www.media-web.fr

Jean-François Copé avec les militants UMP à Nantes

Jean-François Copé, l’actuel président de l’UMP a rencontré les militants à Nantes, alors que des polémiques alimentent la fédération UMP de Loire-Atlantique, pour la présidence locale. Il a dit qu'il soutiendrait Nicolas Sarkosy si celui-ci revenait.

Objectif 2014 : reconquérir ville par ville

Jean-François Copé estime que l’UMP est le seul lieu en France ou l’on peut s’opposer à la politique menée par François Hollande. « Mon objectif est de tout faire pour que l’UMP soit demain cette force capable de reconquérir le cœur des Français, ville par ville, en créant les conditions d’une vague bleue aux municipales de 2014.» « C’est ça le sens premier de ma candidature devant les militants UMP pour la présidence du mouvement. »

 

«L'incroyable amateurisme du gouvernement »

Jean-François Copé qui avait suscité une nouvelle polémique, en racontant que des « voyous » arrachaient les pains au chocolat d'enfants pendant le ramadan, persiste et signe. « Je ne m’interdis pas de parler des sujets qui angoissent les Français, j’ai dénoncé le fait que des gens instrumentalisent, caricaturent l’exercice d’un culte à des fins de violences, voire parfois d’extrémisme. » Il s’en est aussi pris au pouvoir socialiste « tant le niveau d’exaspération des Français est devenu aussi fort en si peu de temps. » Il a dénoncé « l’incroyable amateurisme  dont fait preuve le gouvernement ». « Ni le Président de la République, ni le premier ministre ne sont capables de porter un processus de décision sur les réformes à entreprendre, on est dans l’improvisation la plus complète, Jean-Marc Ayrault déteste décider comment voulez vous avancer ? »

Les chapeaux sur les chaises

Jean François Copé en a profité pour régler des comptes avec ceux « barons ou notables » qui avaient « raccroché » pendant la campagne de Sarkozy. « Jusqu’au dernier jour j’y ai cru et je n’ai pas adoré au lendemain du 6 mai que ceux à qui Nicolas avait tant donné, soient allés se commettre dans des livres, des droits d’inventaire, des tribunes, pour expliquer comment on avait perdu. Alors que tout le monde sait pertinemment que s’il avait gagné il n’y aurait pas eu de tribunes, ni de droits d’inventaire. Ils auraient été les premiers à aller demander des postes. »«  L’enjeu de ma candidature à la présidence de l’UMP est un rendez-vous de vérité. Dans ce département de Loire-Atlantique qui a tant souffert de cette maladie interne qui veut que l’on ne tranche pas, qu’on n'arbitre pas, qu’on ne prenne pas les décisions, chasse gardée ! ». « On met les chapeaux sur les chaises pour bloquer les places mais on n’occupera jamais les chaises. C’est pour empêcher ceux qui voudraient y aller, de le faire. »

La priorité absolue : le coeur des Français

François Copé a réaffirmé que le 18 novembre ne pouvait pas être une primaire avant l’heure de l’élection présidentielle. Il a précisé que personne ne pouvait savoir en 2012 quel serait le meilleur candidat pour 2017. « Il y aura des primaires ouvertes en 2016 , où l’on désignera celui qui sera le mieux en situation.
- Est-ce que ce sera un Hollande de droite ? Pas sûr, on paye pour voir.
-Est-ce que ce sera Nicolas Sarkozy ? Peut-être »
. Et la salle de clamer « oui !»
- Est ce que ce sera une troisième personne ? Je ne sais pas mais la seule chose que je peux vous dire c’est que pour gagner 2017 il faut conquérir le coeur des Français, c’est une priorité absolue ».

Jean François Copé a par ailleurs indiqué que l’UMP avait un devoir de remettre à plat l’idéologie politique.
 

Auteur : JBR | 13/10/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « L’Union Bouliste Bauloise labellisée par le comité départemental »
Article suivant : « Voile : 16e challenge des mairies et des collectivités territoriales »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter