www.media-web.fr

L'éolien dans la tourmente

Le géant danois de l'eolien Vestas va mal, la Fédération pour l'environnement durable rappelle qu'il n'est pas le seul et réitère sa demande de moratoire concernant la filière.

En tête de son site la Fédération pour l'environnement durable regroupant près de 800 associations proclame : « Éolien : Stop au programme inutile et dévastateur. 15 000 éoliennes géantes inutiles qui vont ravager la France pour quelques % d'électricité en plus . Le prix de l'électricité des particuliers qui va doubler. Une politique énergétique qui conduit dans un gouffre financier. Un parquage de millions de citoyens dans des milliers de Zones de Développpement Éolien. Des nuisances et le massacre des paysages de la France ».
Elle vient de publier un communiqué soulignant les difficultés actuelles de la filière en Europe.
« La presse économique envisage la faillite de la société Vestas le numéro 1 mondial de l'éolien. Les premiers défauts de paiement sont survenus la semaine dernière. L'action a perdu 90 % de sa valeur en un an et le gouvernement danois a déclaré qu'il n'apportera aucune aide. L'entreprise employait 20 000 personnes qui ont installé plus de 39 000 éoliennes dans 63 pays du monde soit près de 14 % de parts de marché. Vestas avait déjà supprimé 1 900 postes en 2009, 3 000 en 2010. Début 2012 cette société a annoncé 2 335 licenciements et elle vient de déclarer récemment qu'elle pourrait être contrainte de se séparer de 1 600 employés supplémentaires aux USA si le système de crédits d'impôts dans ce pays n'était pas prolongé, (1).
Les déclarations du Président du syndicat français de l'éolien (FEE) directeur Général de Vestas France affirmant pouvoir créer des dizaines de milliers d'emplois éoliens en France pourraient prêter à sourire si notre pays ne traversait pas une période aussi difficile.
L'espagnol Gamesa numéro 4 mondial est lui aussi en difficulté. Il a annoncé 2 600 licenciements. Un communiqué, lors de l'éviction du Président l'été dernier, avait montré que Gamesa ne maîtrisait que 15 % de son carnet de commandes pour 2013. L'action a perdu 50 % de sa valeur en un an et se trouve pratiquement divisée par 10 par rapport à 2010. Le gouvernement espagnol est hors d'état d'apporter la moindre aide directe ou via des subventions, (2).
Par ailleurs la crise économique éolienne risque de devenir incontrôlable depuis que le nouveau ministre de l'énergie britannique a choisi le jour du congrès des énergies renouvelables britanniques, le 31 octobre 2012, pour annoncer l'arrêt total de la construction des éoliennes terrestres en grande Bretagne(3). Bien que le premier ministre David Cameron ait réaffirmé immédiatement les engagements de son gouvernement, cette polémique au plus haut sommet d'un État dévoile l'extrême fragilité de cette énergie renouvelable dont la survie peut être remise en cause à tout instant, (4).
La Fédération Environnement Durable rappelle à nouveau que l'industrie de l'éolien en France ne vit depuis sa création que par la captation de subventions publiques, de tarifs préférentiels, de défiscalisations et d'autres mesures de protections administratives. Vingt ans de développement sous perfusion financière à la charge de la collectivité n'auront donc pas permis à ce modèle économique, pourtant devenu l'emblème de l'écologie, d'assurer sa survie et de pérenniser les emplois promis.
Le programme éolien français prévoyant l'implantation de quinze mille éoliennes sur terre et en mer représenterait plus de quarante-cinq milliards d'investissements en pure perte. Il risquerait d'entraîner une catastrophe sociale du fait des probables licenciements futurs dans cette filière. Sa poursuite conduirait à l'augmentation de plus de 50 % du prix de l'électricité des ménages alors que quatre millions d'entre eux sont déjà en situation énergétique précaire.
La FED demande à nouveau au Président de la République François Hollande un moratoire immédiat pour arrêter cette hémorragie financière éolienne et exhorte le gouvernement, à faire effectuer un audit économique et fiscal de cette filière par des organismes indépendants.
Elle alerte aussi tous les organismes bancaires concernant les risques de crédit liés aux projets éoliens utilisant souvent des circuits financiers occultes comme l'a signalé récemment dans un rapport examiné par le Premier Ministre, le Service de Renseignement et d'Analyse sur la Criminalité Organisée, qui s'inquiète officiellement de la pénétration des organisations mafieuses dans le secteur des énergies vertes (5). »

(1) http://www.bloomberg.com/news/2012-10-29/denmark-won-t-support-vestas-through-financial-hardship.html.
(2)http:// http://www.bloomberg.com/news/2012-10-25/gamesa-plans-2-600-jobs-to-return-to-profit-next-year.htm
(3)http:// http://www.bloomberg.com/quote/GAM:SM/chart
(4)http:// http://www.dailymail.co.uk/debate/article-2225544/Good-riddance-wind-farms--dangerous-delusions-age.html
(5)http:// http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/10/21/01016-20121021ARTFIG00170-cinq-organisations-criminelles-etrangeres-sous-surveillance.php
 

06/11/2012 | 12 commentaires
Article précédent : « La FED dit « non à la dictature des Verts ! » »
Article suivant : « Bientôt un champ d’éoliennes au large de nos côtes. »

Vos commentaires

#1 - Le 06 novembre 2012 à 17h14 par France Energie Eolienne
Les opposants aux éoliennes utilisent l’expression péjorative « éolien industriel ». Il faudrait donc que les énergies renouvelables soient produites de manière artisanale ? Cet acharnement anti-éolien n'est pas crédible. Les abus existent malh dans tous les secteurs pourquoi stigmatiser les rares exceptions de cette filière qui regroupe plus de 240 industriels et sous traitants ? Notons d’ailleurs que les leaders des anti-éoliens ne sont opposés à l’industrie que lorsque elle est éolienne alors qu’il est nécessaire que les énergies renouvelables soient développées par des industries performantes, écologiques, citoyennes. Bref ce discours distillé par des personnes de mauvaise foi n'est pas tenable.

Pourquoi l’énergie éolienne est une solution mature et compétitive en 2012, créatrice d’emplois :

Les sénateurs de la Commission d’enquête sur les coûts de l’électricité relève le 18 juillet dernier que l’éolien terrestre est « d’ores et déjà une filière mature et compétitive », avec un prix de 82 euros du mégawattheure. Ce même rapport établie un coût du nucléaire entre 54 et 70 euros / MWh (prenant en compte les coûts liés aux déchets, démantèlement, assurance…). La différence devient donc ténue Concernant l’EPR c’est encore plus flagrant : la Cour des comptes en 2008 revèle même que l’EPR aura un coût compris dans une fourchette comprise entre 70 et 90 /MWh. C’est donc un faible coût économique qui plus est pour un grand bienfait industriel. Grâce au tarif d’achat établi il y a 6 ans, l’ éolien représente actuellement 11 000 emplois en France alors qu’il y a 10 ans ce n’était que quelques dizaines de personnes ! Les appels d’offre offshore de 6 000MW créeront 10 000 emplois supplémentaires. Des industriels comme Alstom et Areva ont pris des engagements pour créer des sites de production au Havre, à Cherbourg et à Saint Nazaire. Enercon a inauguré son usine picarde créant plus de 60 emplois et la liste est longue… Dans 10 ans la filière pèsera 60 000 emplois
#2 - Le 07 novembre 2012 à 08h39 par collas, Jans
Comment peut-on laisser notre pays se transformer en Zones Industrielles Eoliennes et bientôt en Friches industrielles Eoliennes avec ces machines qui ne fonctionnent qu'avec une efficacité de 25% de la puissance installée... L'éolien n'est pas la solution énergétique pour notre Pays.. Au mois d' octobre la Production éolienne en France était de 1765 MW de moyenne journalière pour une puissance installée de 7014 MW... Pour l'éolien il faut du vent, et on voudrait nous faire croire qu'il y aurait des vents forts à 12 Km des Côtes alors que le vent est nul sur la plage... Qui pourra accepter que l'horizon soit transformé en forêt éolienne face à la Baule et à la Côte sauvage du Croisic...?
#3 - Le 07 novembre 2012 à 08h57 par texier, Caen
enercon a inauguré SON usine en Picardie...QUI A FINANCE LA CONSTRUCTION DE CETTE USINE ? La région , les citoyens. Et qui va en tirer profit ? Enercon ?
#4 - Le 07 novembre 2012 à 09h19 par j . loupio
Bonjour , le terme d'industriel n'est absolument pas péjoratif ...bien au contraire mais concernant les éoliennes c'est quand même une réalité ! vu la taille , les impactes sur l'environnement sur 360° et le fait que l'électricité fasse l'objet de vente ...même a l'exportation ....je ne parle pas des éoliennes domestiques bien évidemment .
reste a savoir si c'est une bonne industrie , intelligente , efficace et rentable ....reste à faire le bilan emplois créés / emplois détruits / gains ou pertes au niveau de l'environnement / gain ou pertes au niveau co2 / gains et pertes financières et pour qui !!!
quant à vos chiffres ...c'est les votre ...d'autres sources annoncent 3 fois moins !!! qui a raison ?
cordialement
#5 - Le 07 novembre 2012 à 11h01 par Louise, Tours
Vesta licencie, Gamesa licencie et l`usine Enercon recoit une subvention pour chaque emploi cree.
L`eolien ,une bonne idee ?
#6 - Le 07 novembre 2012 à 11h02 par Louise, Tours
Ils ont pris des engagememts...et c`est suffisant ?
revenez sur terre...il y a comme une crise ici bas.
#7 - Le 07 novembre 2012 à 15h42 par Jean-Louis Garnier
France Energie Eolienne
le plus intéressant dans votre réfutation n'est pas que vous ne repondiez pas aux arguments soulevés, (c'est l'habitude de nos jours!) mais que vous n'abordiez pas pour les réfuter, bien sur, les conséquences des sons de toutes fréquence émis par ces engins sur la santé humaine !
Par ailleurs, si les couts de production sont si proches de ceux des autres méthodes pourquoi avoir besoin d'un prix d'achat particulier fixé par l'état ?
#8 - Le 07 novembre 2012 à 17h28 par clobinson, La Baule
Permettez-moi d'exprimer une surprise un peu moqueuse à la lecture du commentaire du lobby industriel FEE... En quoi l'expression "éolien industriel" est-elle péjorative?...Serait-il aussi péjoratif de parler de "renouveau industriel"?... En fait c'est simplement un constat, car n'est-il pas "industriel" un projet qui sur 78 km² du Banc de Plutôt que de sombrer dans ces fâcheuses extrémités, ou d'appeler au secours l'argument nucléaire (?), il conviendrait de se livrer à des analyses pragmatiques, sans passion ni approche théologique... comme le Gouvernement Britannique vient de le faire en décidant un moratoire général de construction des éoliennes...
#9 - Le 07 novembre 2012 à 20h05 par collas, Jans
Texte FEE en copier-coller déjà publié dans le Forum Actu-environnment pour répondre aux opposants qui apportent leur avis sur cette fausse solution... une énergie qui ne produit que 25% de la puissance installée... en octobre la production éolienne était de 1765 MW pour une puissance installée de 7014 MW.
#10 - Le 08 novembre 2012 à 06h28 par Observator
Pour la Fed tous les arguments sont bons pour jeter l'éolien à la poubelle. Je propose également d'arreter les industries pharmaceutiques de l'automobile etde l'acier puisqu'elle licencient. La seule industrie rentable pour la fed est la retraite étant donné l'age moyen de ses adhérents que même giscard vient faire baisser
#11 - Le 08 novembre 2012 à 15h51 par Sprikritik
Quel est le lien vers des petites installations d'éoliennes "de toit" esthétiques et le coût total et prévisible (par augmentation de la fabrication des éléments) d'une installation domestique "jumelée" avec des panneaux solaires selon qu'on stocke l'énergie produite en batterie ou qu'on livre directement à ERDF ?

Merci.

On estplsu crédible quand on fait des contre-proposition fiabless
#12 - Le 08 novembre 2012 à 16h23 par clobinson, La Baule
Très intéressant commentaire d'observator: quand on n'a pas d'idées ou d'arguments valables à faire valoir, on glisse aussitôt dans l'invective voire l'injure. Je salue ici la démarche classique de ces faux écologistes qui, contre toute réalité vantent la construction d'éoliennes sur le territoire et en mer.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter