www.media-web.fr

La filière aéronautique de l’Afpa de Saint-Nazaire

Ateliers ouverts à l’Afpa de Saint-Nazaire ce jeudi 10 novembre, le pôle excellence aéronautique forme des adultes dans un secteur d’activités très porteur sur le bassin nazairien.
Christelle stagiaire
Christelle stagiaire

Il existe trois pôles d’excellence dans le grand Ouest, le développement durable en Basse Normandie, les métiers du nautisme en Bretagne et l’aéronautique en Loire-Atlantique à Nantes et surtout à Saint Nazaire.
95% des stagiaires trouvent du travail
À Saint Nazaire, deux formations sont dispensées : Monteur (se) de structures aéronefs sur 170 heures et chaudronnier (e) aéronautique sur 1050 heures. À la fin du stage est attribué, selon les compétences acquises et validées par un examen, un équivalent CAP ou BEP (niveau 5) délivré par le Ministère du travail.
Pour accéder à ces formations, il existe plusieurs possibilités, notamment par le Pôle Emploi qui, après entretien et tests, dirige le demandeur vers l’Afpa, la formation est financée par la Région. Ces formations sont aussi accessibles aux salariés d’entreprises ou en reconversion.
Le niveau de connaissance prérequis est le degré de fin de collège, mais précise, Jean-Claude L’Henaff, manager de formation section industrie à l’Afpa : « Nous avons parfois des bac plus 2, voir des bac plus 4 ».
En tout, ce sont 296 personnes dont 30% de femmes qui ont été formées sur les dernières cessions 2010/ 2011 et 2011. 95% d’entre elles trouvent du travail.
Les débouchés semblent évidents dans la conjoncture économique actuelle avec notamment Airbus industrie qui a annoncé un cahier de commandes s’étalant sur les 8 années à venir.
Jean-Claude L’Henaff confirme : « Les grosses industries aéronautiques du bassin nazairien sont actuellement dans des périodes de recrutement et il y a une très forte demande dans ce créneau ». L’Afpa joue aussi la flexibilité en adaptant le contenu de chaque formation pour répondre à des demandes précises d’entreprises privées.
Bruno Rouillon est enseignant à l’Afpa, cet ancien d’Airbus connaît bien la partie : « Parfois, les demandes des entreprises vont sur du recrutement spécifique, connaissance des normes, application de ces normes et process (Ensemble des étapes ou transformations nécessaires à la fabrication d'un produit) sur la pièce. Les gens ne sont plus des simples opérateurs, on leur demande de bien réfléchir avant d’attaquer leur travail ».
 

Travaux pratiques

AFPA
AFPA

Les formations de l’Apfa ont la particularité d’être très pratiques, aux 2 heures de théorie par jour essentiellement axées sur le métier s’enchaînent du travail en atelier. Une immersion immédiate, à l’Afpa, pas de cours de géo ou de français, c’est l’expérience du terrain qui prime.
Par contre, dans les deux formations dispensées, Il va falloir être bon en maths, au programme des cours, trigonométrie, traçage et la connaissance des matériaux, cela représente 10 % de la durée du stage, le reste, l’essentiel, ce sont des travaux pratiques.
Il y a peu d’absentéisme, constate, Jean Claude L’Henaff : « en tout cas, dans cette filière, les gens sont motivés pour rentrer dans le secteur aéronautique, il y a de l’activité. Nous travaillons aussi en partenariat avec Airbus, Aérolia et des entreprises de travail temporaires qui viennent régulièrement rencontrer les stagiaires pour des entretiens avant de leur proposer un stage en entreprise ».
 

« Les avions, ça m’a toujours fait rêver »

Professeur Bruno Rouillon
Professeur Bruno Rouillon

Dans l’atelier trône la partie avant d’un fuselage d’avion achetée à Airbus ! Histoire d’être tout de suite dans l’ambiance, mais, pas seulement, il est utilisé dans les cours pratiques.
Dans l’immense hangar est employé du matériel professionnel. Sur l’un des postes des établis : Christelle, cette jeune Nazairienne, licenciée économique, ne se retrouve pas ici par hasard.
Vendeuse, fille de commerçant, elle ne retrouvait pas de travail. « J’ai toujours aimé bricoler, travailler avec mes mains. J’avais très envie de suivre une formation de ce type, bien sûr, c’est du travail physique, en atelier. Il y a plein de monde et c’est très bruyant, mais, travailler dans l’aéronautique, c’est prestigieux, j’ai pris plusieurs fois l’avion, de savoir aujourd’hui que tout est fabriqué manuellement, ça fait rêver ».
Elle termine sa formation le 25 novembre et espère être embauchée par la suite.
La filière aéronautique de l’Afpa de Saint Nazaire est pratiquement unique en France, dire que les places sont chères seraient un pléonasme, mais, il y a de la demande et donc forcément de l’attente.
Dans les prochains mois, Airbus, avec l’arrivée de l’A 320 prendra aussi en charge la partie électrique des tronçons livrés à Toulouse. De nouvelles formations devraient se mettre en place à l’Afpa : électricien, monteur câble et monteur de systèmes aéronautiques dans un module intitulé électricité et cabine.
Pratique :
Www. afpa.fr
Afpa Saint Nazaire : 333, route de la Côte-d’ Amour (rond-point d’Océanis)
02 51 73 10 10
 

Auteur : JRC | 10/11/2011 | 4 commentaires
Article précédent : « SMUR 2 : un entretien encourageant »
Article suivant : « Un Conseil communautaire tourné vers le futur »

Vos commentaires

#1 - Le 13 décembre 2011 à 11h56 par moussaa ben abdoulkarim, N'tsaoueni
m’inscrire pour étudié l’aéronautique
#2 - Le 18 février 2012 à 12h50 par Lelièvre Sophie, Piriac Sur Mer
Je suis une quadra, qui après maintes petits boulots voudrait s'installer dans un métier formateur après un stage comme monteuse en structure ou en monteuse cables ou systèmes.
connaître la techologie avion me passionne;Je suis très bricoleuse avec beaucoup de soins à mon travail.
Merci de prendre cette demande en considération
SOPHIE LELIEVRE
#3 - Le 29 novembre 2012 à 10h38 par Mayata Malungane, ChÂtellerault
Bonjour!
J'ai mon diplôme d’ingénieur technicien en aviation civile au Congo, résidant en France depuis 2 ans bientôt, mon diplôme n'étant pas reconnu, je recherche une formation dans mon domaine en aviation civile c'est ma raison principale de vous contacter pour savoir quelles sont les démarches à faire pour bénéficier de cette formation. merci
#4 - Le 25 mars 2013 à 08h20 par jarnoux, Saint_nazaire
Bonjour
j'ai une expérience de 8 ans dans l’électronique et la productions des micros processeurs au Maroc pendant ce temps la j'ai fait les 3 huit mais cette expérience n’était pas reconnu .
J'ai toujours aimé bricoler, travailler avec les mai ns. J’avais très envie
de suivre une formation de ce type a fin d'avoir un travail dans la production.merci

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : 0609309562  |   Nous contacter