www.media-web.fr

L’UDB demande aux maires de désobéir en validant le ñ

La vice-procureure du tribunal de Brest demande, dans un courrier, aux mairies de sa juridiction, de suspendre l'utilisation du « ñ » après la décision en cassation du parquet général de Rennes, autorisant le petit Fañch à garder son tilde. L'UDB s'insurge et demande aux maires de désobéir.

Depuis 2 ans, l’État cherche à interdire l’usage d’un prénom breton à une famille et encombre les tribunaux déjà submergés. Cela est révélateur, ontrairement aux discours officiels,  du respect dont il témoigne vis-à-vis des langues minoritaires en France.

Rien ne fonde les mairies à répondre à cette injonction purement politique de la vice-procureure, et nous les appelons sciemment à ne pas le faire. Rappelons qu’en France les procureurs et vice-procureurs ne sont pas indépendants du gouvernement, comme l’a énoncé la Cour européenne des droits de l’homme en 2008 pour qui ils ne pouvaient être considérés comme une autorité judiciaire car « il leur manque en particulier l’indépendance à l’égard du pouvoir exécutif pour être ainsi qualifié ».

L’Union démocratique bretonne demande au gouvernement qu’il cesse cette chasse aux sorcières. Qu’il modifie la circulaire sur les signes diacritiques en inscrivant le ñ. Ce que le Premier ministre avait promis au président du conseil régional de Bretagne. Le breton ne menace pas la langue française !

26/10/2019 | 0 commentaire

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter