www.media-web.fr

L’UMP partagée entre débat d’idées et ambitions personnelles

Le week-end du 15 août à peine fini voilà nos chers politiques de droite comme de gauche qui nous reviennent avec leurs déclarations pour faire parler d’eux. Jean-Luc Mélenchon en met une couche à Hollande sur « les 100 jours pour presque rien », et à l’UMP, avec sa pléthore de candidats pour la présidence du parti, de jeunes secrétaires nationaux viennent titiller leurs aînés.
Sébastien Chenu
Sébastien Chenu

Onze jeunes secrétaires nationaux de l’UMP ambitieux viennent de se retrouver dans un collectif baptisé « Nouvelle Donne » Dans une lettre ouverte adressée à  « Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand et les autres », ils demandent de « sortir des rivalités d'hommes et de femmes » pour se consacrer « au débat d'idées ».

« À l'heure où la gauche concentre tous les leviers du pouvoir, nos concitoyens attendent davantage de vous », écrivent-ils notamment. « Il faut sortir de la guerre des chefs. On ignore ce qui différencie les candidats sur le fond », « On ne veut pas rester dans l'opposition pendant dix ans, explique Sébastien Chenu, adjoint au maire de Beauvais (Oise). Il est temps de se demander comment reconquérir des territoires perdus. »

Ils n’ont dans l’immédiat aucune proposition, sauf des idées sur la réforme du parti. « Ce sera fait dans un second temps », assurent-ils. « Nous voulons êtres des poils à gratter », ont-ils précisé..

 


 

Robert Grossmann réagit

Robert Grossmann, ancien Président de l’Union des Jeunes pour le Progrès (UJP), dans son blognote pointe du doigt qu’avant 68, les jeunes faisaient de la politique par conviction et qu’aujourd’hui ils font de la politique par ambition.
« J’ai été leader d’un mouvement de jeunes qui a laissé sa trace dans l’histoire et qui ne cessait de développer projets et idées nouvelles. Mais, surtout, il était guidé par un idéal, mot aujourd’hui banni du vocabulaire politique.
»On savait l’UMP mal en point après la mère de toutes les défaites qui vint couronner les autres sans aucune exception.
»On pouvait regarder sévèrement l’éclatement de son unité factice avec la demi-douzaine de prétendants à sa présidence.
» Mais le point d’orgue cacophonique vient d’être atteint avec la proclamation de quelque onze anonymes secrétaires nationaux de ce mouvement.
» Ils s’offrent avec une insolente transparence avec ce cri pathétique « On ne veut pas rester dans l’opposition pendant dix ans». En clair,
''On veut les places parce qu’on est jeune ''.
Au nom de quelles compétences ? L’état civil !
Au nom de quel projet ? Plus tard !
Avec quelles idées ? Aux autres de dire les leurs, nous, on est jeunes !

Dans l’apparition aoûtienne de nos jeunes impatients, un autre credo est pittoresque de pathétique :
"On ne veut pas que ce soient les responsables des défaites des dernières années qui viennent nous dire ce qu'il faut faire". Ça fera du monde à virer et aux plus hauts niveaux…

L’histoire nous a pourtant démontré que ceux qui savaient tirer les enseignements de leur défaite et se relever étaient plus forts et mieux armés pour la reconquête. Mitterrand, Chirac, s’il ne fallait en citer que deux, sont des exemples éloquents de battus, rebattus puis élus.

Périodiquement surgit ce genre de prurit, on se souviendra de l’équipée des 12 quadras - 6 UDF et 6 RPR- de 1989, lançant l’opération
''rénovateurs'', qui devait changer la face de la droite en remédiant à ses divisions. Villiers, d’Aubert, Noir, Carignon, Bayrou, entre autres.
Le club des quadras a vécu le temps d’un été et chacun s’en est allé à son destin !
Le fait d’ériger l’état civil en stratégie électorale méconnaît un autre facteur essentiel : les électeurs ! »
René Char : '
'On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années : on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l’âme''.

L’UMP n’arrive pas à tourner la page Sarkozy

Des cadres du parti lancent un appel pour que l’ex-chef de l’État brigue la présidence de l’UMP.
Pendant la guerre des chefs pour la présidence du parti, un sondage Ifop réalisé pour le journal du Dimanche révèle que 53 % des sympathisants UMP souhaitent que Nicolas Sarkozy revienne dans la vie politique, et qu'il soit le candidat de la droite à l’élection présidentielle de 2017. La relève des candidats à la tête du parti n’enthousiasme pas les sympathisants. François Fillon recueille 48 % d’opinions positives devant Jean François Copé 24 %, Nathalie Kosciusko-Morizet 7 %. Xavier Bertrand recueille 5 %, Bruno Le Maire doit se contenter de 2 % et Christian Estrosi plafonne à 1 %.

Enfin dans les rapports avec le Front National le sondage Ifop révèle que 52 % des sympathisants sont favorables à des accords électoraux UMP-FN aux élections locales (municipales, cantonales, régionales), quand une proportion similaire (48 %) y est résolument opposée.

Le parti gaulliste résoudra ses nombreuses contradictions quand il aura trouvé un leader qui fera respecter la ligne politique définie, aussi bien à l’échelon national qu’à l’échelon départemental, car les dysfonctionnements sont les mêmes à tous les niveaux de la hiérarchie. Et si les candidats aux différents postes dans l'organigramme UMP faisaient de la politique par conviction ? Cela pourrait changer la donne.
 

Auteur : JBR | 19/08/2012 | 3 commentaires
Article précédent : « Rachida Dati : 20 premières propositions du collectif de femmes " A droite…toutes !" »
Article suivant : « Une nouvelle éolienne expérimentale flottera au large du Croisic »

Vos commentaires

#1 - Le 20 août 2012 à 19h07 par Jean-Louis Garnier
Le premier problème est donc bien de définir la ligne directrice de notre mouvement.
Et là, on bute tout de suite sur quelques unes de nos grandes contradictions : nous sommes le parti de la toute puissance de l'état national, bien plus que le PS décentralisateur, nous peinons à laisser collectivités territoriales et entreprises agir en toutes libertés ; nous les corsetons dans des normes sans fin, trés loin d'un libéralisme tempéré!
Théoriquement conservateurs nous bouleversons sans cesse le cadre juridique de la nation sans parler de notre instabilité fiscale! etc.
#2 - Le 21 août 2012 à 17h00 par Nelson, Saint Nazaire
Débat d'idées et Ump. Je me gausse. Sarkozy, ce grand politique, ce grand économiste en cinq année a ruiné notre pays, l'a ridiculisé aux yeux du monde. Sarkozy, un crocodile : des petites pattes et une grande gueule !
#3 - Le 23 août 2012 à 17h08 par shogun, St Nazaire
Au secours la Gauche caviar est de retour

C’était écrit, annoncé, claironné : à partir du 6 mai, on allait voir ce qu’on allait voir ! Haro sur les riches, qu’ils disaient ! On prendra 75 % d’impôts sur les revenus supérieurs à 1 M€, et puis c’est tout !

Aujourd’hui ? La loi n’est pas encore en débat qu’elle fait déjà l’objet d’adoucissements voulus par les représentants socialistes. Désigné volontaire pour lâcher ce ballon-sonde, le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac* plaide pour que soient épargnés de cette contribution exceptionnelle les… sportifs et artistes !
--------------------
C’est qu’ils se donnent du mal, les Balasko, Noah, Higelin, Béart pour soutenir leurs amis de cœur – et de portefeuille : concerts gratuits lors de meetings électoraux, déclarations tonitruantes à la télévision, chansons « engagées ». Ce n’est pas parce qu’il a fait un régime que François Hollande ne doit pas avoir la reconnaissance du ventre ! Ce pourrait être drolatique, si ce n’était tristement ridicule : des millionnaires pour la plupart exilés fiscaux aux États-Unis, en Suisse ou à Monaco viennent se mêler des débats nationaux. Ils veulent bien jouer les donneurs de leçons, mais pas que les décisions prises s’appliquent à leur caste : typiquement français, si gauche-caviar sur le retour…

Sarkosy le président des riches ?
Normal 1er le président des stars exilés et riches ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter