www.media-web.fr

La France rejoint la Banque asiatique pour l’investissement dans l’infrastructure

Solidarité et progrès salue dans un communiqué la décision de la France de rejoindre la Banque asiatique pour l’investissement dans l’infrastructure.

"Notre parti Solidarité et progrès a lancé depuis l’été 2014 une campagne pour rejoindre la dynamique économique des pays des BRICS. Nous avons appuyé, dès décembre 2014, "l’Appel lancé par l’Institut Schiller" pour rejoindre les BRICS, qui fait explicitement référence à l’AIIB. Jacques Cheminade en a été l’un des premiers signataires. yov.mj.am/link/yov/hx8z2n3/2/_P7-IqH9rmltNYtPu_ZjPQ/aHR0cDovL3d3dy5pbnN0aXR1dHNjaGlsbGVyLm9yZy9FdXJvcGUtZ2VvcG9saXRpcXVlLUJSSUNTLmh0bWw
 

 Nous avons à plusieurs reprises souligné la nécessité d’une coopération entre la France et la Chine dans le projet international de Nouvelle route de la soie, stratégie dont l’AIIB fait partie.yov.mj.am/link/yov/hx8z2n3/3/rqbPmpUNQXcoMeJHLPuZ3g/aHR0cDovL3d3dy5zb2xpZGFyaXRlZXRwcm9ncmVzLm9yZy9ub3MtYWN0aW9ucy0yMC9icmljcy5odG1s

 Cette décision a pu surprendre le public français. Elle doit être replacée dans un contexte plus large, celui "d’un véritable changement stratégique européen," exprimé par l’ouverture récente du gouvernement grec vers la Russie et les BRICS, et par l’accord de Minsk actant le refus de la France et de l’Allemagne de toute escalade dans le conflit ukrainien. Cette orientation doit toutefois être consolidée.
 
L’économiste américain Lyndon LaRouche notait le 16 mars que, devenus archaïques, les critères traditionnels guidant la pratique politique et économique en Europe ne correspondent plus à la réalité.
 
 Il soulignait aussi deux faits : premièrement, que le système financier européen et américain est soumis à la spéculation et non pas au principe du progrès de l’économie réelle, entraînant une baisse de la capacité nette de la production physique par tête d’habitant. Deuxièmement, que
la Chine et les BRICS se sont engagés à changer cette orientation en générant ce qui paraît « impossible » du point de vue du système actuel.
 Cette nouvelle orientation se concrétise en Chine par sa politique d’exploration spatiale et le développement de la fusion nucléaire en tant qu’objectifs communs de l’humanité. Les Chinois l’ont définie par la formule de « système gagnant-gagnant ».
 
 Solidarité et Progrès souhaite rappeler que les institutions financières comme l’AIIB et la Nouvelle banque de développement des BRICS font partie de cette nouvelle orientation stratégique, et que la grille de lecture fondée sur l’affrontement géopolitique n’est plus d’actualité.
Preuve en est que l’invitation à rejoindre l’AIIB a été adressée à tous, y compris aux Etats-Unis. Il s’agit de développement mutuel et non d’arrière-pensées dominatrices.
 
Ensemble, avec Jacques Cheminade, nous nous tenons disponibles pour intervenir sur ce sujet, dont la portée n’a pas été pleinement appréciée dans les cercles de réflexion de notre pays."
Communiqué de Solidarité et Progrès
 
 

20/03/2015 | 1 commentaire
Article précédent : « Sarkozy a-t-il fait gagner l’UMP ? »
Article suivant : « Les Robin des Bois dénoncent la présence de PCB en Essonne »

Vos commentaires

#1 - Le 25 mars 2015 à 13h13 par michel, Paris
cela est très bonne initiative

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter