www.media-web.fr

La campagne de Médecins du Monde censurée pour ne pas nuire au business des laboratoires pharmaceutiques et des médias.

La campagne de publicité de Médecins du Monde a été censurée par l’Autorité professionnelle de régulation de la publicité (ARPP) Cette dernière juge que cette campagne choc pourrait nuire aux laboratoires pharmaceutiques.

La campagne de l’ONG Médecins du Monde (MDM) avait pour but de sensibiliser l’opinion sur les prix exorbitants de certains médicaments prescrits pour soigner l’hépatite C, le mélanome ou la leucémie.

Comme souvent l’afficheur Médiatransports a soumis la campagne de publicité à l’ARPP.

Cette dernière a relevé trois raison : la “référence a des maladies graves” qui “pourrait être perçue comme choquante par le public”, des “allégations chiffrés” qui ne sont pas sourcées sur les affiches et , surtout, l’ARPP écrit en première justification :

“Nous attirons tout particulièrement votre attention sur le risque de réactions négatives que pourrait susciter l’axe de communication choisi, de la part des représentants de l’industrie pharmaceutique. En effet les entreprises ainsi mises en causes pourraient estimer qu’une telle campagne porte atteinte à leur image et leur cause un grave préjudice et décider d’agir en ce sens.”

Suite  l’avis négatif de Médiatransports l’ONG a consulté d’autres réseaux d’affichage, aucun n’a donné suite car l’avis de l’ARPP avait été circularisé.

La campagne de Médecins du Monde baptisée « le prix de la vie »

Selon MDM, les prix des médicaments sont fixés en fonction de la capacité maximale des Etats à payer pour avoir accès au traitement. En gros, plus un Etat est riche, plus le prix du médicament sera élevé. Pour justifier ces tarifs parfois hallucinants (le Glivec, utilisé pour soigner la leucémie est vendu 40 000 euros par an et par patient), les laboratoires avancent trois explications : la recherche coûte cher, le bénéfice thérapeutique est grand, et les coûts de production sont importants.

”Les coûts de recherche et développement sont surestimés et les montants réels restent confidentiels et une grande partie est de toute façon financée par l’argent public à travers des bourses ou des crédits d’impôt de recherche.”

Concernant le deuxième argument, MDM explique que 74 % des médicaments mis sur le marché lors des 20 dernières années n’apportaient que peu de bénéfices thérapeutiques et ironise en expliquant qu'”un airbag vaudrait dans ce cas le prix d’une vie“. Enfin pour le troisième argument, MDM s’appuie sur une équipe de chercheurs de Liverpool qui a estimé que le coût de production du sofosbuvir (traitement contre l’hépatite C) s’élevait à 75 euros pour 3 mois avec un prix de revente de 41 000 euros annuel, soit 400 fois plus cher.

Cette situation fait que les médecins sont parfois obligés de confier aux malades qu’il existe des médicaments pour les soigner mais que les traitements coûtent trop cher. L’Etat est donc obligé de “sélectionner” à partir de quel stade il peut prendre en compte un traitement, souvent lorsque la maladie est presque trop avancée. A cet égard, le 25 mai dernier, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les hépatites, le ministère de la Santé a annoncé l’accès prochain à un traitement pour tous. Rapporte le magazine les InRocks

Une pétition va être adressée au même moment par l’ONG, à la ministre de la Santé Marisol Touraine, disponible ici.

https://leprixdelavie.medecinsdumonde.org/fr/la-petition

Auteur : NG | 14/06/2016 | 0 commentaire
Article précédent : « L’Europe dans la tourmente »
Article suivant : « Jérôme Kerviel gagne aux prud’hommes contre la Société Générale »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter