut en 2011, c'est bien son problème. La difficulté commence à  « bénin » car on sait bien depuis des années que les bilans de santé publiés sont tout sauf fiables.
Il ne reste qu'à espérer que le Président aille bien et qu'il soit assez sage pour lâcher le manche, si un jour ce n'est plus le cas.
Et en attendant de redresser le pays et pour faire taire les vilaines langues, s'il nous chantait la tonitruante chanson* de Brassens ?

 

Auteur : LY | 04/12/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Franck Louvrier, UMP sur la liste de Yves Métaireau à La Baule »
Article suivant : « L'Etat lance un concours mondial de l’innovation »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter