www.media-web.fr

L'O.N.U dénonce la poussée de xénophobie en France

Les temps changent, la France et le monde aussi. Longtemps gardienne du temple des Droits de l’Homme, la République Française est aujourd’hui pointée du doigt par ceux-là mêmes à qui elle faisait la leçon hier. Dans un rapport publié cette semaine, l’O.N.U dénonce le tournant pris par notre pays. Au-delà du débat sur l’identité nationale, ce qui inquiète, c’est le repli sur soi-même et la peur de l’étranger. Cette gangrène, appelée xénophobie, ronge ce pays, et plus que le racisme bête et méchant, elle choque par-delà nos frontières. Dans de nombreux domaines, la France exaspère le monde…

A l’UMP, les députés et autres responsables en mission dans les médias ne prennent même plus le temps de s’arrêter sur le constat. Comme si c’était acquis, ils font preuve de fatalisme. Pire, ils martèlent l’argument choc : « La Chine, l’Algérie et la Turquie, ne sont pas les mieux placées pour nous faire la leçon ». On serait tenté de répondre par l’ironie : « On est donc tombé si bas que même ces pays se permettent de nous faire la morale ? ».

Les politiques de tous bords, qui, il y a un mois, n’ont pas manqué de rebondir sur le comportement de l’équipe de France de football en Afrique du Sud, feraient bien de s’inquiéter un peu plus du jugement de la Société des Nations. Il est facile de trouver des boucs émissaires dans des domaines certes symboliques, mais sans aucune importance. Il est moins aisé de justifier, auprès de nos partenaires, et quand on est au pouvoir, la France omnipotente. Ces enfants, qui se réclament du Gaullisme, sont bien éloignés des idées du grand homme et des fondements de notre cinquième République, issus du programme du Conseil National de la Résistance.

« Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? », demandait un Rom, expulsé avec toute sa famille, ce vendredi matin. « Vous avez vandalisé des villages du Centre de la France », répondent les autorités. « Ce n’était pas nous, c’était des manouches », se justifient les nomades. « C’est pareil ! », concluent les forces de l’ordre. Quand l’inculture et la bêtise revêtent l’uniforme, on se demande vraiment si Voltaire, Hugo, Zola étaient vraiment Français.

La haine au quotidien

La xénophobie, c’est presque  un mode vie, une éducation. On pourrait multiplier les exemples, rien qu’en posant ses valises dans une petite ville du Sud Bretagne où l’homme coloré est une telle exception qu’on le remarque tout de suite. Dans les bars, sur la place du marché, les plaisanteries douteuses, ponctuées du fameux « On rigole, mais on n’est pas racistes, moi je les aime bien les noirs et les Arabes, tant qu’ils ne me font pas ch… », vont bon train. Et tout le monde rit de bon cœur. On sent bien une gêne chez certains consommateurs, mais débattre contre les racistes, c’est dur. En 2002, les jeunes qui défilaient contre Le Pen lors de l’élection présidentielle, sont aujourd’hui de jeunes parents, avec le crédit de la maison sur le dos, et l’immigré fait figure de parfait exutoire en cas de problème.

Dans cette région où la saison estivale est primordiale, on connaît pourtant bien l’étranger. Celui qui arrive avec son portefeuille bien rempli, avec qui on manie la plus courtoise hypocrisie. Et même dans ce domaine, La France et ses charmants citoyens trustent les dernières places de tous les classements. Mauvais en accueil, nuls en langues étrangères, pédants et arrogants, les touristes étrangers repartent avec l’image d’un pays magnifique, peuplé de gens impolis et avinés. Lorsque le Français se déplace, il ne fait guère meilleure figure : pire touriste à l’étranger, à l’unanimité. Des siècles que le Français n’a jamais eu à faire le moindre effort pour séduire les étrangers, des années qu’il prend d’assaut ses territoires coloniaux sous les tropiques.  Né avec une cuillère en argent dans la bouche, il pourrait se retrouver bien dépourvu face à la vindicte mondiale.

Mais les temps changent… Les étrangers, qu’ils soient touristes fortunés ou non, qu’ils soient  noyés dans la main-d’œuvre immigrée, qu’ils achètent les maisons dans nos régions désertées (Centre Bretagne, Auvergne, etc.), se voient proposer d’autres options que la « France terre d’accueil ». Le « Bleu, blanc, rouge » et la « Marseillaise », symboles de liberté, d’égalité et de fraternité jusqu’au XXe siècle, sont vidés de leurs sens. Et oui, l’étranger va voir ailleurs, et circule de Pekin à Rio, l’idée que notre pays ne respecte plus les Droits de l’Homme.

La France se regarde le nombril, pendant que la mondialisation rapproche les peuples, et sans que tout soit parfait certes, participe au développement des nations du monde. La France n’aime plus les étrangers, et c’est réciproque. Il y a des relents d’années 30 dans l’air, et trop de Français se bouchent le nez.

Auteur : Yoann Daniel | 26/08/2010 | 9 commentaires
Article précédent : « Les médias dans la ligne de mire du pouvoir »

Vos commentaires

#1 - Le 29 août 2010 à 14h11 par seb
Quel constat ! Bravo pour l'article.
#2 - Le 29 août 2010 à 14h13 par Guillet Didier, Le Croisic
Bravo pour cet article. Je trouve honteux que les médias est si peu relayé ce rapport de l’O.N.U. Je suis d'accord avec l'analyse de votre journaliste et déplore que notre beau pays sombre petit à petit dans un tel climat. Voyageant beaucoup je confirme notre très mauvaise réputation à l’étranger en tant que touriste. On a plus qu’à espèrer que le peuple se réveille et inverse cette dangereuse dérive. Je me permets d'envoyer le lien de l'article à mes amis et connaissances.
Avec le plaisir de vous relire.
M Guillet
#3 - Le 29 août 2010 à 14h14 par DANIEL, Le Croisic
Il n'est pas difficile de comprendre
que nos gouvernants essaient de faire "diversion" pour occulter le poids de leurs réformes qui vont mobiliser le 7 septembre, et ils ont compris que de nombreux français sont racistes alors il était facile de trouver Les Responsables de tous nos maux!! Et oui, tu as raison,
notre belle France a vécue et je trouve cela LAMENTABLE.
#4 - Le 29 août 2010 à 17h41 par Le temps des cerises, St Denis
Merci à votre journaliste d'avoir mis l'accent sur le vrai problème : le laissé-faire et le manque de réaction.
Mais plus que du racisme ou de la Xénophobie, cela ne serait pas plutôt de l'égoïsme et de la lâcheté.
Nous avons lu d'autres articles de M. Daniel. Nous apprécions beaucoup et allons relayer l'adresse de votre site, même s'il ne concerne pas la région Parisienne.
Merci.
#5 - Le 30 août 2010 à 08h09 par Georges, Le Croisic
J'ai été tenté de souscrire à vos propos et puis non je n'y souscrirai pas.
Nous commençons à avoir, par la radio, des retours d'informations de Roumanie, de Bulgarie, édifiant, ça me rappelle un peu Timisoara. Oh bien sûr là-bas c'est pas le Pérou, loin de là, je connais un tout petit peu quand même et j'ai aussi de la mémoire.
J'ai cru entendre un chiffre de 11000 expulsions en 2 ans, alors pourquoi seulement maintenant cette "furia" médiatique?
Il est de coutume, voire à la mode, que le Français fasse dans l'auto-flagellation. Pour avoir, non pas voyagé en touriste, mais vécu et travaillé en pays étrangers, je me permet de dire que nos compatriotes sont loin, très loin, d'être aussi raciste ou xénophobe que certains veulent bien le dire. J'ai eu, moi aussi à supporter certaines attitudes. Rien à voir avec le rejet du touriste français, moi je vivais intégré dans les pays. Le touriste français? un autre débat et je fais une toute autre analyse de ce qui semble être un mal de chez nous - je ne tiens pas compte des critiques journalistiques à sensations de la "presse pipole" étrangère.
Je suis étonné de ne pas entendre les gouvernements roumains ou bulgares ou hongrois ou slovaques! "s'écraseraient-ils mollement" face au sort de leur "compatriotes"? Et si ces pays étaient plus "accueillants" et plus charitables envers leurs propres ressortissants? On peut rêver non?
Je n'entend pas non plus de protestations du côté de l'Allemagne, des pays nordiques ou de la Grande Bretagne et pour cause! Je ne parlerai pas du vatican qui ferait beaucoup mieux de balayer devant sa propre porte. Quand à l'Algérie, se poser la question de savoir si nous sommes tombés aussi bas c'est déjà un début de xénophobie et si j'étais algérien je me serais blessé. Quand à l'ONU "le machin" disait le Grand Charles, il ferait mieux de s'occuper des guerres qui trainent un peu partout et qui donnent vraiment de la très grande misère.
Depuis 1 mois au moins et contrairement à un commentaire, nous sommes assommés, abreuvés à longueur de journée, par les médias, du problème en objet. Abreuvés d'expressions, de mots et de comparaisons abjectes qui, par leurs démesures, vont à l'encontre du but recherché. La noblesse des sentiments n'est pas là la mieux servie!
Non les français ne sont pas, à mon avis, des racistes ou des xénophobes (Attention ce n'est pas la même chose).
Méfions nous de nos auto-critiques, "Ça doit être vrai puisque ce sont les Français eux-mêmes qui le disent" est une réflexion souvent entendu en pays "étranger". J'ai remarqué moi que les étrangers ne critiquent que très très peu leur propre pays, ils ont sans doute tort mais c'est ainsi.
Désolé de ne pas me mêler au concert général mais cela ne m'empêche pas d' apprécier vos articles qui ont au moins le mérite de faire réfléchir.
Je précise que tout ceci n'est que mon opinion, celle d'un homme avec ses défauts.
#6 - Le 02 septembre 2010 à 00h59 par Duffay Eric
Je suis d'accord avec l'article et avec Georges.
Le problème, c'est que l'on fait des généralité avec les Roms. Avant, les Français savaient réagir, désormais, ce sont les autres qui réagissent avant nous.
Le problème posé par l'article n'est pas celui des Roms, mais bien celui de savoir quel regard porte l'étranger sur nous. Ne soyons pas égocentrés, mettons-nous un peu à la place de autres.
La statue de la Liberté, éclairant le monde, est Française et illumine la baie de New-york. Quel est le rayonnement de la france aujourd'hui ?
Dans notre pays, les immigrés de banlieue sont coupables, les Roms sont coupables, les gitans sont coupables, les Corses sont coupables, nos DOM-TOM sont coupables... Tous coupables d'avoir des problèmes. Seul le petit blanc de souche échappe à cela. Et quand il n'y aura plus personne à blâmer, quand on se sera séparer de tout le monde, qui allons-nous blâmer en premier ? Les Bretons ou les Bouguignons ?
Pas si loin que ça, en Belgique, ce type de procès nauséabonds à déjà commencé. ce n'est pas de la science-fiction, c'est arrivé près de chez nous.
#7 - Le 11 septembre 2010 à 08h56 par ASSEZ
A Georges
Pourquoi maintenant ? Je pourrai dire mieux vaut tard que jamais.Mais ce serait là un bien faible argument.
Pourquoi une telle "furie" médiatique ?
Je dirai plutôt :
Qui l'a déclenchée ?
Et je donnerai la réponse : Toujours le même.Notre très cher Président.
A propos de quel évènement?Celui de Saint-Aignan.
Pour quels buts ? Faire croire à un énième retour sécuritaire et faire passer l'affaire Woerth au second plan.
Objectifs ratés, si l'on en croit les dernières révélations et dans l'affaire de Saint-Aignan et dans l'affaire Woerth.
Après il ne faut pas s'étonner de l'image que l'on donne du pays qu'on est censer gouverner.
Et quand bien même on peut être d'accord avec une politique de retour de personnes se trouvant en situation irrégulière , on peut aussi s'offusquer sur la façon de le faire( il ya tout de même des images choquante).Mais surtout on doit se poser la question du pourquoi ceux qui détiennent TOUT le pouvoir maintenant et ce depuis plus de 5 ans se réveillent-ils aujourd'hui? Alors que cette situation est connue depuis longtemps.
De grâce, ne répondez pas " Mieux vaut tard que jamais".
#8 - Le 06 juin 2013 à 21h07 par berton , 95140
c quoi ce rapport de merde.ou a été faite cette enquete c est sur que ce n est pas dans une cité du 93 ou bien sur les arabes sont beaucoup plus tolérant que le francais (lorsqu on te dit ici c est l afrique si t es pas content t as qu a partir) j ose meme pas imaginer si j avais eu les propos inverse ce qu il se serait passer. alors tu m étonne qu il y ait une pousse de xenophobie en France il y a tellement d'injustice envers les francais que ca ne pourrait pas etre autrement. de plus la France est le seul pays ou les assurés paient pour ceux qui débarquent en France sans n'y jamais avoir travailler. Si c'était une si bonne idée pourquoi alors sommes nous le seul pays a continuer cette politique.oui on marche sur la tete et en plus ca ose donner des lecons y en a qui ferait mieux de fermer leur gueule
#9 - Le 06 octobre 2013 à 14h33 par MCMV, La Seyne
aujourd'hui je suis totalement en accord avec les écrits du "30 août 2010 à 08h09 par Georges, Le Croisic" merci d'avoir écrit il y a trois ans ce que je pourrai encore écrire aujourd'hui !!!!!!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter